samedi 17 mai 2014

Les Bidochon (1996)


L'adaptation d'une bande dessinée est un exercice délicat, auquel bien des réalisateurs se sont essayés, souvent sans grande réussite, plus rarement avec succès. Dans la catégorie (bien remplie) des transpositions ratées, on pourrait citer, en vrac et sans préférence, les passages à l'écran de personnages tels que Lucky Luke ou Astérix (à l'exception du film réalisé par Alain Chabat). Les réussites sont plus rares et il faut aller chercher loin pour en dénicher. Avant la vague actuelle d'adaptations (on pourrait parler de pillage, parfois), certaines pièces notables du neuvième art ont été portées à l'écran. Ce fut le cas, en 1995, des célèbres Bidochon, couple de français moyens, beaufs caricaturaux, que Christian Binet avait créé avec le succès que l'on sait.

Robert et Raymonde Bidochon se sont rencontrés par le biais d'une petite annonce, avant de se marier, puis de se retrouver engoncés dans la routine. 
Ces deux Français plus que moyens semblent concentrer à eux deux toutes les médiocrités possibles. Coincés dans leur banlieue et leurs habitudes, ils vont participer à un jeu télévisé qui pourrait bien changer leurs vies...ou pas.


Serge Korber n'a guère de lettres de noblesse, en matière de cinéma. Connu essentiellement pour avoir réalisé "Sur un arbre perché" et "L'homme orchestre", deux comédies ne tenant debout que grâce à leur interprète principal (le grand Louis de Funès), ce réalisateur a connu, dans les années 1970, une période peu glorieuse où il réalisa plusieurs films pornographiques, avant de revenir au cinéma traditionnel, puis de bifurquer vers la télévision. Sans aucunement méjuger ce metteur en scène au vu de son parcours, force est cependant de constater que son talent est bien maigre.

On comprend donc mal pourquoi le projet d'adaptation d'une bande dessinée du calibre des "Bidochon" fut confié à ce réalisateur. L'incompréhension peut virer à la stupeur au vu du casting : derrière Jean-François Stévenin et Anémone, on remarquera la présence de Daniel Gélin, Annie Girardot et Jean-Pierre Cassel, ainsi qu'Elie Semoun, Arthur (oui, l'animateur), Richard Darbois (une des grandes voix du doublage francophone), Jean-Luc Bideau, et j'en oublie.

Ces interprètes, visiblement décidés à bien s'amuser, tentent de sauver le film, torpillé dès le début par un scénario poussif, mille coudées sous le niveau du matériau d'origine. Alors que les planches de Binet brillaient par leur ton corrosif, le film accumule dès le début le registre de la caricature épaisse et des gags faciles. Alors que les personnages de la bande dessinée (et particulièrement Robert) étaient vite détestables, on prend ceux du film en pitié, devant les situations qui les accablent.

Non seulement, "Les Bidochon" n'est jamais drôle, mais il tombe régulièrement dans les travers que l'oeuvre originale vilipendait. Il s'agit au final d'un ratage en bonne et due forme, un de plus à mettre à l'actif de Serge Korber (le dernier, fort heureusement).


10 commentaires:

  1. Une des pires adaptations de ces dernières années (avec le San Antonio ils se battent pour la palme...).

    RépondreSupprimer
  2. Franchement quand certains producteurs comprendront qu'une BD à gags ne peut pas faire un bon long sur le long terme? Bon là c'étaient les débuts, il y a prescription mais depuis le désastre n'a cessé de continuer: Les profs, Boule et Bill, le film Titeuf n'était pas trop à la hauteur, les Garfield... Bon Snoopy pourrait changer un peu les choses, mais franchement c'est à chaque fois mauvais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûr que ces adaptations soient à l'honneur de la bande dessinée. C'est dommage : quelques belles oeuvres du neuvième art pourrait donner des films géniaux (ou des séries exceptionnelles).

      Supprimer
    2. Attention je ne parlais que sur les BD à gags les BD avec une histoire sur un ou plusieurs tomes me paraissent plus légitimes, car comme tu le dis certaines oeuvres mériteraient de belles adaptations. Mais il ne faut pas prendre n'importe quoi non plus. Quand tu vois le machin kitsch et ringard que va être Benoît Brisefer au cinéma, c'est d'un sinistre.
      Ensuite je ne comprend pas le raisonnement des scénaristes, producteurs ou réalisateur de ce film sur les Bidochons. C'est quand même une BD Fluide Glacial donc assez trash ou tout du moins politiquement incorrect et là de ce que j'ai lu ou vu, c'est un truc tout public! Déjà rien que pour les acteurs c'est totalement à côté de la plaque. Anémone c'est juste pas possible.

      Supprimer
    3. Tu as tout à fait raison de recadrer le commentaire, c'est moi qui ai généralisé à tort. En fait, je viens de terminer l'excellente série "Il était une fois en France" (6 tomes) qui ferait une merveilleuse série, je pense, pour peu qu'on s'en donne les moyens.
      Pour les Bidochon, c'est effectivement incompréhensible et irrécupérable.

      Supprimer
    4. Pas de problème amigo! ;) Oui je l'ai souvent vu en librairie. Moi perso j'ai lu récemment le premier tome de Siberia 56 de Christophe Bec et Alexis Sentenac. Je me serais cru dans une sorte de Prometheus mais en mieux! Et j'ai enfin terminé le Peter Pan de Loisel. Je sais qu'Hollywood essaye d'adapter le roman de Barrie par deux fois mais aucun n'aura la violence et la puissance de la réécriture de Loisel. Il y a quelques années, un mec avait fait une démo avec Jules Sitruk en Pan (attention à ne pas confondre avec Peter), François Levantal en Crochet, la chanteuse Leslie en Clochette et Michel Muller en Mouche. Mais ils n'ont jamais réussi à en faire un long vraisemblablement. Dommage car l'histoire selon Loisel sera un beau moment de fantasy sur grand écran mais sa noirceur pourrait effrayer les enfants. On parle quand même d'une BD où une enfant se fait bouffer par un croco à cause de la fée Clochette et de Jack l'éventreur tuant des prostituées dont la mère de Peter. ;)

      Supprimer
  3. Bonsoir, moi qui aime beaucoup Robert et Raymonde en BD, je suis contente de ne pas avoir vu le film (et ton billet me conforte dans cette idée). Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola. Tu fais bien : ce film est un outrage à la BD d'origine.
      Merci d'être passée.

      Supprimer
  4. Mais enfin, pourquoi cette adaptation ? D'ailleurs, qui s'en souvient ? Grosse, grosse mais alors une grosse ineptie !

    RépondreSupprimer