jeudi 14 mai 2015

About Alex (2014)

Ah, l'amitié... Ce bel élan qui dure souvent plus que l'amour a inspiré bien des cinéastes, enrichissant la niche des films dits "choraux". J'avoue une tendresse toute particulière pour ce registre cinématographique, hélas pas toujours honoré à la hauteur de ce qu'il veut célébrer. De "Peter's friends" à "Les copains d'abords" en passant par "Les petits mouchoirs" ou "Mes meilleurs copains", la méthode est connue : on réunit une bande de copains suite à un événement et c'est parti pour le choc des caractères, le déballage des petits secrets et des quatre vérités, dont tout le monde se sort généralement renforcé. Mais ce n'est pas parce qu'une méthode est éprouvée que n'importe quel film l'utilisant est une réussite ou un succès en salle. "About Alex", écrit et réalisé par Jesse Zwick, n'a toujours pas eu l'heur d'être projeté de notre côté de l'Atlantique et je doute qu'il le sera ailleurs que dans les salons des plus curieux cinéphiles.

Alex a tenté de se suicider. Ses amis se réunissent donc auprès de lui pour le réconforter, tenter de comprendre pourquoi il en est arrivé là et faire en sorte qu'il sorte de cette mauvaise passe. Le week-end chez Alex va être l'occasion pour eux de se retrouver, mais aussi de mettre sur le tapis leurs différences. 
Entre amis, on a souvent des comptes à régler et si on peut les régler, c'est sans doute parce qu'on est entre amis...

Il flotte sur ce petit film indépendant américain un véritable parfum d'amitié, de ceux qui ne se dégagent qu'à l'occasion d'un week-end entre potes à la campagne, loin du monde. Réunis autour d'Alex, la petite bande, à laquelle se greffe la toute nouvelle petite amie d'un des leurs, porte à elle seule tout le film. Très vite, on se dit qu'on aimerait avoir des amis comme ceux-là, avant de réfléchir et de se dire qu'on en a probablement déjà et qu'ils sont formidables comme ils sont. 

Cela dit, tout le mérite de ce film réside probablement dans son ambiance et dans ses interprètes, tous remarquables. Pour la plupart venus de la télévision américaine, Qu'il s'agisse d'Aubrey Plaza (déjà repérée dans "Safety not guaranteed"),  de Max Greenfield, de Nate Parker, de Jason Ritter, de la jolie Maggie Grace (qui fait bien de s'échapper de la licence "Taken"), de Max Minghella ou de Jane Levy, tous habitent leurs personnages au point qu'on voie en eux de véritables amis. 

Mais, comme je le signalais, ce sont là les meilleurs atouts du film, dont le scénario semble un
prétexte à filmer la sympathique bande. Le point de départ (la tentative de suicide d'Alex, si vous avez suivi) est totalement sous-exploité, le bougre semblant s'être taillé les veines pour le seul plaisir de réunir ses amis, de même que les rapports existants entre les différents membres de la coterie. Tous ont leurs traits de caractères et leurs problèmes, mais aucun n'est suffisamment utilisé par le scénariste pour enrichir l'histoire. Du coup, les retrouvailles semblent un peu vaines, pour agréables qu'elles soient. 

Sans doute symptomatique d'une époque où les rapports humains réels sont bien enfouis, tandis qu'on expose sans vergogne ce que l'on a de plus profond, "About Alex" est sans doute un film choral typique de son ère, toute numérique fût-elle. Ses personnages gardent ce qu'ils sont au fond d'eux et n'exposent qu'une vitrine (parfois trompeuse) de leur personnalité. Ce manque de profondeur empêche le film d'être une vraie réussite, malgré un énorme potentiel de sympathie.



3 commentaires:

  1. C'est drôle, je viens moi même de voir un film sur l'envie de suicide du personnage principal. J'ajoute About Alex dans ma liste, il m'a l'air plutôt sympa et j'apprécie également le genre choral (ça se dit?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis intrigué : quel film ? Si c'est du "choral" (oui, ça se dit, enfin, je le dis), je prends !
      Merci de ta fidélité, Mel :)

      Supprimer
    2. C'est Just before I go (je viens de le chroniquer) de Courteney Cox avec Sean William Scott. Je ne sais pas si on peut le considérer comme un film choral, je ne pense pas, mais c'est quand même bien écrit et sympathique. J'ai passé un bon moment à le regarder

      Supprimer