samedi 18 juillet 2015

Low cost (2010)


Nombre de films traitent du voyage en avion, souvent sous l'angle du film-catastrophe. On pense, notamment à la série des "Airport", qui fut parodiée en son temps par les "Airplane" du trio Zucker-Abrahams-Zucker ("Y a -t-il un pilote dans l'avion ?" dans nos contrées). Se réclamant de l'héritage de cette comédie potache qui fit date, Maurice Barthélémy, ancien membre de la troupe des Robins des Bois a réalisé, il y a quelques années, "Low cost", qui eut le malheur de ne plaire ni aux critiques, ni au public.

Le retour de Djerba s'annonce mal pour les passagers du vol organisé par l'agence de voyages Lobud Jet. En plus de la climatisation en panne et des retards qui s'accumulent, voilà que leur voyagiste fait faillite et les laisse en plan dans un 737 surchauffé. Qu'à cela ne tienne, ils vont prendre le contrôle de l'avion, grâce à un pilote pré-retraité. Mais le voyage ne sera pas de tout repos.

Si les sketchs des Robins des Bois avaient un certain charme, fait de naïveté et décalage, il ne faut pas être expert en cinéma pour se rendre compte que ce n'est pas suffisant pour faire un film. cette évidence saute au visage du spectateur dès les premières scènes de "Low cost". Les gags se voudraient percutants, mais tombent à plat systématiquement, les vannes qui devraient faire mouche ne déclenchent jamais le moindre sourire et encore moins de rires. 

Comment est-il possible qu'une comédie française soit un tel ratage ? Il fut un temps où le cinéma hexagonal produisait sans effort apparent quantité de films efficaces, voire mémorables, dans ce registre. Le fait est, cependant, depuis quelques années, le cinéma comique français a perdu presque tout son intérêt. Il faudra un jour tenter de comprendre quand s'est produit l'accident originel qui provoqua la chute de la comédie française (quoique j'ai une vague idée du nom des coupables, en ce qui me concerne).  

Dans le cas de "Low cost", on assiste, souvent consterné, à une succession de pseudo-gags, vaguement reliés entre eux, sans qu'il y ait le moindre rythme, ni de fil directeur. Sans nécessairement rechercher dans ce film une histoire rigoureuse (on est sensé être dans la comédie, rappelons-le), le minimum vital est tout de même de disposer d'une colonne vertébrale.  

Il sera vain de vouloir se consoler avec le casting de ce film : qu'il s'agisse de Jean-Paul Rouve, de Gérard Darmon, de la très agaçante Judith Godrèche ou du reste de la distribution, tous les acteurs sont épouvantablement mauvais et on en vient vite à se prendre de pitié d'eux, avant de renoncer à aller jusqu'au bout de ce navet.

Totalement dénué de rythme, doté d'un scénario sans le moindre enjeu, extrêmement mal interprété, "Low cost" est une véritable purge qui usurpe une fois de plus le mot "comédie". 


9 commentaires:

  1. J'étais sûre que tu allais parler de ce film ! Je n'ai vu que la fin de ce machin (j'étais de sortie), mon dieu comment peut-on faire des films pareils ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fait que des films de cet acabit sortent régulièrement sur nos écrans me laisse pantois. Il y a, j'en suis persuadé, quantité de talents qui n'arrivent pas à percer et voilà ce qu'on nous propose.
      Pauvre cinéma français...
      Merci de ta fidélité à ces colonnes, Tina :)

      Supprimer
  2. Une honte ce film... Ca faisait un moment que je n'avais pas vu film si mauvais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, il m'a fait ressentir à quel point le cinéma français était tombé bas.
      Merci du passage

      Supprimer
  3. Mais qui sont donc les mécréants à qui l'on doit la chute de la comédie à la française?! XD
    Cela dit, je ne l'ai pas vu. Je n'ai aucune intention de le voir. Et je regrette de voir tout le tort que ce genre de nullité fait au cinéma français. J'en suis la preuve vivante puisque je refuse presque systématiquement de regarder un film quand je vois qu'il est made in France parce que je sais que ça va être con, dans le sens débilisant. Une place de ciné coûte trop cher pour que j'aille dépenser mon argent pour de tels films. J'espère qu'un jour on verra le retour de dialoguistes à la Audiard .
    Voilà pour le petit coup de gueule ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton "blocage" relatif aux films français est compréhensible : hormis quelques pépites (comme le récent "Discount", par exemple), la mention "film français" aurait tendance à me faire fuir.
      Coup de gueule partagé, donc ;-)

      Supprimer
  4. Un des films les plus médiocres que j'ai pu voir. Comme tu le dis, franchement on se demande comment on peut produire de tels navets.

    RépondreSupprimer