samedi 14 février 2015

Pas très normales activités (2013)


Internet est devenu, en quelques années, une pépinière de talents (il suffit de jeter un œil au blogroll à droite de ce billet pour en avoir un aperçu). C'est aussi l'endroit où de jeunes pousses affichent des audiences hallucinantes sur leurs chaînes vidéos, déchaînant les passions de leur (jeune) auditoire. Les plus célèbres ont pour nom Cyprien ou Norman. Ce dernier a été, il y a peu, la vedette de son premier film : "Pas très normales activités", réalisé par Maurice Barthélémy, un ancien des Robins des Bois. Il faut croire que les adeptes des webcasts n'ont pas le courage d'aller jusqu'au cinéma le plus proche puisque le (petit) budget du film ne fut pas remboursé par ses entrées en salles. 

Octave Blin et Karine, sa petite amie, décident de s'installer dans la maison de feue la grand-mère du jeune homme et filment leur installation grâce à leur téléphone portable. Alors qu'ils espéraient un nouveau départ avec ce retour à la terre, ils vont se rendre compte que la maison n'est pas si accueillante. S'il n'y avait que les coupures d'électricité et les inconvénients de la vie à la campagne, ça passerait. Mais il y a aussi ces bruits étranges, la nuit venue, et ces voisins, assez perturbants...

On l'aura compris, ce pseudo found-footage (avec un titre pareil, la forme s'imposant) est un prétexte pour Norman Thavaud de faire son show au cinéma (en plus d'Internet, de la télévision et des scènes de spectacle). Durant tout le (trop) long-métrage, on a donc droit à Norman dans la cuisine, Norman dans le jardin, Norman à la station-service, Norman au village, Norman chez son voisin, etc. Pour ceux qui sont venus voir un film, la déception est au rendez-vous. Elle est encore plus cruelle pour ceux qui pensaient rire. Le scénario, en effet, de l'épaisseur d'un papier à cigarette, accumule les scènes dont l'humour tombe à plat. 

Avec son pseudo-humour qui n'amuse visiblement que lui, et surtout son mépris affiché pour tout ce qui n'appartient pas à son petit univers (sa vision de la campagne est écœurante), Norman Thavaud, l'idole du web, monopolise l'écran pour une version longue de ses élucubrations. Ponctuant ses phrases d'un "p'tain" toutes les deux phrases, celles-ci étant à peine intelligibles d'ailleurs, lui et Stéfi Kelma, sa partenaire, débitent leur texte (visiblement en grande partie improvisé) à toute vitesse, oubliant visiblement les espaces entre les mots comme la ponctuation.

On peut avoir du mal à comprendre le prix spécial que ce film récolta lors du Festival de l'Alpe d'Huez. Quelqu'un a dit qu'on était forcément le vieux con de quelqu'un. En voyant ce que j'ai peine à qualifier de film, j'ai atteint ce stade. 
Merci Norman.


21 commentaires:

  1. Perso, j'avoue que certaines scènes m'ont fait rire. Pas pour Norman mais pour le détournement de tous ces films en found footage, comme "Paranormal activity". Et, surtout pour les apparitions de Maurice Bathélémy. Sincèrement, je m'attendais à pire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu as pu le lire, je n'ai pas accroché du tout à ce film. Mais je suis ravi qu'il t'ait fait rire. C'est déjà ça de pris !

      Supprimer
  2. T'inquiète j'ai bientôt 21 piges et le coco Norman me soule au plus haut point et son humour m'indiffère. Et puis la morale de ce flop est merveilleuse: ce qui marche sur le net ne l'est pas forcément ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puisses-tu dire vrai, camarade Borat !
      Il n'empêche que je reste dubitatif face aux audiences de ces nouvelles stars du web (même si ce phénomène est sans aucun doute une bulle qui crevera sous peu).

      Supprimer
    2. Absolument d'autant que tu peux revoir à l'infini une vidéo donc en soi c'est très facile. Mais le cinéma ce n'est pas ça. En plus dans mon souvenir il n'avait aucune réelle concurrence.

