samedi 3 novembre 2012

Mission évasion (2002)



Sorti sur les écrans en 2002, "Mission évasion" fait partie de ces films dont le titre français est diablement trompeur. Dans sa version originale, ce long métrage s'appelait "Hart's war" (la guerre de Hart) et ce titre avait le mérite de recadrer l'histoire, en la plaçant du point de vue du lieutenant Hart (joué par Colin Farell). Réalisé par Gregory Hoblit (dont j'ai précédemment chroniqué le très agréable "Fréquence interdite"), "Mission évasion" fut surtout vendu sur le fait qu'il était interprété par Bruce Willis, quittant pour un temps le registre "action-movie" qui fit sa gloire. Il faut croire que cet argument ne fut pas des plus convaincants, puisqu'à l'arrivée, le film ne rentabilisa pas sa mise de départ. Il hante depuis les grilles de la TNT, à défaut d'avoir rencontré le succès à sa sortie.

Hiver 1944-45: en pleine bataille des Ardennes, le Capitaine Tommy Hart (Colin Farell), jeune officier jusque là épargné par les horreurs de la guerre, est fait prisonnier et est envoyé dans le stalag commandé par le Colonel Wisser. Les prisonniers de guerre américains y sont commandés par le Colonel McNamara (Bruce Willis). Quand deux pilotes noirs américains font leur entrée au sein des prisonniers, les tensions vont s'exacerber.

Immanquablement, si l'on évoque le thème des prisonniers de guerre, on songe au grand classique qu'est "La grande évasion". Il faut bien avouer que "Mission évasion" pâtit de la comparaison avec son illustre aîné. C'est dommage, car l'approche choisie était pour le moins inédite : peu de longs métrages se sont penchés sur la terrible bataille des Ardennes (sa meilleure retranscription est sans aucun doute celle faite dans la série "Band of Brothers") et il y avait là matière à un film historique solide.

La partie du film consacrée au jugement du Capitaine Lincoln est particulièrement longue et casse le rythme du film. J'avoue ne pas être adepte des films judiciaires, mais tout jugement personnel mis à part, "Mission évasion" aurait gagné à ce que ce chapitre soit raccourci. De même, de nombreuses intrigues secondaires viennent embrouiller le récit et rendent le film inutilement plus long qu'il ne devrait être. Sachant que ce film est adapté du roman "Hart"s war" (lui-même partiellement inspiré de faits réels), se repose la question maintes fois débattue du passage du livre à l'écran. Sans doute aurait-il fallu se permettre plus de "coupes" dans l'adaptation, à la manière de "L.A. Confidential". La densité du récit et les nombreux fils narratifs différents nuisent à la lisibilité du film.

Les multiples longueurs du film lui nuisent énormément, et c'est dommage car à plusieurs reprises, Gregory Hoblit nous gratifie de scènes marquantes (je songe notamment à celle où le train de prisonniers croise un autre train, rempli de déportés). On admirera également l'excellent travail fait au niveau des décors et de la photographie, ainsi que la sobriété fort à propos de l'interprétation. Le plus grand défaut de "Mission évasion" réside dans son scénario qui emprunte trop de voies différentes pour avoir une direction claire. Au final, il perd son spectateur. C'est fort regrettable.



12 commentaires:

  1. C'est un film qui ne m'avais pas déplu la première fois que je l'ai vu mais, comme toi, il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage, il y avait matière à un grand film...
      Merci de ton passage.

      Supprimer
  2. J'ai vu ce film il y a quelques années. Je n'en ai rien retenu... Même Bruce Willis ne m'a pas marqué ! Tu as sans doute raison dans ton analyse de souligner certaines longueurs qui sont assez prises de tête. Car je m'ennuyais au bout d'un certain temps, ça je m'en souviens très bien !

    Mon conseil pour voir un bon film de guerre : Un Pont trop loin, et là le titre français colle bien avec le titre original : A Bridge to far...

    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a pas mal de "bons" films de guerre dont, effectivement "Un pont trop loin"...celui-là n'en fait pas partie, hélas.
      Merci à toi d'être passé

      Supprimer
  3. Beaucoup de longueurs et de maladresses, en effet. Je n'en ai pas gardé un souvenir impérissable. Voici le billet que j'ai écrit en son temps : http://encyclocinema.over-blog.com/article-mission-evasion-4-10-97028951.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'a décidément pas marqué les mémoires, ce film...
      Merci de ton passage sur mon blog !

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Je n'ai même pas vu passer ce film dont je découvre l'existence en passant par chez vous. Je constate qu'il ne fait pas partie des impérissables du genre, tels "la grande évasion" en effet, mais aussi le formidablement drôle "Stalag 17" de Billy Wilder qui a, je crois, inspiré la série "Hogan's heroes".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un film très dispensable...et "Hogan's heroes" (alias Stalag 13, en VF, je crois) : une référence de bon goût !
      Merci de votre passage, à bientôt, j'espère...

      Supprimer
  5. Je dois faire partie d'une minorité alors je tiens à faire entendre ma voix sur ce film XD certes ce n'est pas un chef d'oeuvre mais je le rangerais pas non plus dans "les films de la honte". J'ai trouvé que l'image était belle et que le sujet sortait un peu de l'ordinaire. Je ne me suis pas du tout ennuyée même si certains passages auraient pu être raccourcis. Comme j'ai été trompée par le titre français je craignais une mauvaise version de La Grande Evasion, j'ai été agréablement surprise par le véritable contenu.

    RépondreSupprimer
  6. Votre voix est la bienvenue sur ce blog. Je suis ravi de voir que ce film n'a pas que des détracteurs, même s'il m'a laissé sur ma faim.
    Au plaisir de vous relire !

    RépondreSupprimer
  7. Franchement pas terrible et très bancal. Ensuite Bruce Willis prend vraiment trop ses grands airs dans ce remake officieux de La grande évasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'était passé au-dessus de la tête, à force de longueurs et de prétention, effectivement. Une déception.

      Supprimer