dimanche 21 juillet 2013

The Holiday (2006)


Les comédies romantiques modernes représentent à elles seules un genre à part, dont les codes ont été définis par quelques grands classiques du genre. Parmi les plus récents exemples, on citera évidemment des incontournables, tels que "Quand Harry rencontre Sally" ou "Coup de foudre à Notting Hill". Nancy Meyers, scénariste et réalisatrice, est spécialisée dans ce registre. On lui doit notamment le script de "Tout peut arriver" ou de "Ce que veulent les femmes" (qu'elle réalisa). Avec "The holiday" et son casting de prestige, elle avait mis tous les atouts de son côté, mais essuya cependant un bel échec public, le film ne rapportant qu'une petite douzaine de millions de dollars. 

L'américaine Iris, superficielle et toujours sur les nerfs, et l'anglaise Amanda, romantique mais méprisée de celui qu'elle aime, échangent leurs maisons, le temps des vacances de Noël. Espérant éviter la fréquentation des hommes, les deux femmes vont cependant faire de nouvelles rencontres, chacune de leur côté : Iris va croiser le chemin du mystérieux frère d'Amanda, tandis qu'Amanda va se trouver nez à nez avec Miles, l'un des amis d'Iris. Tous ont leurs blessures, et vont apprendre à les soigner.
Il faut que ce soit clair : "The Holiday" est à réserver aux amateurs de comédie romantique, et sans doute à eux seuls, tant il respecte à la lettre les codes du genre. Point ou peu de surprises à attendre du côté du scénario, mais c'est une des règles de ce registre du septième art. C'est donc au niveau de la réalisation et (surtout) de l'interprétation que doit se porter le regard critique.  

Du côté de la mise en scène, il y a peu de reproches à faire quant au travail de Nancy Meyers. Si elle porte un regard tendre sur ses personnages, elle s'attache, une fois de plus, à se placer du côté des femmes et leur offre la part belle. Visiblement admirative de ses actrices et de ses acteurs, elle sait les mettre en valeur, dans des décors presque trop beaux pour être vrais (mais là encore, je le répète, nous sommes dans le conte de fées moderne et c'est pleinement assumé). 

Pour qui aime les acteurs, "The Holiday" est un cadeau de Noël (valable à toute autre période de l'année cependant). Toute la distribution se délecte des rôles offerts par la réalisatrice. Divinement beaux, les acteurs principaux prennent le spectateur par le cœur, le séduisant dès leur première apparition à l'écran. Jude Law, touchant de sobriété, fera fondre le cœur de ces dames, tandis que les messieurs n'auront que l'embarras du choix entre la remarquable Kate Winslet ou l'effervescente (parfois un peu trop, d'ailleurs) Cameron Diaz. Dans des rôles secondaires, on notera la prestation de Rufus Sewell, en amant manipulateur, mais aussi du vétéran Eli Wallach, en vieux scénariste plein de sagesse et d'ironie. Les séquences avec l'inoubliable Tuco du merveilleux classique "Le bon, la brute et le truand" sont parmi les plus savoureuses de "The holiday".

On a tous droit à une petite friandise de temps à autre : ce film en fait partie, pourvu que l'on soit amateur (ou amatrice) de sucré. "The holiday", loin d'être un plaisir coupable, est une comédie romantique qui respecte son contrat au pied de la lettre et comblera les amateurs du genre, et surtout eux. Emporté par des acteurs remarquables (notamment Eli Wallach), cette guimauve ravira celles et ceux qui assument (ou pas) ce péché mignon. 






10 commentaires:

  1. Une bleuette de temps en temps ne fait pas de mal et j'avais bien aimé The Holiday. Par contre, même si je l'apprécie, je n'ai pas trop compris ce que Jack Black faisait là. Il n'est pas très joli garçon et il ne fait pas rêver, contrairement à Jude Law. Je ne pense pas me tromper en disant que le public de ce genre de comédies est essentiellement féminin donc ce qui l'intéresse après l'histoire c'est le casting masculin (oui ça nous arrive d'être légèrement superficielles!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu l'impression, au visionnage, que Jack Black était là pour représenter le stéréotype du "bon copain", en général condamné à rester dans la célèbre "friend zone" de la demoiselle qu'il convoite en secret. Peut-être est-ce mon interprétation...
      Merci de ta fidélité à ce blog (d'autres films bien superficiels à venir, je te rassure !)

      Supprimer
  2. J'adore ce film, c'est une de mes comédies romantiques préférées. Et pour répondre à tous les deux : mais si Jack Black peut faire rêver ! Dans le film, il est bien montré comme l'opposé du type que fréquentait Amanda. Il est doux, gentil, drôle... c'est ce qui compte, non ? Et il est bien invité à la soirée de Noël à la fin ; on peut donc conclure... qu'il a conclu avec Amanda ! Ah j'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord : il finit dans les bras d'Amanda, le petit veinard, prouvant ainsi qu'on peut sortir de la maudite "friend zone". C'est finalement rassurant. Merci, Chonchon !

      Supprimer
  3. Une comédie romantique assez convenue (comme beaucoup de comédies romantiques d'ailleurs), mais portée par d'excellents comédiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait : un régal pour qui aime les acteurs, tous remarquables.

      Supprimer
  4. Une comédie sympathique et plaisante qui se laisse agréablement suivre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue (mais ça ne sortira pas d'ici, promis ;-))que j'ai pris un réel plaisir à suivre cette comédie romantique.

      Supprimer
  5. Bonjour, moi c'est mon ami qui adore ce film et qui me l'a fait découvrir. Pas plus enthousiaste que cela mais se laisse voir. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce film est devenu un de mes mètres-étalons en matière de comédie-romantique-bien-guimauve...
      Merci d'être passée !

      Supprimer