samedi 21 juin 2014

Le secret de Charlie (2010)


Devenue une énorme machine à produire films, séries télévisées et moult produits dérivées, Disney peut inspirer l'admiration, l'inquiétude ou le dégoût. La société aux grandes oreilles, née du rêve de son fondateur, a désormais la main mise sur une bonne partie de la culture populaire. En plus des produits cités plus hauts, on pourrait évoquer les acteurs catalogués "Disney", parce qu'ils ont fait leurs premiers pas dans les films ou téléfilms produits par cette firme (citons, bien évidemment, l'inévitable "High School Musical"). Ces produits étant très ciblés, leurs participants doivent, un jour ou l'autre, se résoudre à en sortir, parce que l'âge les a rattrapés ou qu'ils ont de nouvelles ambitions. Alors, c'est souvent vers le cinéma que ces jeunes pousses se dirigent, avec plus ou moins de succès. Zac Efron, tête d'affiche de "High School Musical", s'est lancé dans des films souvent taillés sur mesure pour lui. "Le secret de Charlie", sorti en 2010, ne lui a pas permis d'accéder au statut d'acteur reconnu, et surtout, de se débarrasser de l'étiquette "Disney" qui lui colle à la peau, faute d'un vrai succès dans les salles...
Depuis que son jeune frère est mort dans un accident de voiture et que lui a survécu, Charlie Saint Cloud, jusque là habitué aux succès en tout genre, a renoncé à tout. Le jeune homme prometteur est devenu gardien de cimetière. 
Lié par un pacte à son petit frère, il discute avec lui chaque soir, au coucher du soleil, ou du moins est convaincu de le faire. 
Un jour, Tess, une ancienne camarade de lycée, débarque dans la petite ville, sur son splendide voilier de compétition. La vie de Charlie, ou ce qui lui en reste, va être bouleversée.

Zac Efron, avec sa gueule d'ange et ses pectoraux à faire se pâmer les midinettes, a voulu, en tournant dans "Le secret de Charlie", changer de registre et d'image. Une louche de mélodrame, une pincée de fantastique et environ deux tonnes de bons sentiments, la recette aurait du fonctionner et offrir à la star de Disney Channel une carrière hollywoodienne digne de ce nom. Hélas, le public ne s'est pas laissé prendre et le film est à peine rentré dans ses frais.


Ne nous mentons pas : "Le secret de Charlie" dégouline de bons sentiments et utilise, dans son scénario, des ficelles (que dis-je, c'est de câble de pont qu'il s'agit) les plus éculées qui soit. A la réalisation, Burr Steers, déjà aux commandes de "17 ans encore" (avec également le petit Zac), met tout cela en boîte sans faire preuve d'audace, en faiseur dévoué, ce qu'il est probablement. 

Du côté de l'interprétation, c'est le pompon. La jeune star aux yeux de biche est sans cesse mise en valeur (y compris dans une scène où il décide, contre tout bon sens, de plonger torse nu dans l'eau glaciale), sans cependant faire montre d'un véritable talent. Si un physique avantageux suffisait à faire un acteur digne de ce nom, cela se saurait. Autour de lui gravitent de jeunes acteurs peu convaincants, mais aussi des revenants, comme Kim Basinger et Ray Liotta.

En résumé, "Le secret de Charlie", avec sa réalisation mollassonne, est à réserver à celles et ceux qui apprécient Zac Efron, la voile, le base-ball et les mélodrames sirupeux.
Cela fait un public bien restreint.


13 commentaires:

  1. Ça sent la soupe à plein nez cette affaire. 17 Ans Encore, c'était déjà très limite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une soupe effectivement bien indigeste. Merci de ton passage.

      Supprimer
  2. "Réservé à ceux et celles qui apprécient Zac Effron" cela existe encore? Tu m'aurais dit cela il y a 6 ans j'aurais compris!lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est vrai, ça. Finalement, il n'était pas nécessaire d'exhumer ce film : je me suis fait du mal pour rien. ;-)

      Supprimer
    2. En y repensant et en voyant son rôle dans Neighbors avec Seth Rogen, Effron me fait penser à Corey Feldman. ça commence en flèche et dès qu'il commence à se faire vieux paf ça s'arrête. D'ailleurs le rôle de Neighbors me fait penser à celui qu'avait Feldman dans Les banlieusards de Joe Dante. Soit le jeune casse-couille qui emmerde ses voisins! J'espère quand même qu'il finira par avoir une carrière plus longue que celle de Feldman, parce que son dernier grand rôle c'est en père de Katy Perry dans un de ses clips!

      Supprimer
  3. Au-delà de sa belle gueule, Zac Efron n'est pas le pire des jeunes premiers, en comparaison du mauvais Taylor Twilight Lautner. Il est plutôt pas mal dans "The Paperboy", mais moins crédible dans "Parkland" en docteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, si on le compare avec Taylor Lautner, il ne s'en sort pas si mal...j'avais déjà pointé sa prestation médiocre dans "Parkland" (voir cet article : http://deuxiemeseance.blogspot.fr/2014/05/parkland-2013.html)...merci !

      Supprimer
  4. Film sans grande originalité avec des personnages typiques et pas très intéressants. Mais qui prouve qu'il y a de l'espoir pour Zac Efron. Le truc c'est qu'il a dans les 26-27 ans et qu'il n'a pas l'air d'évoluer. Il n'est plus vraiment un jeune premier et il s'enferme dans des rôles un peu nazes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait peut-être qu'il accepte un "vrai" rôle, quitte à démolir son image de jeune premier;...et que le public soit prêt à l'accepter dans un tel rôle.
      Merci de ta fidélité, Mel !

      Supprimer
  5. Zac Efron, la voile, le base-ball et les mélodrames sirupeux... il faut tout aimer à la fois ? C'est compliqué, dis donc ! ;) Je crois n'avoir rien vu de ce jeune acteur. S'il reste figé dans ce genre de films, je crois que ce n'est pas près d'arriver.

    C'est assez cruel, Hollywood (et le cinéma en général). Parfois, les jeunes acteurs restent catalogués dans un registre, simplement parce qu'ils n'ont jamais la chance d'être appelés sur un projet plus ambitieux et/ou mieux ficelé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûr, à moins que le petit Zac n'ose se lancer sur un projet plus "casse-gueule" (la tentative de "Parkland" fut bien timide, et assez maladroite), qu'on le voie dans des rôles plus marquants.
      Quant au présent film, il est, tu l'auras compris, extrêmement dispensable !
      Merci de ta fidélité, Martin !

      Supprimer
  6. J'avais des doutes sur ce film. Tenter ? Pas tenter ? Cette fois, tu me passes l'envie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense sincèrement que tu peux t'en passer...et voilà, je viens de te faire gagner 2 heures ;-)

      Supprimer