jeudi 27 juin 2013

Perfect sense (2010)


Signe des temps ? Les films traitant de la fin du monde se sont multipliés, ces dernières années. Si certains jouaient uniquement sur le registre du film-catastrophe ("2012", pour ne citer que le plus connu), d'autres ont utilisé ce créneau pour fouiller plus profondément l'âme humaine, à la recherche de l'intime. Parmi ces œuvres, on peut citer "Melancholia", "Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare", 'La route", mais aussi un film n'ayant pas déplacé les foules lors sa sortie : "Perfect Sense", du réalisateur britannique David Mackenzie, connu pour "Toy boy", entre autres. 

Alors qu'une étrange pandémie prive les humains du goût, puis de l'odorat, un chef cuisinier et une épidémiologiste tombent éperdument amoureux. Tandis que le monde s'écroule autour d'eux, tous deux, malgré leurs fantômes et leurs peurs respectives, vont s'accrocher l'un à l'autre...

Remarquablement interprété, "Perfect Sense" est mené par son duo d'acteurs principaux, l’impressionnant Ewan McGregor et la très troublante Eva Green. L'un et l'autre prouvent ici, s'il en était besoin, l'immense talent dont ils sont capables, pour peu qu'on leur confie des personnages riches. Reposant essentiellement sur leurs épaules, "Perfect Sense" vaut le déplacement, ne serait-ce que pour leur prestation.
A noter, la présence dans un rôle secondaire certes, de Denis Lawson, l'oncle d'Ewan McGregor, connu des fanboys pour avoir incarné à l'écran Wedge, l'un des pilotes rebelles de la trilogie Star Wars originelle. Voilà pour la petite anecdote qui vous vaudra à coup sûr l'admiration de votre auditoire.
Mais la distribution enthousiasmante de ce film n'est pas son seul atout, loin s'en faut. 

Sous le film catastrophe se cache bien plus qu'un simple suspense, et la passion amoureuse décrite dans "Perfect Sense" ne représentent qu'un des niveaux de lecture de ce film (même si ce niveau est déjà grandement satisfaisant pour le spectateur). 
Le propos éminemment politique de "Perfect Sense" le classe d'emblée parmi les films les plus subtils qui soient. Ce monde qui s'efface doucement est celui dans lequel nous évoluons chaque jour et qui révèle ses vacuités et ses vanités quand les sens disparaissent. C'est en perdant quelque chose qu'on mesure à quel point cela avait de l'importance. 

Film d'anticipation d'une rare finesse et d'une intelligence qui rappelle parfois quelques chefs d'oeuvre du genre (on pense parfois au remarquable "Les fils de l'homme", par exemple), "Perfect Sense" mérite le coup d’œil. Il fait partie d'une catégorie de films rares, de ceux qui restent en mémoire longtemps après leur visionnage.



4 commentaires:

  1. Tu n'est pas le premier à en dire du bien :D Et dire que je l'ai loupé sur C+ :(
    En tout cas jolie critique :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !
      J'espère que tu auras l'occasion de le voir, je pense qu'il en vaut vraiment la peine.

      Supprimer
  2. Découvert tout récemment en blu-ray (il avait eu de jolies critiques et je gardais son nom en mémoire) et j'ai été très agréablement surpris. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A (re)découvrir, effectivement !
      Merci du passage.

      Supprimer