dimanche 20 octobre 2013

All about Steve (2009)





J'avoue sans honte une petite faiblesse pour les comédies romantiques. Vous savez, ces transpositions à l'écran des contes de fée classiques, dont on sait pertinemment qu'ils vont bien se terminer, même si, au départ, tout oppose les deux protagonistes. Le genre a fait ses preuves au cinéma et certains exemples font désormais figure de référence : "Quand Harry rencontre Sally", "Quatre Mariages et un Enterrement" ou "The Holiday", pour ne citer que les plus connus. Je ne dois pas être le seul à apprécier ces films puisqu'on a droit régulièrement à un nouvel opus du genre, plus ou moins réussi. Sandra Bullock n'en est pas à son premier essai en la matière, mais avec "All about Steve" qu'elle produisit en partie, elle reçut une belle volée de bois vert de la part des critiques et eut droit à deux Razzie Awards (pour sa prestation et pour le couple qu'elle forma avec Bradley Cooper), sans compter l'échec financier de l'entreprise. 
Après un premier rendez-vous arrangé par ses parents, Mary décide que Steve, joli cameraman, est son âme-soeur. Pour brillante qu'elle soit, Mary, verbicruciste de profession, est pour le moins inquiétante, tant elle a des idées fixes et ne peut s'empêcher d'étaler ses connaissances, fussent-elles totalement hors de propos. Elle va décider de suivre Steve qui n'en demandait pas tant, pour le convaincre qu'ils sont faits l'un pour l'autre. 

Pendant qu'on en est aux aveux, je dois vous confesser une faute : je n'ai pas réussi à visionner ce film (diffusé sur notre très chère TNT) jusqu'au bout. Sans doute vendu sur son registre et la présence de ses deux acteurs principaux, l'une à l'étoile pâlissante, l'autre à l'aube de la gloire, "All about Steve" est totalement dénué d'intérêt. Qu'il s'agisse de l'interprétation de Sandra Bullock, totalement inepte ou des costumes dont elle est affublée (et je ne parle même pas de sa coiffure !), on a vite pitié de cette actrice (qui reçut pourtant un Oscar la même année pour "The Blind Side"), embarquée dans une galère qu'on ne souhaite à personne. Face à elle, Bradley Cooper et le reste de la distribution assistent au naufrage, impuissants.

Franchement mauvais, "All about Steve" n'est jamais drôle, accumule les scènes idiotes et les personnages caricaturaux, en plus d'être réalisé comme le premier épisode venu de "Joséphine, ange gardien". Le réalisateur, Phil Traill, est depuis reparti vers les séries télévisées : on espère qu'il ne sévira plus sur grand écran. Au passage , honte sur les producteurs qui financèrent un tel navet, alors qu'abondent les projets intéressants en peine de budget. 

En plus, le pitch sous lequel est vendu ce film comporte une énorme faute. Le personnage de Sandra Bullock est verbicruciste et non cruciverbiste, puisqu'elle crée les grilles de mots croisés à l'intention de ses lecteurs. Même si ce n'est qu'une goutte d'eau, elle fait déborder le vase.  


10 commentaires:

  1. Verbicruciste ou cruciverbiste, Bullock fait déborder le vase de toutes façons, cette actrice a autant de talent & de charisme que le pédoncule d'une courge. :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que sa filmographie contient pas mal de casseroles... puisse "Gravity" nous faire changer d'avis !

      Supprimer
    2. Non, perso Bullock quoi qu'elle fasse c'est sans moi ..........

      Supprimer
    3. Je suis plus indulgent que toi, même s'il faut reconnaître qu'elle est vraiment surestimée. Merci de ton passage !

      Supprimer
  2. Déjà, Sandra Bullock en verbicruciste, le film partait du mauvais pied.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhooo....ça, ce n'est pas très gentil...mais c'est si bon !

      Supprimer
  3. Je l'ai vu en entier, il y a assez longtemps, et si je ne me souviens que vaguement du contenu du film, je n'ai en revanche pas oublié qu'il m'a profondément affligée. Et puis j'avais tellement honte pour le personnage de Sandra Bullock que je me sentais très mal à l'aise. Je crois que dès les premières scènes on se rend compte que le film est une catastrophe. En fait, le pitch devrait déjà faire sonner nos sirènes d'alarme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un film affligeant et, à bien des moments, on se sent presque gêné pour les acteurs de se retrouver dans un pareil pétrin.

      Supprimer
  4. Ouf... j'ai failli l'enregistrer ! Je n'ai donc rien loupé.

    RépondreSupprimer