dimanche 16 septembre 2012

La vie d'une autre (2012)


Première réalisation de la comédienne Sylvie Testud (auréolée de succès notamment pour son interprétation de Françoise Sagan dans le biopic qui lui fut consacré), "La vie d'une autre" est un film inspiré du roman éponyme de Frédérique Deghelt.
Sorti au début de l'année, il était porté par un duo d'acteurs qu'on ne présente plus : Juliette Binoche et Matthie Kassovitz. Malgré cela, ce film ne connut pas le succès qu'on avait prévu pour lui. Quelques mois après sa sortie en salles, alors qu'il est possible de le visionner chez soi, penchons-nous sur le cas de ce long métrage.
Un beau matin, Marie se réveille à quarante ans, sans avoir le moindre souvenir des quinze années écoulées. Elle se découvre mariée à un dessinateur de BD et mère d'un petit garçon, mais se rend également compte qu'elle n'est pas forcément celle qu'elle croyait : durant ces années disparues de sa mémoire, elle est devenue une femme d'affaires féroce et son couple vire au cauchemar...

Un soupçon de fantastique dans un film français, voilà qui n'est pas si courant. La chose est osée, et n'a pas toujours donné les meilleurs effets. Par charité, je tairais les noms de ceux qui s'y frottèrent sans bonheur. Point n'est besoin de tourner autour du pot : "La vie d'une autre" fait partie, hélas, de cette catégorie.

Hésitant entre comédie (un travers commun à beaucoup de films jouant sur le voyage dans le temps), film romantique et drame intimiste sur le temps qui passe, "La vie d'une autre" est un film bancal qui ne sait trop sur quel pied danser. La faute en incombe à un scénario hésitant, multipliant les longueurs.

L'interprétation est pour le moins inégale : Juliette Binoche a rarement été aussi peu convaincante, jouant l'exubérance au risque de ruiner la crédibilité de son personnage. S'il s'agit sans l'ombre d'un doute d'une actrice extrêmement douée, la façon dont elle aborde ce rôle est pour beaucoup dans l'agacement qu'elle provoque. Mathieu Kassovitz, quant à lui, fait ce qu'il peut pour sauver ce qui peut l'être, mais donne l'impression d'assister impuissant à un naufrage. 

Pour son coup d'essai, Sylvie Testud a sans doute mal choisi son premier long métrage. Qui trop embrasse, mal étreint, dit l'adage populaire, et il est conforté par cette réalisation. A vouloir se faire croiser trop de genres en une seule histoire, la réalisatrice tente un mélange hétérogène qui s'avère insipide.

Il faut le reconnaître : ce film est raté, tout simplement. Même si, sur le papier, le pitch était prometteur, "La vie d'une autre" est une déception.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire