mercredi 27 février 2013

Waterworld (1995)



Alors qu'il vient de recevoir un César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, il peut être intéressant de jeter un coup d'oeil dans le rétroviseur et de se pencher sur la carrière de Kevin Costner. Propulsé au rang de superstar en quelques films, l'acteur a expérimenté douloureusement l'adage qui veut que "la roche tarpéienne est proche du Capitole" (je sais, ça en jette un maximum, ce genre de citations). Ce discrédit coïncida grandement avec la sortie de "Waterworld", monstrueux bide financier en son temps, au budget explosé (175 millions de dollars) et à l'acueil désastreux (en partie causé par la médiatisation de son tournage délirant).
La suite de l'histoire est connue : les deux Kevin (Reynolds et Costner) se brouillèrent à mort à l'occasion du tournage cataclysmique de "Waterworld". Résultat, l'acteur enchaîna avec "Postman" (qu'il réalisa) qui fut également un bide, avant de perdre définitivement son statut de star des années 90. Quant au réalisateur, il enchaîna avec "187 code meurtre", puis "La vengeance de Monte-Cristo", avant de réaliser le très moyen "Tristan et Iseult" (dont j'ai déjà parlé ici).

Nous sommes au XXVème siécle. A force de réchauffement climatique, la catastrophe a eu lieu : la glace des pôles a fondu et l'eau a recouvert la quasi-intégralité de la planète. Les survivants se sont organisés en tribus, et certains sont en quête de Dryland, dernier bout de terre épargné. C'est à ce moment que surgit un individu étrange, seul sur son bateau...

Le genre post-apocalyptique a ses références et il est difficile de s'y frotter sans subir la comparaison. En l'occurrence, "Waterworld" peut être qualifié de "Mad Max aquatique". C'est plus précisément au deuxième volet de la trilogie australienne qu'il faut comparer ce film. Force est de reconnaître qu'il y a bien des similitudes entre les deux films, mais que "Waterworld" n'a pas l'efficacité brutale de "Mad Max 2". Et c'est là que se situe le problème. Vendu comme le blockbuster ultime (la tag-line était d'ailleurs "Rien de ce que vous avez vécu ne nous a préparé à...Waterworld"), ce film n'a finalement rien d'exceptionnel, hormis son budget démesuré. 

Réalisé par Kevin Reynolds, qui avait contribué à la gloire de Costner avec un Robin des Bois pourtant poussif, "Waterworld" est à bien des égards une simple copie de "Mad Max 2", et l'on pourrait s'amuser à faire moult parallèles entre les deux films. C'est ludique, certes, mais en aucun cas mémorable.

Les acteurs en font des tonnes, chacun dans leur registre. Entre un Costner souvent mutique, un Hopper outrancier et une Jeanne Tripplehorn décidée qui connait son plus grand rôle, tous accomplissent leur tâche avec excès, mais dans pareil cas, on est prêt à leur accorder le bénéfice du doute.
Le scénario de "Waterworld" (auquel avait tout de même collaboré un certain David Twohy, qui fit sensation avec "Le fugitif" quelques années plus tôt) est sans doute son plus gros défaut. Jamais surprenant, rarement audacieux, le script se contente de dérouler une histoire prévisible, utilisant sans vergogne tous les clichés imaginables. 

C'est assez mal réalisé, certes, mais ça vaut bien n'importe quel Michael Bay (ou Roland Emmerich) et ça ne vieillit finalement pas trop mal. Sans être le naufrage et le cauchemar décrit par la presse de l'époque, "Waterworld" est finalement un film d'action comme nombre d'autres. Comme quoi, un budget pharaonique n'assure en rien d'entrer dans les mémoires des cinéphiles.







24 commentaires:

  1. Ah ah, je dois être la seule à aimer ce film ! Il y a bien sur quelques petites maladresses, mais ils en tous ! Je n'ai jamais compris pourquoi il a tant été critiqué ! Moi c'est une histoire que j'aime bien (mon côté Robinson sans doute). Le palallèle avec Mad Max est réel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malgré tous ses défauts, je suis loin de le détester, rassure-toi...c'est juste qu'il avait été sur-vendu à sa sortie. Du coup, la déception fut au rendez-vous.