      Supprimer
    3. Il est sorti en même temps que "Lincoln" et "Happiness Therapy", mais n'avait pas de réelle comédie face à lui.
      De toute façon, on est bien d'accord : le cinéma, ce n'est pas seulement des sketches plus ou moins drôles mis bout à bout.

      Supprimer
    4. Donc honnêtement rien qui pouvait empêcher sa course c'est dire le bide.

      Supprimer
    5. Bien mérité, le bide.
      Enfin, c'est mon avis, et je le partage. :-)

      Supprimer
  3. Rien que le titre, déjà... ça me fait pas rêver. Tellement facile...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passe ton chemin, Chonchon...je crois que c'est la meilleure option qui soit.

      Supprimer
  4. Pas vu ce film mais Norman ne fait pas rire avec ses petites vidéos (j'en ai d'ailleurs marre de tous ces pseudo-comiques français à la noix depuis un certain temps) et la bande-annonce m'a affligée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois, la bande-annonce est représentative du film...tu peux donc t'y fier....et éviter ce film (à moins de nous faire à son sujet l'un des billets dont tu es coutumière ;-))

      Supprimer
    2. Huuum... Je sais que je regarde beaucoup de daubes, je suis très curieuse mais là je ne pense pas me taper ça tout de suite. Au pire, si ça passe à la télé et que je suis bourrée (ce qui est rare chez moi), pourquoi pas !

      Supprimer
    3. Ne te force pas, surtout. Même si on peut prendre du plaisir à écrire un billet un peu "méchant", la corvée que représente le visionnage de certains films n'est pas compensée, je ne le sais que trop bien.

      Supprimer
    4. Je confirme pour avoir vu une grosse daube très récemment (hum... Les Aristos...), j'ai compris ce que signifiait le mot "souffrance" !

      Supprimer
    5. Notre cause est juste, Miss...quoique non dénuée de souffrances, effectivement ;-)

      Supprimer
  5. Une nouvelle illustration de cette idée qu'on peut faire du cinéma avec n'importe quoi. Bathelemy s'est peut-être dit qu'il pouvait cachetonner sur une formule jeuniste. Retour de flamme assez sévère au vu du nombre d'entrées catastrophique montrant bien la valeur réelle de cette Junk sous-culture de consommation courante sur le web ou qui a cours à la télé. Qui sait ? un autre osera peut-être faire un film à partir de toutes ces vignettes ménagères qui se glissent entre deux tunnels de publicité ? (remember le fiasco ciné de Camera café)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression (et Barthélémy a sans doute eu la même) que le public-cible préfère rester derrière son écran d'ordinateur que d'aller dans les salles obscures. Je croise les doigts (sans grande conviction cependant) pour que personne d'autre ne retente la désastreuse expérience.
      Merci du passage, Prince...

      Supprimer
  6. Ton article confirme ma "non envie" de voir ce film. Même ses vidéos Youtube sont parfois trop longues. Cela dit, il ne faut pas perdre espoir de voir de bonnes choses de la part de Youtubers. A commencer par Cyprien qui a tourné un court métrage sur la technophobie que j'ai adoré (alors que je me suis un peu lassée de ses vidéos). Youtube est une plateforme à surveiller quand même. Il faut juste croiser les doigts pour que ce soit les meilleurs qui s'en sortent. Ce qui n'est pas toujours le cas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle tentative de me redonner espoir en cette génération biberonnée au web, Mel. Tu as raison, mon jugement est un peu péremptoire.
      Cela dit, pour le présent film, je te conseille vraiment de passer ton tour ;-)

      Supprimer
    2. Je pense surtout à des gens comme le Fossoyeur de films ou Durendal qui profitent de Youtube comme d'un tremplin vers le cinéma (et ils ne s'en cachent pas) mais c'est vrai qu'ils ne sont pas du tout humoristes.
      Je passerai mon tour, ne t'inquiète pas! XD

      Supprimer