mercredi 19 juin 2019

Au poste ! (2018)


Cinéaste décalé, voire bizarre, Quentin Dupieux s'est fait un nom avec quelques films qui marquèrent leur public : de "Rubber", dont le héros était un pneu, à "Réalité", où il était question de la recherche du cri parfait, le moins que l'on puisse dire, c'est que le réalisateur ne suit pas les sentiers balisés et qu'il se crée un univers bien à lui, où l'inattendu règne. Avec "Au poste !", cependant, on pouvait penser avoir affaire à un film plus sage, où deux acteurs, Benoît Poelvoorde et Grégoire Ludig, se faisaient face. Ce fut pour moi l'occasion d'entrer dans l'univers de Dupieux, par la porte du commissariat.

Interrogé au sujet d'un meurtre, parce qu'il a découvert un cadavre en bas de chez lui, M. Fugain a face à lui le commissaire Buron, un policier particulièrement difficile à convaincre. En plongeant dans le témoignage du suspect, le représentant de la loi va tenter de comprendre ce qui s'est passé et de savoir si Fugain est vraiment innocent. Tout semble conspirer contre ce dernier, cependant, et ses explications n'arrangent rien.

Résumé comme ça, "Au poste !" pourrait faire penser à "Garde à vue", magnifique classique du cinéma français, qui avait donné lieu à un superbe duel d'acteurs. Mais ce serait sans compter Quentin Dupieux, alias Mr Oizo,  pour donner sa vision de ce qui pourrait être un exercice imposé. Utilisant une esthétique des années 70 (pour les décors, les accessoires, les costumes) et multipliant les références, le réalisateur invite à plusieurs reprises le spectateur à glisser vers la farce avec lui, sans l'y forcer. Le procédé est malin et il faut reconnaître que tout cela fonctionne, pour peu qu'on accepte de se prêter au jeu. 

Si "Au poste !" peut désarçonner, il comporte de vrais moments de fantaisie qui donnent un bel aperçu du talent de son réalisateur et scénariste. Alors, s'agit-il d'une vraie intrigue policière ou seulement d'une gigantesque blague ? Quel est le véritable but de la démarche de Quentin Dupieux ?  En voilà, de bonnes questions, dont je ne suis pas sûr qu'elles trouvent une réponse. 

A défaut, "Au poste !" est une proposition de cinéma qui sort, c'est le moins qu'on puisse dire, des sentiers battus. Pour accompagner le téméraire spectateur dans cette étrange ballade (quoique mon petit doigt me dit qu'il ne s'agit sans doute pas de la plus bizarre des ballades proposées par Dupieux), le casting inédit est une vraie réussite : Benoît Poelvoorde est convaincant et ne part pas en roue libre (ce qui fut parfois le cas par le passé), et Grégoire Ludig tient sans doute là sa meilleure prestation (ce qui n'était pas très difficile). Derrière eux, les seconds rôles s'amusent bien et contribuent efficacement à la crédibilité de l'ensemble. 

Court (73 minutes), mais efficace, "Au poste !" a le mérite de sortir des sentiers battus et rebattus où nous entraîne trop souvent le cinéma hexagonal. Sans être un caillou dans la chaussure du septième art, il a le mérite d'entrouvrir une porte. Au spectateur de s'y glisser (ou pas)....


3 commentaires:

  1. J'ai eu beaucoup de mal avec ce film - et globalement j'ai tjs un peu de mal avec les films de Dupieux (en dehors de Réalité que je trouve quasiment parfait). Toujours l'impression de voir de l'absurde pour de l'absurde, et surtout une idée qui tiendrait sur un court métrage.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup cette "Garde à l'œil" avec un Popoel en mode Bébel et une Anaïs Demoustier frisée comme Valérie Mairesse.
    Très bon rapport camarade.

    RépondreSupprimer