mercredi 16 octobre 2013

Iron Sky (2012)


Certains films sortent des sentiers battus et osent des scénarios qu'aucun grand studio n'oserait produire. Forcément, de telles oeuvres restent peu accessibles et il faut fouiner dans les rayons les plus obscurs des vidéothèque pour y avoir accès. Alors, le curieux spectateur peut découvrir d'étranges films aux scénarios improbables, souvent tournés avec des budgets qui auraient à peine suffi à assurer le cachet de certains acteurs. Parfois, on tombe sur des merveilles. Souvent, on est déçu. Il arrive aussi qu'on reste perplexe. 

On nous cache tout, on nous dit rien, c'est bien connu. Depuis 70 ans, et leur défaite face aux Alliés, les nazis n'ont pas disparu, figurez-vous : ils sont allés se réfugier sur la face cachée de la Lune et y préparent leur retour. En 2018, viendra leur heure et ils pourront enfin savourer leur revanche. Lors d'une expédition lunaire lancée pour promouvoir la ré-élection de la présidente des Etats-Unis, deux astronautes vont tomber sur la base secrète où se prépare le IVème Reich. Le seul des deux qui survivra (un Noir top-model dont le smartphone va être utilisé à des fins militaires par les nazis) va vivre une aventure à laquelle il ne s'attendait pas.

Avec un pitch pareil (et je vous épargne les détails), on se doute bien qu'aucun producteur n'aurait accepté de financer "Iron Sky". Il aura fallu que Timo Vuorensola, son réalisateur fasse appel à ses fans et aux futurs spectateurs pour financer l'improbable projet (on remerciera le crowndfunding au passage). Au final, une fois le budget bouclé, l'étrange objet débarque sur les écrans, grands ou petits, avec la triple nationalité germano-finlando-australienne. 

C'est clairement sur les territoires de la parodie que "Iron Sky" s'aventure. Il faut dire que son metteur en scène pratique là la récidive, après son "Star Wreck : In the Prikinning", qui s'en prenait déjà à une série de science-fiction bien connue. On ne ne jugera donc pas la crédibilité de l'histoire : il y aurait beaucoup à dire, dans ce cas. Si, par contre, on se penche sur la mise en scène, il faut reconnaître un certain talent à Timo Vuorensola, qui témoigne d'une ambition et d'un sens du spectaculaire qui fait parfois défaut à des réalisateurs disposant de budgets colossaux. Les effets spéciaux, quand on les juge à l'aune des moyens dont a disposé "Iron Sky" sont plus qu'honorables et certains plans forcent même le respect.

Du côté de l'interprétation, il est peu de reproches à formuler à l'encontre de ce curieux film. Les comédiens semblent se délecter d'endosser leurs rôles, aussi improbables soient-ils. On a droit au savant (presque) fou, au chef psychopathe, à la présidente hystérique et j'en passe. Notons que les rôles féminins, même s'ils exploitent sans vergogne l'impeccable plastique de leurs interprètes, ont une importance majeure, ce qui est plutôt rare dans ce registre. 

Le défaut majeur de "Iron Sky" reste, hélas, son scénario, un peu maigre. Manquant un peu d'épaisseur, le script se contente d'utiliser (en assumant son propos, cela dit) le pitch de base, convoquant ça et là quelques références évidentes. Sans user d'effets comiques volontaires (ce qui en écarte probablement pas mal de spectateurs), le film exploite à fond son idée de base. Il aurait sans doute fallu enrichir un peu le scénario de quelques surprises et intrigues secondaires, pour le rendre un peu plus épais. Cette (petite) réserve mise à part, il faut reconnaître qu'en son genre, "Iron Sky" mérite le détour, pour peu que vous ayez envie de voir ce que peut donner une idée saugrenue entre les mains d'une équipe assumant son délire. Un peu maigre sur le fond, mais séduisant par sa forme, ce film est à réserver aux amateurs et aux curieux, donc.




4 commentaires:

  1. C'est vrai que le film ne va pas vraiment plus loin que son pitch de départ, mais la réalisation n'est pas si mal que ça. Un bon divertissement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que la réalisation (en plus de son pitch de départ assez culotté) n'a rien à envier à certains blockbusters !

      Supprimer
  2. Je constate que cette petite perle de série B commence à étendre son audience avec succès, et c'est tant mieux. Je trouve le film à la fois visuellement bluffant (au regard de ses conditions de production) mais également assez audacieux. Car il ne s'agit pas seulement ici de réveiller le vieux fantôme des nazis qui attendent leur heure sur la face cachée de la Lune, mais également d'épingler les aspirations droitistes extrêmes très actuelles (il suffit de regarder les sondages chez nous) : un clone de Sarah Palin qui se réclamant républicaine mais trouvant la propagande du reich très à son goût peut en cacher bien d'autres. ça fait rire, mais quand même un peu peur aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est clair que "Iron Sky" est un film de science-fiction qui contient du sens et peut porter un message politique (la présidente américaine fait effectivement frémir). A mon humble avis, un peu plus d'épaisseur scénaristique en aurait fait un grand film et pas seulement une bonne série B.

      Supprimer