vendredi 19 septembre 2014

La marque des anges (2013)


Jean-Christophe Grangé, véritable locomotive du thriller français, est une référence en la matière. Chacun de ses romans cartonne et plusieurs d'entre eux ont déjà fait l'objet d'une transposition au grand écran (je ne citerais que "Les rivières pourpres", sans doute le plus mémorable). Mais ce n'est pas parce que ses romans se vendent bien que les films qui en sont adaptés sont couronnés de succès. Le dernier en date, "La marque des anges" (basé sur le roman "Miserere") a même été l'un des gros échecs de l'an dernier, malgré la présence sur l'affiche de deux "noms" : Gérard Depardieu et Joey Starr. 

Paris : le commissaire Kasdan, bien qu'étant à la retraite, décide d'enquêter sur le meurtre d'un chef de chœur, dont les tympans ont été percés par son assassin. De son côté, Frank Salek, un agent d'Interpol enquêtant sur un trafic d'enfants, est suspendu par sa supérieure, après un nouvel éclat de violence.
Découvrant que les deux affaires sont liés, les deux hommes vont faire alliance et découvrir tant bien que mal que cette sale histoire a commencé longtemps auparavant, et qu'elle tire ses racines dans la Seconde Guerre Mondiale. 

Je vais faire bref : "La marque des anges", s'il a réussi à attirer quelques milliers de spectateurs en salle, n'en méritait pas tant. Ce prétendu thriller n'est, en effet, ni fait ni à faire. Voilà, c'est dit. 
Tout au long du film, on a l'impression d'assister à une succession de scènes n'ayant pas forcément de lien entre elles, collées tant bien que mal par un scénario bricolé à la va-vite. Sylvain White, le réalisateur (associé au projet à venir d'adaptation de "Castlevania") a, sans doute, fait ses preuves dans le milieu de la publicité et les clips, mais une évidence s'impose vite au visionnage de "La marque des anges" : le bonhomme ne tient pas la distance. La réalisation d'un long métrage ne se limite pas au collage de séquences, fussent-elles bien tournées. Il faut que les éléments du puzzle aient leur cohérence, que tout s'enchaîne de façon lisible et attractive. Il n'en est rien ici.

Du côté de l'interprétation, c'est une véritable catastrophe. Qu'il s'agisse de Depardieu, dont on peine à croire qu'il fut le plus grand acteur français au vu de la prestation qu'il livre ici, ou de Joey Starr, alternant scènes mutiques et éclats auxquels on ne croit pas un instant, le duo de tête est affligeant. Livrés à eux-mêmes et partant en roue libre, les acteurs (et j'inclus ici les seconds rôles) font leur petit numéro dans leur coin, ajoutant au chaos qui semble avoir gouverné à la genèse de ce film.

A aucun moment, le film ne réussit à convaincre et à entraîner le spectateur. Ne croyant pas à l'histoire qu'il essaie de conter laborieusement, Sylvain White s'englue rapidement dans une ornière dont jamais il ne sort. Il ne reste plus qu'à contempler le désastre ou, mieux, à s'en épargner le visionnage...





16 commentaires:

  1. Pas vu, mais excellente critique qui donne pas envie d'aller découvrir cette marque des anges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que, là, j'ai été très déçu. J'avais trouvé le roman intéressant à défaut d'être grandiose, mais son adaptation est une vraie catastrophe.

      Supprimer
  2. Pareil que 2cops, impasse obligatoire, rien que le casting donne envie de fuir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais du me fier à l'affiche...on ne m'y reprendra plus.

      Supprimer
  3. Tu est dur ^^ Mais c'est compréhensible :)

    Je fais partie de ceux qui se sont déplacés en salles, car j'aime énormément les polars de Grangé !

    Bon je ne te dirais pas que le film est bon car je me mentirais mais pour moi White à le mérite d'avoir fait une chose essentielle a mes yeux, c'est d'avoir gardé l'esprit et l'ambiance du livre dans le film. De ce fait et malgré ça faiblesse, je le place en dessous des Rivieres Pourpres en termes d'adaptations et très loin devant tous les autres, meme devant la mini-série lamentable de Jan Kounen.

    J'ai personnellement bien aimé le duo, qui a ma grande surprise fonctionnait plutot pas mal ! Alors oui il ne tient pas la route sur la longueur, c'est parfois douteux dans la mise en scène, dans ses choix artistiques ...

    Bref on ne s'en souviendra pas longtemps ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouf, il ne fait pas l'unanimité contre lui, ce film, ni son tandem de tête....même s'il sera vite oublié.
      Merci, M'sieur Tarantino ;-)

      Supprimer
  4. J'ai adoré le roman de Grangé et quand j'ai vu le casting, j'ai eu envie de rigoler. Je ne comprends pas la fascination qui entoure Joey Starr que tout le monde semble vénérer dès qu'il apparaît sur un plateau tv alors que pour moi, il s'agit d'une huître vide qui gueule fort. Mais bon ça n'engage que moi.
    Sinon, je vais faire l'impasse moi aussi. Dommage parce que Miserere au ciné, ça aurait pu claquer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, ça ne claque pas du tout, chère Mel...ça fait un tout petit psschit, et encore, il faut tendre l'oreille pour l'entendre.
      Quant à Joey Starr, j'ai du mal à l'admirer (il faudra que je voie "Polisse", peut-être, pour en avoir le coeur net). Tu n'es donc pas seule ;-)

      Supprimer
  5. C'est malheureux de voir ce genre de film "qualité française" se frayer un chemin en salle tandis que des petites merveilles se contentent du marché vidéo (Coscarelli, Johnny To, et j'en passe)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La distribution des films me désespère, en effet. Et ce n'est pas ce misérable "Miserere" qui va me consoler.

      Supprimer
  6. Les critiques étaient tellement mauvaises qu'on n'a pas tenté. Et puis on a gardé un souvenir effroyable des daubes précédentes inspirées par les livres de Grangé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sage décision, Chonchon : cette "Marque des anges" est très dispensable !

      Supprimer
  7. Je l'aurais bien vu celui ci par curiosité et pour le duo d'acteur mais j'ai eu beaucoup de mauvais retours qui du coup m'ont freiné dans ma lancée. Peut être à la télévision du coup quand il passera ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux t'en passer, en toute honnêteté, même sur petit écran...
      Je t'ajoutes à mon blogroll, si cela ne te dérange pas ;-)

      Supprimer
  8. Un film raté comme toutes les adaptations de Grangé à l'image des "Rivières pourpres". Soit les scénaristes, soit les livres ne sont pas à la hauteur ? (je précise que je n'en ai lu aucun).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-Christophe Grangé a ses admirateurs. Pour ma part, j'ai lu "Miserere", justement, et n'en garde pas un souvenir impérissable. Je serais donc bien en peine de répondre à ta question fort pertinente !
      Merci de ta fidélité à ce blog

      Supprimer