mercredi 15 mai 2019

Souvenirs de Marnie (2014)



Il y a quelque temps, un joli billet de l'ami Martin m'a donné envie de revoir "Souvenirs de Marnie", dessin animé qui m'avait fait belle impression lors de son premier visionnage. Quel ne fut pas ma surprise lorsque, par acquis de conscience, j'allai m'informer sur le sort de ce film : son peu de succès, dans son pays d'origine ou en France, avait conduit le célèbre studio Ghibli à marquer une pause dans la production de films d'animation.

Anna, jeune fille timide et maladive, vit avec ses parents adoptifs depuis le décès de son père et de sa mère. Quand elle est envoyée pour l'été à la campagne, Anna ne sait pas encore qu'une étrange aventure commence pour elle. Une étrange maison, située sur la plage, et dont il est dit qu'elle est hantée. Quand la jeune fille, habituée à se réfugier dans son imaginaire et ses dessins, rencontre là l'étrange Marnie, c'est le premier pas d'un voyage inattendu.

Ceux qui considéraient encore que l'animation japonaise ne produit que des films simplistes en seront pour leurs frais. Le très subtil "Souvenirs de Marnie", loin d'être un dessin animé destiné aux seuls enfants, est une oeuvre à ranger aux côtés de plusieurs autres produites par les studios Ghibli, comme "Arriety, le petit monde des chapardeurs" (du même réalisateur) ou "La colline aux coquelicots". 

Encore une fois, c'est à un  petit bijou de l'animation japonaise que nous avons affaire, venu tout droit d'un des meilleurs créateurs du genre, Hiromasa Yonebayashi, dont la "patte" se sent dans chaque séquence, faite de sensibilité. 
Rarement un film d'animation aura su autant me toucher, je l'avoue. Pour son deuxième long métrage (après le déjà cité "Arrietty, le petit monde des chapardeurs"), le réalisateur affirme son style et les explications quant au peu de succès de "Souvenirs de Marnie" m'échappent. Fut-il mal vendu ? Mal distribué ? Son thème, nimbé de mystère, joua-t-il contre lui ? Au (re)visionnage de ce film d'animation, on ne peut qu'être surpris qu'il ait failli causer le naufrage des studios Ghibli, tant il est pourtant réussi, techniquement ou narrativement parlant. 

Amateurs (ou non) d'animation (japonaise ou non), je ne peux que vous engager à suivre Anna dans les "Souvenirs de Marnie". L'histoire qui vous y sera contée mérite d'être suivie et la façon dont elle est narrée ne fait qu'ajouter au charme de ce dessin animé.


10 commentaires:

  1. Dans mon souvenir, ce film m'avait moins plu qu'Arrietty en raison de son twist un brin tiré par les cheveux. Après cela reste un film sympathique et bien animé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les classerais tous les deux dans la même case, en ce qui me concerne. Arrietty et Marnie m'ont toutes les deux "parlé", en quelque sorte.
      Merci de ton passage, Borat !

      Supprimer
  2. Hé ! Merci pour le clin d'oeil, Laurent !
    Toi aussi, tu as écrit un joli texte. On y ressent bien ton affection pour le film.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le compliment. Je suis content que mon goût pour ce film soit communicatif.
      Bon week-end, Martin !

      Supprimer
  3. Je sais pas pourquoi je ne porte pas le même enthousiasme aux studio Ghibli que la majorité des personnes.
    Je me note celui ci à l'occasion.
    Merci pour cette chronique.
    Bon weekend

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, Laura, certaines productions Ghibli me laissent froid, alors que d'autres me touchent. Celle-ci entre dans la deuxième catégorie.
      Merci d'être passée !

      Supprimer
  4. J'ai préféré celui-ci à "Arrietty", et il est assez décevant en effet qu'il n'ait pu trouver un public malgré ses immenses qualités artistiques.
    Bravo pour cette remise en lumière nécessaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Prince...je crois qu'à la réflexion, je préfère également celui-ci à "Arrietty".

      Supprimer
  5. J'ignorais que le film n'avait pas vraiment marché. Comme Arietty avant, Souvenirs de Marnie m'avait bien plus. Et pourtant je ne suis pas spécialement "film d'animation". Est-ce que le réalisateur travaille sur un autre projet ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce film est en partie responsable, par son échec commercial, de la pause forcée des studios Ghibli. Quel dommage !
      Quant à son réalisateur, Hiromasa Yonebayashi, on lui doit aussi "Mary et la fleur de sorcière" (en 2017). Je n'ai pas connaissance d'un prochain film réalisé par ses soins à venir.

      Supprimer