jeudi 24 octobre 2013

Killing Season (2013)



Si on m'avait dit un jour qu'un film mettant en scène un face-à-face entre Robert de Niro et John Travolta sortirait en direct-DVD, j'avoue que j'aurais émis des doutes. Bon, d'accord, la carrière de Travolta a, depuis mal d'années, des allures de montagnes russes avec plus de descentes que de remontées, il faut bien le reconnaître. Quant à celui qui joua dans "Taxi Driver" ou "Voyage au bout de l'enfer", il n'est plus que l'ombre de lui-même et pas mal de ses derniers choix inspirent plus de pitié que d'admiration. Il n'empêche qu'en mettant ces deux poids lourds du cinéma l'un en face de l'autre, on pouvait espérer, sinon un grand film, du moins un honorable divertissement. Malgré une projection au dernier festival de Deauville en présence de l'interprète de "La fièvre du samedi soir" (bigre, cela ne nous rajeunit pas), "Killing Season" n'est pas sorti en salles et c'est vers le marché vidéo qu'il faut se tourner pour le voir. 

Benjamin Ford, vétéran américain de la guerre de Bosnie, vit seul dans les bois. Cet ancien militaire acariâtre a coupé les ponts avec tout son entourage et se satisfait de la vie d'ermite qu'il a choisi. Un jour, il croise le chemin d'un inconnu, venant des Balkans. Survivant du conflit qui ensanglanta l'ex-Yougoslavie, cet ancien soldat serbe cherche à se venger de Ford. Commence alors un terrifiant jeu de chasse entre les deux hommes, dans le décor hostile des Appalaches. 

La Guerre des Balkans, encore toute récente dans les mémoires, a fait l'objet d'assez peu de traitement au cinéma, le sujet étant probablement trop frais. "Killing Season" est en réalité le recyclage d'un projet assez ancien (nommé "Schrapnel"), développé initialement pour John McTiernan,  qui aurait du se dérouler dans les années 1970 et réunir John Travolta et Nicolas Cage. C'est finalement en 2012 que commença le tournage de "Killing Season", sous la direction de Mark Steven Johnson, déjà blacklisté par pas mal de cinéphiles pour avoir commis les deux "Ghost Rider" ou "Elektra". Autant dire que l'entreprise partait mal.

Pourtant, on a envie d'y croire, dès les premières séquences. On se dit que le scénario est maigre mais que l'énorme potentiel des acteurs et que le matériau de base peut suffire à assurer la réussite de l'ensemble. Hélas, très tôt dans le film, le verdict tombe et ne sera jamais démenti : "Killing Season" est un ratage. Au vu du passif du metteur en scène, on pouvait s'y attendre, certes, mais les espoirs mis en lui sont torpillés rapidement par Mark Steven Johnson. Ce dernier, toujours aussi peu doué, n'arrive à aucun moment à sublimer le sujet et à lui donner corps. Face à la vacuité de la mise en scène, le scénario montre rapidement ses limites. La chasse à l'homme que se livrent les deux acteurs, dans la forêt, le froid, la boue, génère rapidement l'ennui et l'indifférence. 

Enfin, en plus d'un script maigrichon et d'une réalisation bancale, l'interprétation donne souvent envie de pleurer. Qu'il s'agisse de Robert de Niro ou de John Travolta, les deux acteurs principaux sont caricaturaux du début à la fin, en faisant systématiquement trop ou trop peu. Sans doute mal dirigés, les deux bonshommes ne sont crédibles à aucun moment (et la pitoyable VF n'aide pas).

Lors d'une séquence particulièrement incongrue (celle où Robert de Niro, pourtant en piètre forme au début du film, se remet sur pied en moins de deux), un cerf égaré là croise le regard de l'acteur qui incarna Jake La Motta ou Al Capone (pour ne citer qu'eux) : j'ai pensé un instant qu'il s'agissait d'un parent éloigné de celui de "The deer hunter" (ou "Voyage au bout de l'enfer" en version française). 
S'il avait pu parler, sans doute aurait-il interpellé de Niro pour lui dire "Robert qu'es-tu devenu ?".


10 commentaires:

  1. Ouais on avait envie d 'y croire, l'illusion n'a pas duré longtemps. :(
    http://base64.canalblog.com/archives/2013/08/17/27847923.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dès les premières scènes, effectivement, on peut deviner que ça ne va pas être bon. Hélas, tout le reste du film confirme cette première impression (et encore, je n'ai même pas évoqué l'accent que prend Travolta).

      Supprimer
  2. La scène de waterboarding ( Travolta avale quand même du jus de citron mélangé à du sel ), pitin le gars John, ben c'est comme si il avait ingéré du lait, même pas mal, à peine il tousse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est trop fort, John, c'est vrai...n'oublions pas qu'il s'agit d'un "phénomène" (mauvais esprit assumé).

      Supprimer
  3. Et dire qu'McT devait le réaliser avec Travolta et Nicolas Cage. Soupirs...

    RépondreSupprimer
  4. Ah j'ai failli le regarder à cause du casting mais finalement, je vais passer mon tour. Merci de te dévouer pour nous éviter de visionner des énormes bouses!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mon dévouement me perdra..ah, on me dit dans l'oreillette que c'est déjà fait !
      Merci de ton passage !

      Supprimer
  5. Ouh la... quel gâchis ! Deux acteurs magnifiques dans une daube ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fait est que ces deux acteurs ont fait des choix de carrière assez étranges, ces dernières années. Dans le cas présent, c'est vraiment le pompon.

      Supprimer