vendredi 11 juillet 2014

Jonah Hex (2011)


Les adaptations de comic-books ont le vent en poupe. Les productions Marvel ne cessent de battre des records, chaque fois qu'elles mettent en scène les super-héros qui dirent la renommée de ce qui fut autrefois une simple maison d'édition. Son principal concurrent, DC Comics a du mal à faire face et, hormis Batman et Superman, n'a que peu de challengers à opposer aux X-Men et autres Avengers. Parmi les adaptations qui ne remuèrent guère les foules, on peut citer "Jonah Hex", issu de l'univers DC Comics. Son immense échec aux Etats-Unis fut tel que ce film ne sortit, dans nos contrées, qu'en vidéo, et encore, avec son doublage québécois. 

Pour avoir refusé d'obéir à son supérieur, le terrible Turnbull, Jonah Hex a vu sa famille massacrée par lui, avant d'être marqué au fer rouge par cet officier. Laissé pour mort, il a pourtant été sauvé par des Indiens et, depuis, possède quelques pouvoirs (dont celui de communiquer avec les morts). 
Bien décidé à obtenir vengeance, Jonah Hex va affronter Turnbull qui, lui, a décidé de rayer de la surface de la Terre les Etats-Unis, voire le reste du monde.

Je n'irai pas par quatre chemins. "Jonah Hex" est mauvais, épouvantablement mauvais et mérite bien le sort qui fut le sien lors de sa sortie (ou de ce qui lui tint lieu de sortie). Un tel ratage ne donne guère envie de consacrer des lignes à l'autopsie de ce qui aurait pu être un film intéressant, à défaut d'être une oeuvre mémorable, ni à chercher les raisons du désastre. 

Jimmy Hayward réalise ici son premier long-métrage en prise de vues réelle, après "Horton". Il réussit à cette occasion à faire un film d'action ennuyeux malgré sa courte durée (1h10 !), prévisible, mal filmé, monté au sécateur, doté d'effets spéciaux calamiteux.  Au vu du bide monumental de ce film, il est probable que ce réalisateur ne se voit pas confier de caméra avant longtemps. 

Que dire de la distribution ? Que les premiers rôles cabotinent à outrance, qu'il s'agisse de Josh Brolin ou de John Malkovitch ? Que la plastique de Megan Fox ne peut en aucun cas faire oublier son manque de talent ? Qu'on est bien chagriné pour Michael Fassbender ? Que Michael Shannon mériterait décidément mieux ? Nul doute que "Jonah Hex" fait partie des films que ces acteurs aimeraient sans doute oublier. 

Il n'y a absolument rien à sauver de "Jonah Hex", même pas sa bande originale. Ce n'est pas encore cette fois que le mélange du western et du fantastique fonctionnera sur grand écran. 




6 commentaires:

  1. Je n'ai vu qu'une partie (mais conséquente) de ce film et on voit que le film a été mutilé. Certaines scènes finissent très rapidement au fondu au noir, visuellement c'est tout de même très pauvre et même Josh Brolin ne veut plus en entendre parler. Pas un mal qu'il soit sorti en DTV chez nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le film tout entier laisse un arrière-goût de saccage : à oublier au plus vite, de préférence...

      Supprimer
  2. Je suis totalement d'accord avec toi sur ce film raté dans les grandes largeurs. En même temps, je me demande dans quel bon film a joué (c'est un grand mot) Megan Fox.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. This is 40 de Judd Apatow. ;)

      Supprimer
    2. Une vraie purge que ce film. La question relative à Megan Fox est pertinente...mais j'avoue peiner à y répondre ;-)

      Supprimer
  3. Yop ! :)

    J'ai découvert ce film il y a quelques mois, des potes m'en ont parlé. Je ne connaissais pas du tout alors je l'ai regardé avec eux (puisqu'ils avaient le dvd^^). C'est sympa, mais ça ne fait pas vraiment "sérieux". J'y trouve un petit côté nanar, et il est clair que ce film ne se démarquera pas des autres productions axées sur les comic-book. Je crois que même Ghost Rider 1 est mieux que celui-ci.
    Jona Hex est un personnage plutôt badass, mais dans ce film ce n'est pas très bien retranscrit, dommage.

    RépondreSupprimer