      Supprimer
  2. Mal réalisé non, je trouve qu'il est franchement bien fait dans son ensemble, les scènes d'action notamment étant bien fichues. Reste que pendant tout le milieu du film, c'est le néant total et il ne se passe rien. Au niveau du scénario, c'est plus que simple: une sorte de Mad Max sur mer. Pas de quoi se relever, en sachant que beaucoup d'acteurs cabotinnent ou sont anecdotiques. Ce qui n'est pas le cas de Costner qui est vraiment bon et le seul à y croire. Un nanar que je vais commencer à affectionner surtout à côté de Postman, qui lui est vraiment une purge (critique dans quelques jours).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Curieux objet que ce film, qui marque le début de la fin de la période de gloire pour Costner...

      Supprimer
    2. Certes mais pour moi le fond arrivera surtout avec Postman. Là franchement...

      Supprimer
    3. Il faudra que je m'arme de courage pour le voir en entier, celui-là... il aurait sa place ici.
      Merci de ton passage !

      Supprimer
    4. Mais attention qu'est-ce qu'il est long. Je l'ai vu lors de son passage en janvier sur NRJ 12, je peux te dire que je me suis bien fait suer.

      Supprimer
    5. Notre cause est juste mais nécessite parfois de grands sacrifices, camarade cinéphage ;-)

      Supprimer
    6. Oui c'est le cas de le dire. Rien que l'autre jour je me suis maté Arrête ou ma mère va tirer. Oh purée quelle purge!

      Supprimer
    7. Ca, c'est de l'abnégation, ou je ne m'y connais pas !

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais compris pourquoi on considère tjrs ce film comme un navet (mais il faut dire que j'ai dû le voir pour la première fois à 8 ans, à cet âge on ne se rend pas compte si un film est mauvais ou non.) Je ne le regarderai pas tous les week ends mais c'est pas déplaisant à regarder. J'avoue que Jeanne Tripplehorn est très agaçante mais Costner tient bien son rôle et j'adore le méchant. Et vu que c'est seulement maintenant en lisant ce post que j'ai fait le lien avec Mad Max, Waterworld n'a jamais, à mes yeux, souffert d'une quelconque comparaison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Navet, non, mais chef d'oeuvre sûrement pas (bien qu'il ait été annoncé comme tel). Il gagne à vieillir, en tout cas..

      Supprimer
    2. Le mot navet est quand même souvent évoqué. Bon après s'il a été vendu comme un chef d'oeuvre, il a souffert de l'attente qu'il a lui mm créée. C'est con

      Supprimer
    3. Les médias ont également leur part de tort dans cette histoire. Si la brouille Costner/Reynolds avait été moins médiatisée, on aurait pu ne parler que du film, je pense.
      Merci de ta fidélité à ce blog :)

      Supprimer
    4. Même au niveau de la production! Dès qu'il y avait une couille, il y avait une news qui filtrait! Et quand tu es sur une grosse production, ce genre de détails n'est vraiment pas à dévoiler.

      Supprimer
    5. Absolument d'accord. Sans cette aura catastrophique, "Waterworld" aurait peut-être connu un autre destin.

      Supprimer
    6. Il aurait je pense mieux marché. Tout ce battage médiatique n'a franchement pas aidé.

      Supprimer
    7. Nous ne saurons jamais ce qui se serait passé avec un peu plus de sagesse chez les producteurs et les médias. Le destin d'un film peut être funeste.

      Supprimer
  4. Comme Chonchon, je fais partie du très petit cercle des défenseurs de Waterworld. Vu pour la première fois quand j'était gosse, je l'ai revu depuis 2-3 fois avec le même plaisir. Rien d'exceptionnel je l'accorde, des acteurs pas toujours fins, mais la réalisation est largement correcte et l'ambiance Mad Max aquatique me plait énormément. Un bide qui s'explique au niveau du budget énorme pour ce qu'est le film au final - un divertissement honnête, quelques fois fun, assez ennuyeux au milieu de la bobine certes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Annoncé comme le blockbuster ultime, ce n'était donc finalement qu'un film comme d'autres...

      Supprimer
  5. Une immense déception forcément. K. Costner est totalement investi dans le film, mais l'ensemble est trop bordélique pour convaincre, sans compter un scénario hélas trop prévisible

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, on ressort de ce film avec une impression de gâchis. Merci de ton passage.

      Supprimer
  6. En tous cas, je suis contente de constater que vos avis sont objectifs et que le film ne se prend une vraie volée de bois vert. Cool. Par contre... je remets le couvert : SERAIS JE EGALEMENT LA SEULE A AVOIR AIME POSTMAN ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce qui concerne "Postman", je ne désespère pas de réussir à le voir un jour...et à le chroniquer dans ces colonnes. Peut-être l'apprécierai-je, qui sait ?

      Supprimer