samedi 25 juin 2016

Je suis à vous tout de suite (2015)



La comédie française, genre sinistré, fut la cause de maintes lamentations dans ces colonnes. Dans le naufrage entamé depuis que les films y sont essentiellement calibrés pour remplir le cahier des charges destiné à leur assurer la diffusion du dimanche soir sur TF1, il y a peu de rescapés à sauver. Parmi ces miracles, revient souvent "Le nom des gens" de Michel Leclerc (qui ne confirma hélas pas l'essai). Sa coscénariste, Baya Kasmi, nous offrit l'an dernier "Je suis à vous tout de suite", traitant du multiculturalisme, de la famille et de la religion, mais n'attirant pas le public en salles. 

Hanna est trop gentille, c'est inscrit dans ses gènes. A l'instar de son père, un épicier qui ne peut refuser de faire crédit à ses clients, et de sa mère, une psy qui accepte de soigner gratuitement ses patients, cette responsable des ressources humaines à toutes les peines du monde à licencier ses employés. Quand son frère Hakim annonce qu'il doit subir une greffe de rein et qu'il souhaite partir en Algérie, le pays de ses ancêtres, la famille d'Hanna est en plein désarroi

Au scénario de "Je suis à vous tout de suite", on retrouve le tandem Michel Leclerc - Baya Kasmi, rapidement identifiable par son ton à la fois humaniste et critique. Personne n'est tout blanc, ni tout noir dans cette chronique familiale, finalement assez loin de la comédie. Les personnages ont leurs failles et leurs forces, acceptables ou non, et cela les rend d'autant plus humains, plus proches de nous. Ce sont eux les grands atouts de ce petit film sorti dans l'ombre de l'actualité morose de ces derniers mois.

Alors qu'a-t-il manqué à ce film pour être une vraie réussite, un vrai succès ? Sans doute une colonne vertébrale moins lâche, c'est-à-dire un scénario plus rigoureux, qui aurait maintenu l'édifice de façon plus stable. On a ici l'impression que tout tient debout plus par miracle que par raison, même si rien ne se casse jamais la figure.
Le ciment qui maintient l'ensemble, ce sont, je me répète, les personnages qui incarnent cette drôle de famille finalement comme tant d'autres, dont les généreuses intentions d'une génération sont torpillés par le destin de la suivante, mais qui se bat pour garder espoir. Percuté de plein fouet par une actualité cruelle et dramatique, "Je suis à vous tout de suite" et ses belles intentions pêche par excès de brouillon. C'est dommage, car il porte une énergie salutaire, même si elle n'est pas suffisante à assurer sa réussite.

Cette belle énergie est en grande partie amenée par ses interprètes (la formidable Vimala Pons en tête), tous impeccables : Ramzy joue un épicier débordant d'humanité, aux côtés d'une Agnès Jaoui encore une fois exceptionnelle, tandis qu'on notera l'apparition canaille d'Anémone, en grand-mère immorale (les moments les plus drôles du film), et que l’interprétation de Mehdi Djaadi, en frère s'emmurant dans la religion est d'une belle justesse.

Très imparfait, "Je suis à vous tout de suite" a cependant d'immenses mérites. En plus d'être une très juste photographie de l'air de son temps, il déborde d'une humanité que bon nombre de films ont oublié, par mépris ou par bêtise. A ce titre, il mérite un visionnage.



6 commentaires:

  1. Mais euh ! Ton blog semble avoir "mangé" mon commentaire. Désolé d'avance si ça finit par doublonner. Je recommence de mémoire...

    Et donc, une chronique convaincante, merci Laurent ! J'ai un rapport bizarre avec le duo Leclerc / Kasmi, après avoir apprécié "Le nom des gens". Leur humour m'a paru un peu discutable parfois, quand ce n'était pas vulgaire...

    En revanche, avec Vimala Pons, tu prêches un convaincu. Elle est à mes yeux l'une de nos jeunes comédiennes les plus rafraîchissantes. J'espère aussi qu'elle aura la possibilité de faire d'autres films plus "profonds" et de montrer ainsi d'autres facettes de son talent brut. Je vois en elle une actrice au présent réjouissant et très prometteuse pour l'avenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Martin, je crois qu'elle ira loin, la jeune et jolie Vimala, pour peu qu'on lui donne (et qu'elle saisisse) la chance de rôles riches.
      Merci d'être passé, ami cinéphile !

      Supprimer
  2. Vimala Pons, la jolie serveuse des guinguettes au bord de l'eau pour pagayeur en goguette ? Je prends de suite. Quant à ce film qui m'est passé sous le nez comme pour beaucoup, il me semble être bien moins racoleur que les claviéristes de boulevard qui en appellent au bon dieu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est à mes yeux plus roublard et moins épais que certain film qui pourtant cartonna il y a peu, Prince.
      Et il y a Vimala Pons dedans. Que demander de plus ?

      Supprimer
  3. Ah je l'aime bien aussi Vimala Pons ! J'avais beaucoup d'hésitations quant à voir ce film mais finalement ton billet m'inciterait plutôt à le voir quand même un jour ou l'autre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serai, dans ce cas, lecteur d'un éventuel billet que tu lui consacreras.
      Merci du passage...

      Supprimer