dimanche 6 juillet 2014

Flipped (2010)


Rob Reiner a réalisé de grands films, inoubliables pour bon nombre de cinéphiles. Je citerais, dans des registres très variés, "Quand Harry rencontre Sally", "Stand by me", "Princess Bride" ou "Spinal Tap". Qu'un de ses films ait peu de succès a de quoi surprendre. Qu'il ne sorte carrément pas sur nos écrans peut désarçonner. Le récent "Flipped", qui avait pourtant comme cadre les années 50 qui réussirent tant par le passé à ce réalisateur, fut l'un de ses plus gros échecs commerciaux. Ayant rapporté moins de 2 millions de dollars, il n'atteint jamais les salles obscures de l'hexagone. Avoir réalisé quelques-uns des standards du cinéma des années 80 n'est donc en aucun cas le sésame vers le succès.

Julianna Baker est tombée amoureuse de Bryce Loski le jour où ce petit garçon a emménagé de l'autre côté de sa rue. Depuis, elle sait qu'un jour, elle l'embrassera, malgré leurs différences et les obstacles qui se dressent entre eux. 
Bryce, de son côté, voit en Julianna une fille bizarre, qui le poursuit de ses assiduités depuis l'école primaire. Qu'elle s'attache à un vieux sycomore promis au tronçonnage ou qu'elle distribue les oeufs de ses chères poules dans le quartier, rien à faire : la fille bizarre de l'autre côté de la rue lui est indifférente. Enfin, c'est ce qu'il pense, ou aimerait penser. 

A lire ce rapide résumé, on peut se dire qu'on a affaire ici à un nouvel opus dans la catégorie déjà surpeuplée de la comédie romantique, même si l'histoire en question prend ses racines dans le plus jeune âge de ses protagonistes. Tiré d'un roman de Wendlin van Draanen, le scénario (le premier écrit par Reiner depuis le mythique "Spinal tap") prend le parti de situer l'intrigue dans l'Amérique des années 50, chère à ce réalisateur. Il fleure bon sur cette histoire un parfum de "Happy days" et il faut reconnaître qu'en cela, l'adaptation est réussie. L'autre bonne idée est de donner la parole, alternativement, à Bryce, puis à Julianna, permettant au spectateur de revenir sur le point de vue qu'il avait adopté sur telle ou telle situation.

Ce qui pêche le plus dans le film est, cependant, à mettre au débit du scénario et de certains de ses choix malheureux. A plus d'une reprise, l'intrigue s'embourbe, sous couvert d'explication, dans l'ornière du mélodrame, ou dans des séquences inutilement allongées alors que d'autres auraient mérité plus d'ampleur. Je songe notamment au passage concernant les œufs que distribue Julianna, débouchant sur maintes scènes répétitives, alors que le sycomore (auquel le film doit tout de même son affiche) voit son existence rapidement expédiée. 

Rob Reiner a toujours eu une affection particulière pour ses acteurs, en particulier les plus jeunes. On se souviendra avec émotion de l'ode à l'enfance qu'était "Stand by me". Ce"Flipped" ne fait pas exception. Remarquablement dirigées, les enfants interprétant les deux héros de cette romance insufflent la crédibilité qui aurait pu faire défaut à ce film. Face à eux, les revenants Aidan Quinn et Rebecca de Mornay, qui se font décidément bien rares à l'écran, imposent par leur présence et leur talent, sans cependant faire d'ombre à leurs jeunes protagonistes. 

Certes, "Flipped" n'est pas un film à la hauteur des "grands" films de Rob Reiner, mais il méritait mieux que l'accueil glacial qui fut le sien. Les amateurs du genre, s'ils ont l'occasion de le visionner, auraient tort de s'en priver. 












6 commentaires:

  1. En téléchargement, je regarde ce soir & te donnerai mes impressions demain ... Revu hier pour la énième fois l'éblouissant "Un été 42", la magie opère toujours, je suis amoureux de ce film en fait.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que ce "Flipped" tienne la comparaison face à "Un été 42", mais serai ravi d'avoir ton avis sur ce film.
      Bonne journée, Ronnie.

      Supprimer
    2. On peut passer son chemin :(
      Bluette naïve, plate et sans saveur, ennuyeuse & désuète au possible. Pénible aussi la double narration, bref rien à sauver. :-)

      Supprimer
    3. Tu as finalement été moins indulgent que moi. ;-)

      Supprimer
  2. Je n'avais pas du tout été emballée par Stand by me. Alors ce que tu dis là ne m'étonne pas, et ne me donne guère envie de le voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, si tu n'as pas apprécié "Stand by me", n'essaie même pas celui-là !

      Supprimer