dimanche 12 octobre 2014

Cyprien (2008)


Signe des temps, les geeks envahissent les écrans, grands et petits : cette partie de la population, souvent plus à l'aise avec les ordinateurs que les véritables personnes, baignant dans une culture devenue mainstream, et refusant souvent de grandir, tient les commandes de bon nombre d’œuvres à succès. La très drôle série "The big bang theory", pour ne citer qu'elle, donne un bel aperçu de la vie quotidienne de cette étrange peuplade (à laquelle j'avoue me sentir souvent affilié). Au cinéma, c'est une autre paire de manches : les geeks sont souvent des personnages secondaires, parfois caricaturaux (je songe notamment à "Die Hard 4", par exemple). Pour en pas être en reste, le cinéma hexagonal a aussi utilisé cet archétype, pas toujours de la façon la plus fine. L'équipe de "Cyprien", Elie Semoun en tête, a essuyé un bel échec, 

Cyprien, à 35 ans, est un garçon timide, au physique disgracieux, s'y entendant plus avec les ordinateurs qu'avec le genre humain. Informaticien au sein du magazine "Dress code", il voit passer les top-models sans pouvoir espérer approcher la première femme venue. Toujours puceau, Cyprien ne s'épanouit que derrière un écran d'ordinateur, avec ses potes geeks. Quand il est licencié, sa vie s'effondre. Mais le destin va lui offrir une seconde chance, sous la forme d'un déodorant magique. Métamorphosé, Cyprien va devenir l'opposé de ce qu'il a toujours été.

A lire le pitch que je viens de vous livrer, n'importe qui pourra deviner le déroulement de l'histoire de Cyprien, mijoté à partir du personnage recherchant une "blonde à forte poitrine" dans les célèbres petites annonces d'Elie Semoun. Malheureusement, ce qui peut alimenter (et encore !) un court sketch ne peut en aucun cas devenir un long métrage. Les quelques sourires qu'on peut avoir lors des premières scènes deviennent vite crispés, avant de céder à l'agacement, puis à l'ennui.
Malgré la présence de toute sa bande (ou peut-être à cause d'elle, justement), Elie Semoun n'est presque jamais convaincant. A force de gags répétitifs et souvent lourds, de vannes éculées et d'artifices visuels grossiers, voire grotesques, "Cyprien" est une comédie pas drôle : un comble. Mais le pire reproche qu'on puisse lui faire reste de traiter ses personnages par le mépris.

David Charhon, le réalisateur, livra ici son premier long métrage et, après le bide sévère de "Cyprien", eut une deuxième chance en mettant en scène "De l'autre côté du périph'". C'est heureux pour lui car, entre un scénario inintéressant et prévisible, des personnages de l'épaisseur d'un papier à cigarette et de multiples placements de produits (une tendance particulièrement affligeante, à mes yeux), son premier galop d'essai avait tout de l'accident industriel.

La caricature est un art et, en regardant "Cyprien", on ne peut que constater qu'il n'est pas maîtrisé par Elie Semoun et sa bande. Traçant à gros traits gras le portrait d'un nerd puceau et de sa bande, le film donne l'impression de se moquer de ses personnages, alors qu'un regard plus attachant aurait été salutaire. Au lieu de cela, c'est une succession de gags sentant le réchauffé, voire le brûlé, que nous sert Elie Semoun. Ceux qui l'ont apprécié dans ses petites annonces, qui bégayaient déjà sérieusement, risquent, s'ils ont la mémoire courte, de trouver cette pochade à leur goût.
Les autres passeront leur chemin, cela vaut mieux. 






16 commentaires:

  1. Euh... je fais l'impasse, là, je crois.

    Cela dit, j'ai vu "De l'autre côté du périph" qui, sans être transcendant, était correct pour une soirée vide-neurones. Elie Semoun ne m'ennuie pas, mais je le préfère à très petite dose.

    Bonne journée, Laurent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, fais l'impasse, Martin, cela vaut mieux.
      Merci du passage.

      Supprimer
  2. Ou Chloé O'Brian dans 24. ;) Sinon un film qui dézingue les geeks on ne sait pas pourquoi, peut être par pur vanité par un comique richard avec un beau carnet d'adresse. C'est vrai qu'il est toujours bon de se moquer des petits quand on n'a rien à raconter. Sans compter que c'est réalisé avec les pieds et surtout bah c'est nul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, ce film est tout simplement à éviter...
      Ca a le mérite d'être clair ;-)

      Supprimer
  3. Compte tenu de cet avertissement très inspiré, je vais à mon tour passer au large. Il faudrait arrêter de croire qu'un type qui fait quelques vannes drôles sur des plateaux télé peut tenir à bout de bras un film entier. Desproges, reviens, ils sont devenus fous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si Desproges revenait, il serait effaré de voir ce qui fait rire le bon peuple de France, je crois ;-)
      Pour ce qui est de "Cyprien", si mon expérience peut servir à vous éviter à toutes et tous pareille épreuve, mon épreuve n'aura pas été vaine...ah, on me chuchote dans l'oreillette que j'en fais un peu trop.

      Supprimer
    2. "Si Desproges revenait, il serait effaré de voir ce qui fait rire le bon peuple de France" Kev Adams. Mais non Pierre ne te retourne pas!

      Supprimer
    3. Il y aurait beaucoup à dire, et matière à se lamenter, sur ce qui est devenu aujourd'hui la norme, en matière d'humour. On ne peut plus rire de tout, alors on se contente de bien peu....ou pas.

      Supprimer
  4. C'est tout sauf un chef d'œuvre, on est d'accord... mais moi j'y ai trouvé un petit côté attachant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Chonchon.
      Je n'ai, quant à moi, pas réussi à m'attacher aux personnages de ce film...et mon rejet épidermique d'Elie Semoun n'a rien arrangé, c'est vrai.

      Supprimer
  5. Bonjour Laurent ! Pathétique ce film, bourré de clichetons, et comme tu le dis justement c'est froid et méprisant aucun attachement ni substance pour les personnages. Vite vu, vite oublié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Max !
      Quand je l'ai visionné, c'est plus le mépris envers ses personnages qui m'a gêné que le fait que ce ne soit pas drôle (ça, le cinéma français nous y a habitués). Merci d'être passé !

      Supprimer
  6. Je ne m'y suis pas risqué jusqu'à maintenant, et je pense que je ne m'y risquerai jamais. Pourtant, j'apprécie assez le "style" d'Elie Semoun.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu fais bien de passer ton tour. Il faut, je crois, être un fan absolu d'Elie Semoun pour accrocher à ce "Cyprien".
      Merci de ta fidélité !

      Supprimer
  7. Hello !
    Je n'ai pas encore eu le courage de regarder ce film... Déjà la bande-annonce et l'allure du personnage m'avaient dégouté. Ce genre de "caricature baveuse et merdique" non merci. Je ne suis pas sûre de rire en visionnant ce film, en plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, la dragonne...
      Tu peux t'éviter le visionnage de ce film, en toute franchise. Il doit bien avoir, quelque part, une comédie digne de ce nom qui t'attend.

      Supprimer