jeudi 27 août 2015

Good morning England (2009)


Il est des films dont on pense, avec le recul, qu'ils ont forcément connu un gros succès lors de leur sortie en salles. En revisionnant tout récemment "Good morning England", il me semblait évident que ce film avait reçu un bel accueil public et critique en 2009. Il n'en fut rien, puisqu'il fut un échec au Royaume-Uni, sa patrie d'origine, et dans le monde, et que les critiques pointèrent nombre de ses défauts. Alors, par la grâce des années passées, "Good morning England" aurait-il gagné la patine qui confère à certaines œuvres une aura si particulière ?

1966 : le rock anglais est à son apogée. Pourtant, bien peu de radios diffusent cette musique nouvelle. Pour l'entendre, les citoyens de Sa Gracieuse Majesté doivent se tourner vers des stations pirates, dont Radio Rock, qui émet depuis un bateau mouillant en Mer du Nord. A son bord, huit animateurs diffusent 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Il y a à bord le Comte, un DJ américain doté d'un énorme ego. le sarcastique et érotomane Dave, Simon le Simple, Angus, Mark le noctambule (l'homme le plus sexy de la planète, à en croire Quentin, qui dirige la radio), Kevin le cerveau, et j'en passe. Tous ont la passion du rock et des femmes. Le jeune Carl, envoyé sur ce bateau par sa mère, va découvrir ici un mode de vie qu'il ne soupçonnait pas. 
Pendant ce temps, Sir Dormandy, représentant la Chambre des Communes, a juré la perte des radios pirates. La lutte sera sans pitié, mais sur le navire Radio Rock, c'est la liberté qui émet.

Richard Curtis, le réalisateur de "Quatre mariages et un enterrements", "Love Actually", et "Il était temps" (pour ne citer que ces films), a chois en 2009, de porter à l'écran une partie de ses souvenirs d'enfance, puisque le film s'inspire en grande partie du périple de Radio Caroline, une station qui émit envers et contre tout depuis la Mer du Nord dans les années 1960. Maîtrisant à merveille la comédie romantique à l'anglaise et les histoires à personnages multiples, Curtis se lance ici dans un film d'où le romantisme est finalement peu présent. Éloge de la subversion, "Good morning England" (titre français pour "The boat that rocked") célèbre la musique rock, l'amour libre et l'amitié : autant dire qu'on est en pleine nostalgie d'un âge d'or. The times, they are changin', comme disait un certain poète.

On pourra reprocher à "Good morning England" de tourner parfois en rond, faute d'une véritable histoire (le prétexte de la lutte entre radios pirates et gouvernement tombe à l'eau), et une dernière demie-heure plutôt faiblarde, en particulier une conclusion bâclée. Mais, malgré ses défauts, ce film continue de porter un gros capital de sympathie, grâce à plusieurs raisons. Tout d'abord, ce film est la peinture enthousiasmante d'une époque révolue, où toutes les générations se retrouvaient pour écouter une musique subversive, en pleine libération sexuelle, dont les apôtres sont ici les joyeux animateurs d'une radio comme on en fait plus (avez-vous déjà tenté d'écouter la soi-disant musique entre deux spots de publicité sur certaines bandes FM ?). Ensuite, ces personnages sont portés par des interprètes remarquables, au point qu'on aimerait passer quelque temps sur ce navire de la liberté. Qu'il s'agisse du regretté Philip Seymour Hoffman, de Nick Frost, du toujours classieux Bill Nighy, de Rhys Ifans (le colocataire gallois de Hugh Grant dans Notting Hill, remarquable), de Tom Sturridge, de Kenneth Brannagh (qui semble bien s'amuser dans le rôle d'un politicien coincé dans sa morale), mais aussi des moins connus, comme Rhys Darby, Chris O'Dowd ou Katherine Parkinson, et j'en oublie. Célébrant la musique, le sexe et la drogue, les héros de "Good morning England" portent le film à eux seuls, exhumant une période qui paraît aujourd'hui bien lointaine, et générant forcément la nostalgie.

J'ajouterais, à titre personnel, le ton so british du film, inimitable, et qui fait toujours mouche, dans le registre de la comédie. Enfin, la bande originale du film est évidemment (et c'était inévitable) de toute beauté, au point qu'elle mériterait d'être remboursée par la Sécurité Sociale. En plus de comporter nombre de standards absolus, elle a le mérite d'exhumer quelques pépites des sixties qui font un bien fou à l'âme.

Au regard des quelques défauts du film (notamment sa dernière partie, qui prend l'eau autant que le navire qui lui tient lieu de décor), ces multiples atouts font que "Good Morning England"(avez-vous remarqué que je vous ai épargné mon habituelle diatribe sur les traductions de titres à la va-comme-je-te-pousse ?) est un chouette feel-good movie, certes un brin boiteux et chaotique, mais diablement enthousiasmant et généreux. 





12 commentaires:

  1. Un film que je revois toujours avec plaisir porté par un excellent casting et une tendresse pour les radios pirates qui n'en devient que plus fabuleux. Un pur boat trip! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage ton enthousiasme et le revois avec le même plaisir, malgré ses défauts. Un vrai feelgood-movie :)

      Supprimer
  2. J'ai cette coque en stock mais je ne l'ai toujours pas visionnée ! Ce que je lis m'invite évidemment à me presser car il me semble y retrouver la somme des ingrédients qui me plaisent au cinéma.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurai plaisir à lire dans tes colonnes ce qu'il t'inspirera, Prince ;-)

      Supprimer
  3. Je rejoins pas mal ta critique : c'est un film qui a pour moi ses défauts (trop long clairement) mais il est frais, drôle et touchant, et le casting est vraiment impeccable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quels magnifiques acteurs, en effet ! C'est un plaisir de les retrouver sur ce bateau. Merci de ta fidélité, Tina ;-)

      Supprimer
  4. C'est marrant je l'ai revu il y a 2 semaines. Malgré les défauts que tu pointes très justement, j'adore ce film. Pour la musique, le casting, l'englishness et la bonne humeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effectivement amusant, puisque je l'ai revu, sans doute à la même période que toi...et que nos avis convergent. Les grands esprits se rencontrent, on dirait ;-)

      Supprimer
  5. J'avais été un peu déçue. Comme tu le dis à un moment de l'article, je trouve que ça tourne un peu en rond...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, l'histoire n'est pas toujours à la hauteur des interprètes et de l'ambiance de ce film. Je comprends ta déception.

      Supprimer
  6. Le film vaut beaucoup pour sa bande-annonce très réussie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle est pleine d'énergie, et que le film, s'il avait pu garder cette énergie tout au long de sa durée, aurait été un chef d'oeuvre.
      Merci de ta fidélité, Roggy !

      Supprimer