dimanche 3 février 2013

Coup d'éclat (2004)


Une fois encore, je commence ce billet par un coup de gueule : qui a  eu l'idée saugrenue de traduire "After the sunset" (soit "Après le crépuscule", pour les anglophobes) par "Coup d'éclat" ? Non content de ne rien vouloir dire, ce titre (vous le vérifierez, si l'envie vous en prend) d'une banalité à toute épreuve est également celui d'un autre film, français celui-là, et qui n'a rien à voir avec celui dont je vais traiter dans ce billet. Pour égarer le spectateur (et les moteurs de recherche), la méthode est efficace.

Un couple de voleurs de haut vol décide de raccrocher, après s'être emparé d'un diamant fabuleux et avoir une nouvelle fois humilié l'agent du FBI lancé à leurs trousses. Arrivés aux Bahamas, les deux tourtereaux vont tenter de profiter de leur retraite dorée, malgré les tentations et la présence du limier qui les pourchasse depuis longtemps. 

Rarement casting aura été si séduisant que celui de ce film : Pierce Brosnan, Salma Hayek, Woody Harrelson, Don Cheadle, Naomie Harris (la  remarquable Eve de "Skyfall") s'y bousculent, sous le soleil et les paysages idylliques des Bahamas. En ces temps de grisaille et de morosité, on ne peut qu'être preneur.
Aux manettes, on retrouve Brett Ratner, metteur en scène des "Rush Hour" et de "Dragon Rouge", et qui réalisera après ce film le troisième (et sans doute le moins bon) volet de la saga "X-Men". Le choix peut s'avérer discutable, mais pourquoi pas, après tout ? 
Cerise sur le gâteau, la bande originale est composée par le grand Lalo Schiffrin (excusez du peu) qui collabora déjà avec Ratner sur "Rush Hour". Autant dire que la production part avec nombre d'atouts dans sa manche et que, malgré son titre stupide en français, "Coup d'éclat" avait tout pour être un bon film.

Je vais faire cesser tout de suite l'insupportable attente qui est la vôtre, chers lecteurs. Malgré tous ces atouts, "Coup d'éclat" n'est définitivement pas un bon film. Encore une fois, la raison tient en un mot : le scénario, ou plutôt sa déliquescence.

Partant d'un pitch qui aurait pourtant pu être prometteur, le scénario part dans tous les sens, presque dès le début du film. Oscillant sans cesse entre "film de casse" et comédie, "Coup d'éclat" ne réussit pas à agripper le spectateur. Les scènes "sérieuses" (relatives à l'activité de cambrioleur de Pierce Brosnan) voient leur effet systématiquement ruiné par les confrontations comiques (surtout entre Brosnan et Harrelson). A vouloir s'emparer du genre et l'allier à un ton plus léger, les scénaristes finissent par rater leur coup : "Coup d'éclat" n'est au final ni un thriller, ni une comédie.



On ne jettera donc pas la pierre à Brett Rattner sur ce coup-là, quoiqu'on pourrait lui reprocher de faire le strict minimum syndical : cette faute est bien mineure en regard de la faillite scénaristique. De même, les interprètes n'accomplissent pas de prouesses, comme s'ils avaient peu de foi dans l'entreprise. Le couple vedette est glamourissime (surtout Salma Hayek), les seconds rôles sont des plus intéressants (même si Woody Harrelson en fait des tonnes), mais la flamme n'est pas là.

Alors, oui, les images sont belles, tant pour les paysages que pour les interprétes (Salma Hayek a rarement été aussi sexy), mais de belles images ne font pas un film. Encore une fois, il manque à "Coup d'éclat" l'ossature nécessaire : un scénario solide, ingrédient indispensable à tout film. 

On a l'impression que l'équipe s'est offert de jolies vacances aux Bahamas. Manque de chance : ils ont oublié d'emmener avec eux le scénariste. Lorsqu'on se frotte à un genre dont les canons ont été définis par des orfèvres comme Soderbergh (la saga "Ocean") Michael Mann ("Heat") ou Quentin Tarantino ("Jackie Brown"), c'est pourtant la moindre des choses.


"Coup d'éclat" hante les grilles de notre TNT nationale. Si l'envie vous en prend, malgré ce billet, de le visionner, ce devrait être aisé. Néanmoins, ce film n'en mérite pas tant...


14 commentaires:

  1. J'avais vu une première partie et qu'est-ce que c'était chiant! En même temps c'est de Brett Ratner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, Brett Ratner n'est pas hélas synonyme de qualité. Et là, même le charme des acteurs principaux n'y peut rien.

      Supprimer
    2. De lui, je ne garde que les plaisirs coupables Rush Hour 1 et 2 et encore je m'éclate bien mieux avec un bon Jim Carrey type Ace Ventura.

      Supprimer
    3. J'avoue n'être guère client de Rush Hour... si j'avais un film de Ratner à sauver, ce serait sans doute X-Men 3, parce qu'il s'agit d'un X-Men ;-)

      Supprimer
    4. Sauf que c'est une grosse merde le X Men 3. Ou comment avec un support merveilleux tu peux ne rien en tirer!

      Supprimer
    5. Je suis plus indulgent que toi sur ce troisième volet (même si, on est d'accord, c'est le moins bon de la trilogie).

      Supprimer
    6. De la trilogie mais le pire de l'ensemble c'est Wolverine. Pour X men 3 il n'y a que l'idée de base qui compte, le reste étant un blockbuster vide et franchement ridicule.

      Supprimer
    7. Ah, "Wolverine"...je préfère ne pas en parler de celui-là. Berk.

      Supprimer
  2. Je n'avais vu que le début et cela ne m'avais pas du tout plu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien fait de ne pas aller plus loin, alors. Si cela peut te rassurer, tu n'as rien raté.

      Supprimer
  3. Je l'ai vu il y a longtemps, je ne me rappelle plus trop, si ce n'est que j'étais bien barbée...

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas, je suppose que je doit évité de connaitre ?

    RépondreSupprimer