samedi 24 décembre 2016

Un homme à la hauteur (2016)


Cela faisait longtemps qu'une comédie romantique n'avait pas été l'objet d'un billet dans ces colonnes. Genre extrêmement codifié, au point qu'en oublier un ingrédient signifie souvent l'échec, la romcom, comme on dit, est le conte de fées du septième Art, pas réaliste pour un sou, mais auquel on se laisse prendre. Virgine Efira, ancienne présentatrice de télévision ayant contre toute attente réussi sa reconversion au grand écran, est l'une des vedettes du genre. Avec comme partenaire Jean Dujardin, qu'on ne présente plus, et devant la caméra de Laurent Tirard (connu pour ses adaptations du "Petit Nicolas"), la jolie Belge n'a cependant pas remporté un triomphe public avec ce film.

Avocate de talent, Diane est belle, pleine de vie et d'énergie, et célibataire. Lorsqu'elle égare son téléphone portable, elle ne sait pas qu'une drôle d'histoire commence. L'homme qui l'a retrouvé la contacte, et lui fixe rendez-vous. Si le courant passe lors de leurs conversations téléphoniques, Diane a la surprise de découvrir que son interlocuteur n'est pas tout à fait comme les autres : Alexandre est en effet petit, très petit. Architecte de talent, père divorcé lui aussi, il serait l'homme idéal, s'il n'y avait ce problème de taille. Mais est-ce un problème ?

On ne peut reprocher à "Un homme à la hauteur" de sortir du cahier des charges de la comédie romantique. Tout y est ou presque : des protagonistes, assez différents pour générer un semblant d'enjeu, mais finalement pas si éloignés que ça, un cadre de vie plutôt propre à faire rêver, une fin connue dès le début du film, mais quelques obstacles posant questions, ainsi que l'inévitable rupture avant la réconciliation définitive du dernier quart d'heure. Tout est là, dans "Un homme à la hauteur", il ne reste donc plus qu'à ce que le mécanisme derrière, assure le fonctionnement de tous ces éléments.

La différence qui oppose les deux personnages de "Un homme à la hauteur" est de taille (pardonnezmoi cette formule facile) et, pour réussir à faire passer Jean Dujardin pour un homme de petite taille, il a fallu passer par des effets spéciaux. Les moins numériques de ceux-ci sont les plus réussis, il faut bien l'avouer. Mais le problème de ce film ne vient pas de ses effets : c'est qu'il ne surprend pas et laisse trop souvent son spectateur à distance. Malgré toute la sympathie que peuvent susciter ses interprètes (notamment la délicieuse Virginie Efira), Laurent Tirard n'arrive pas à dépasser le postulat de base et se réfugie derrière les scènes provoquées par la petitesse du héros masculin. Évoquant le regard des autres sans l'exploiter judicieusement, il se contente de dérouler tranquillement le fil de son film, se reposant sur les jolis décors qu'il propose et sur ses acteurs pour emporter l'adhésion. On était en droit d'en attendre un peu plus.

Remake d'un film argentin, "Un homme à la hauteur" part d'un matériau déjà rôdé. Un échec aurait été incompréhensible, mais une réussite totale était souhaitable. Ce n'est hélas pas ce qui attend le spectateur.




8 commentaires:

  1. Même pas une idée originale (j'apprends qu'il existe un précédent argentin) ! C'est quand même terrible de ruiner un tel concept (la femme qui domine l'homme) avec une réalisation si plate. A l'occasion, par un après-midi pluvieux à la télé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait cela : un film pas à la hauteur du concept.
      Merci du passage, Prince

      Supprimer
  2. Pas vu mais pourquoi pas à l'occasion, un soir de pluie pour paraphraser princécranoir ;-)

    J'en profite de mon passage sur ton blog pour te souhaiter une excellente fin d'année, à toi et tes proches. A bientôt sur nos blogs respectifs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage, Sentinelle. Reçois également tous mes voeux.
      Quant à ce film, je n'aurais pas mieux dit !

      Supprimer
  3. Dans l'ensemble, il s'agit d'une comédie romantique sympathoche mais trop attendue. On se demande parfois si Efira ne se met pas en couple avec Dujardin à cause de son pognon, c'est étrange. Pour les effets spéciaux, parfois je trouvais le travail vraiment bien fait, parfois je voyais trop les ficelles. Surtout, un peu agaçant de ne pas mettre un vrai homme de petite taille ! Cela dit, je serais curieuse de voir la première version argentine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de neuf sous le soleil de la romcom, malgré une bonne idée de base (le concept contenait quelque chose)....merci de ton passage, Tina.

      Supprimer
  4. Ce film me fait excessivement peur... je ne supporte pas l'idée que cet "homme de petite taille" soit joué par un homme "normal" mais rapetissé par le numérique. Ca n'existe pas dans la réalité, c'est d'une hypocrisie sans nom, et ça aurait été autrement plus efficace, courageux, audacieux, ouvert, de caster un nain. N'ayant pas peur des mots. Je trouve le concept hyper malsain. En plus, il y a des acteurs comme Peter Dinklage (mais aussi en France, je suis sûre) qui sont hyper sexy !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fait est que ça ne fonctionne pas très bien, finalement. Le résultat final te donne raison, GirlyMamie ;-)

      Supprimer