jeudi 26 mai 2016

Trésor (2009)


Le grand Claude Berri, pape du cinéma français, s'est éteint en 2009, une semaine après le début du tournage de "Trésor". C'est François Dupeyron qui termina la réalisation de ce qui est considéré comme l'ultime film de celui qui nous offrit, entre autres, "Le vieil homme et l'enfant", "Tchao pantin" ou le diptyque "Jean de Florette" - "Manon des sources". Bien entendu, l'ombre du nabab du cinéma hexagonal plane sur le film, dont le générique de fin contient quelques images émouvantes. Pour autant, "Trésor" n'a pas déplacé les foules.

Jean-Pierre aime Nathalie depuis cinq ans. Pour célébrer les cinq ans de leur vie commune, il a l'idée d'un cadeau original : un chien, un bulldog anglais nommé Trésor. Il ne sait pas qu'en introduisant le chiot dans son couple, il va provoquer une grave crise dans celui-ci. Nathalie est éperdue d'amour pour Trésor, au point que Jean-Pierre se sent menacé par ce chien qui, non content de ronfler et péter, prend de plus en plus de place dans son histoire. 

Nous connaissons toutes et tous des gens, proches ou non, témoignant d'un amour débordant, voire excessif, pour leur animal de compagnie. C'est souvent amusant et parfois révélateur. Servi avec plus de malice et d'ironie, "Trésor" aurait pu moquer ces propriétaires de chien (ou de chat, ou d'ailleurs de tout autre bestiole à poil, plume ou écailles), excessifs au point de finalement passer pour propriétés de chien (merci à celui qui m'inspira cette formule, au passage). Brossant un portrait finalement peu flatteur de ces adorateurs des animaux, "Trésor" ne s'aventure cependant pas sur le territoire de la satire, pour se contenter de nous conter l'histoire d'un couple explosant en plein vol à cause d'un chien et des sentiments excessifs que celui-ci inspire.

Au lieu d'un portrait un brin mordant d'humains vite asservis par un dictateur à quatre pattes, le scénario s'égare entre une romance qui bat de l'aile et la contemplation des adorateurs d'animaux de compagnie, sans cependant prendre le recul nécessaire. Au bout de quelques séquences, on a tôt fait de se rendre compte que "Trésor" est plat et fera tout au plus sourire, jamais rire et encore moins réfléchir. 

Ce n'est pas l'interprétation qui sauve "Trésor". Une fois de plus, Mathilde Seigner est épouvantablement mauvaise, jouant faux du début à la fin, dans un rôle déjà excessif qu'elle fait basculer dans le caricatural. Alain Chabat, face à elle, n'est ici que l'ombre de lui-même, alternant entre excès et manque de foi dans son rôle. On le comprend souvent. Les apparitions de Fanny Ardant, en thérapeute pour animaux, ou d'Isabelle Nanty en patronne de salon de toilettage, de Bruno Putzulu en collègue las, ne sauvent hélas pas la rubrique "casting" de ce film. 

Sans doute le tragique accident vasculaire cérébral qui causa la disparition de Claude Berri est-il en partie à l'origine du sentiment de malaise et de maladresse qui règne sur "Trésor". Il peut paraître déplacé de dénigrer cet ultime film d'un monsieur qui fit tant pour le cinéma français. Mais le fait est que ce "Trésor" n'a rien d'inoubliable, ni de très réussi. Il est pléthore de film pour lesquels nous devons nous souvenir de Claude Berri : celui-là n'en fait pas partie.


10 commentaires:

  1. 'Mathilde Seigner est épouvantablement mauvaise'
    Là tu me rassures Laurent, en même temps & d'après ce que je lis ici ou là, elle n'est bonne nulle part...
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aurais du écrire "égale à elle-même" ;-)
      Très belle journée, Ronnie.

      Supprimer
  2. Ahahha ta phrase sur Seigner m'a tuée mais c'est tellement vrai !
    Déjà en plus quand je vois l'affiche, j'ai vraiment envie de fuir ce film...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas moi qui ai commencé, m'dame. C'est elle !
      Merci de ton passage, Tina.

      Supprimer
  3. C'est drôle, moi je l'aime bien, cette actrice. Le truc, c'est qu'elle ne joue que dans des daubes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu as pu le lire, elle m'est totalement insupportable...et peut suffire à me faire détester un film. En l'occurrence, dans le cas de "Trésor", elle n'est pas la seule coupable, certes.

      Supprimer
  4. Ce film avait l'air d'une daube et c'est visiblement bien une belle daube dans toute sa splendeur. A oublier donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A oublier de toute urgence ou, mieux encore, à éviter.

      Supprimer
  5. Ah je ne comptais pas voir ce film et je ne compte toujours pas d'ailleurs !! :)
    Cependant j'assume totalement d'être gaga de mon chat !! Ahah !
    Merci de ton avis sur ce film à éviter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie de ta fidélité à ce blog, Laura (j'ai inclus le tien dans mon "blogroll", j'espère que cela ne te dérange pas).
      A très bientôt !

      Supprimer