samedi 24 août 2019

Le mystère Henri Pick (2019)


Le romancier David Foenkinos a déjà plusieurs fois inspiré le cinéma : on se souviendra (ou pas) de "Je vais mieux" ou des "Souvenirs" (et c'est sans compter "La délicatesse", qu'il co-réalisa. Quand un de ses romans fut adapté au grand écran par Rémi Bezançon (à qui l'on devait déjà "Ma vie en l'air", par exemple), on aurait pu s'attendre à un joli succès, tant la combinaison des talents était prometteuse. Hélas, "Le mystère Henri Pick" passa sous pas mal de radars, malgré la présence du bouillonnant Fabrice Luchini en tête d'affiche. Il est peut-être temps de redonner sa chance à ce film français.

Dans une bibliothèque de Bretagne, une jeune éditrice découvre un rayon consacré aux manuscrits refusés par les éditeurs. Sous le charme de sa lecture, elle décide de le publier : c'est vite un triomphe. Seulement, son auteur, Henri Pick, pizzaiolo de profession, est décédé et, selon sa veuve, n'avait jamais rien écrit.
Dubitatif, le célèbre critique littéraire Jean-Michel Rouche est, de son côté, convaincu que ce best-seller est une supercherie. Il va mener l'enquête, aux côtés de la propre fille d'Henri Pick...

C'est en quelque sorte un polar littéraire que nous proposent Rémi Bezançon et David Foenkinos. L'exercice peut être intéressant, le monde de l'édition, souvent mal connu, valant bien un autre territoire, après tout. La plongée dans l'envers du décor s'avère plutôt réussie (sans doute parce que le romancier sait de quoi il parle). Évitant les clichés, Rémi Bezançon, habile réalisateur dont on avait goûté le très beau "Le premier jour du reste de ta vie" ou l'amusant "Ma vie en l'air", ajoute avec ce film un jolie pièce à sa filmographie. Dommage que le public ne l'ait pas suivi : il s'est privé d'un petit film bien agréable et plutôt futé.

Pour une fois, alors qu'on aurait pu le redouter, le thème étant un de ses terrains privilégiés, Fabrice Luchini n'en fait pas des tonnes et donne à son personnage la fragilité nécessaire à sa crédibilité. A ses côtés, Camille Cottin offre une prestation fraîche et vive, correspondant parfaitement à son personnage et permettant d'équilibrer le duo qu'elle forme avec Fabrice Luchini. A l'arrière, dans des rôles d'appui, Bastien Bouillon se montre lui aussi convaincant, tandis que (puisqu'il faut un bémol), Alice Isaaz l'est moins, paraissant bien jeune pour le rôle qu'elle endosse. On remarquera aussi la brève prestation d'Hanna Schygulla, égérie de Fassbinder. 

Plutôt malin, souvent émouvant et assez élégant, "Le mystère Henri Pick" méritait sans doute mieux que son échec au box-office. Faisant appel aux neurones de son spectateur en douceur, il permet de passer un bon moment, sans forcément débrancher son cerveau. Voilà une prouesse que peu de films réussissent à accomplir.


8 commentaires:

  1. Ta chronique m'invite à reconsidérer ce film que j'avais laissé passer. En plus, j'aime bien Camille Cottin... et ce serait amusant de "croiser" Hanna Schygulla (même si j'imagine qu'elle n'a qu'un tout petit rôle).

    Bon week-end, Laurent ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce film m'a agréablement surpris, Martin et je lirai avec attention le billet que tu lui consacreras (le cas échéant).
      Merci de ton passage, l'ami !

      Supprimer
  2. En voilà une bonne nouvelle ! Le film me tentait déjà à sa sortie, maintenant je sais qu'une séance de rattrapage est à considérer sérieusement ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira...et qu'il t'inspirera, Sentinelle !
      Merci de ta fidélité à ce blog :)

      Supprimer
  3. Bonsoir Laurent, je n'avais pas boudé mon plaisir avec un Fabrice Luchini plus sobre que d'habitude et puis ce film est une bonne pub pour la Bretagne en général et pour Crozon en particulier. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola, c'est vrai que c'est joli, ce petit coin du bout du monde...
      Merci d'être passée

      Supprimer
  4. J'ai eu beaucoup de mal avec ce film qui pourtant se laisse regarder. Au bout de 10 mn, disons que j'avais compris ce qui se cachait derrière le mystère... :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu un ressenti plus positif (même si le suspense est très relatif au sujet du "mystère"...et qu'il n'est pas le principal dans ce film).

      Supprimer