mardi 27 mai 2014

Le lièvre de Vatanen (2006)


La carrière de Christophe Lambert, ex-star des années 80, est un véritable phénomène. Arrivé au sommet en quelques films (souvenez-vous de "Greystoke" et de "Subway"), il a réussi, en accumulant les pires choix et les erreurs de parcours, à s'offrir une des plus belles collections de navets qui soient. Des suites pitoyables de "Highlander" à "Beowulf" en passant par "Vercingetorix", Christophe Lambert a maintes fois donné lieu à des critiques assassines, mais on ne peut s'empêcher de penser qu'il est toujours sincère dans ses choix, en tant qu'acteur ou producteur. 

Photographe reconnu, Tom Vatanen craque, alors que son employeur l'a envoyé prendre des clichés particulièrement sordides de jeunes gens décédés d'overdose. Lorsque sa voiture percute un lièvre, sur une route canadienne, il va se mettre en tête de sauver l'animal, puis s'y attachera. Abandonnant du même coup son existence superficielle, Vatanen va, toujours accompagné de "son" lièvre, découvrir un nouveau sens à sa vie et faire des rencontres surprenantes...

Le roman dont est tiré "Le lièvre de Vatanen" (et qui a déjà donné lieu à une adaptation, en 1977, sous le titre "L'année du lièvre") est, paraît-il, un best-seller en Finlande. On peut comprendre, donc, que Marc Rivière, le réalisateur, scénariste et producteur de ce long métrage, ait jeté son dévolu sur cette histoire.La littérature nordique a le vent en poupe (et c'est souvent bien mérité), mais il ne faut cependant pas imaginer que tout ce qui vient du froid attirera le public. En l'occurence, n'allons pas par quatre chemins : "Le lièvre de Vatanen" est raté.

Ne trouvant jamais le ton juste, entre fable humaniste et comédie loufoque, le réalisateur ne choisit jamais sa voie et finit par livrer un produit bancal, auquel on ne croit pas un instant. Pétri de bonnes intentions au départ, mais torpillé un traitement au petit bonheur la chance, le film est vite laborieux, voire pénible.

On pourrait se consoler avec le casting mais là aussi, le ratage est complet. De notre Christophe Lambert national (ou international, allez savoir) dans le rôle principal, à François Morel, en passant par Julie Gayet, les interprètes sont bien peu crédibles et donnent l'impression d'être prisonniers d'une histoire à laquelle personne ne croit. 

Sous des dehors de conte initiatique, "Le lièvre de Vatanen" est finalement une simili-farce pataude et caricaturale, souvent ridicule et jamais touchante. Le roman d'origine méritait sans doute mieux.


13 commentaires:

  1. Film consternant, un gazier qui parle à son lapin 1h40 durant....
    On a rarement vu mieux comme concept. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tellement conceptuel que je suis passé à côté...sûrement un grand film, riche de sens, mais qui m'a échappé.
      Je ne vois pas d'autre explication ;-)

      Supprimer
  2. Le livre est très bon. En revanche, son adaptation est loupée. Sans parler de notre cher Lambert national à la ramasse, mais tellement sympathique. Vu avec un pote, on s'est bien marré devant sa prestation et son rire bizarre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux qu'abonder dans le sens de ce commentaire, qui traduit parfaitement ce que j'ai ressenti face à cet étrange film.
      Merci.

      (j'ai supprimé ton premier commentaire, qui faisait doublon ;-))

      Supprimer
  3. Totof Lambert aime beaucoup ce film tout du moins cela lui a permis de trouver des rôles qui l'intéressent plus, moins dans le cachetonnage. Le coco venait de ressortir de la mauvaise aventure Highlander Endgame et il voulait retrouver un rôle à personnage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est clair qu'il tient ici un sacré personnage en la personne de ce photographe qui se découvre en échangeant avec un lièvre...
      Je reste pourtant persuadé que la fable aurait pu fonctionner, cela dit.

      Supprimer
    2. Et puis l'ami Totof s'est quand même assagi. Maintenant il ne fait plus de grosses productions (hormis Ghost rider 2 où il apparaît moins de dix minutes) plus des films à bas prix mais qui sortent en salles. Pas plus mal.

      Supprimer
    3. Cela me paraît effectivement une sage décision de sa part, parce qu'au fond, je l'aime bien, notre Christophe Lambert.

      Supprimer
    4. Mais le pire c'est qu'il est passionnant. J'avais lu ses interviews carrière sur Ecran large et Mad Movies et le mec se souvient de beaucoup d'anecdotes. D'ailleurs il a quelques films dans le collimateur: Highlander 2 et 4, Beowulf et Vercingétorix. Et sur Le sicilien il a un peu été déçu.

      Supprimer
    5. Je me rappelle de ses interviews (à la "grande époque") dans Première, notamment : il vivait ses rôles avec une intensité qui forçait l'admiration. Quel dommage que sa carrière ait pris le tour que l'on sait...

      Supprimer
    6. Oui "la grande époque" en effet. Je pense que sa carrière a foiré à cause de mauvais choix. Je pense qu'il n'aurait jamais dû accepter la première suite de Highlander même par respect pour Russell Mulcahy. ça lui a complètement liquidé sa carrière et s'il s'est enfermé dans ce genre de série B à deux balles.

      Supprimer
  4. Flûte, ça me tentait ce film. Mais vu ton billet et les commentaires, je crois que je vais m'abstenir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Libre à toi d'essayer. Comme dit l'expression, c'est toi qui vois ;-)

      Supprimer