samedi 1 septembre 2012

Pirates (1986)


Attention, nostalgie en vue !
On ne présente plus Roman Polanski, réalisateur de films devenus des classiques (et d'oeuvres plus mineures, voire très oubliables, reconnaissons-le), et homme à polémiques (mais ce blog n'est en aucun cas le lieu). Si tous les cinéphiles connaissent les piliers de sa filmographie ("Rosemary's baby", "Le bal des vampires" ou, plus récemment "Le pianiste" et  "The ghost writer"), peu nombreux sont ceux qui se rappellent de "Pirates", hommage aux films de pirates qu'il réalisa au coeur des années 80, avec un budget pharaonique pour l'époque. Pensez donc : pour les besoins du film, il fallut construire le bateau au centre de l'histoire, navire qui fut cédé peu après à la ville de Cannes, pour le quarantième anniversaire du Festival du film.

C'est dire les moyens mis à la disposition de Polanski pour réaliser ce film, bien avant la ressurection du genre avec la série des "Pirates des Caraïbes". A l'époque, les effets spéciaux n'étaient pas ce qu'ils sont aujourd'hui, d'où (par exemple) la construction "en dur" du fameux vaisseau. Malheureusement, le succès du film ne fut pas à la hauteur de son budget. Roman Polanski dut passer par la case "théâtre" et retourner à des films moins ambitieux, après cette incursion dans le "grand spectacle".
Alors "Pirates" est-il un véritable ratage ? Ou un simple rendez-vous manqué avec le public ? 

Il faut bien reconnaître que ce film aurait mérité mieux, si vous voulez mon avis. Mené par une distribution fort honorable (le vétéran Walter Matthau en tête, mais aussi Cris Campion, jeune espoir de l'époque qui n'eut pas la carrière qu'on eut pu espérer pour lui), dans des décors hauts en couleur et mis en scène avec une réalisation sans faille, "Pirates" n'a finalement que peu de défauts, malgré un tournage cauchemardesque qui poussa Polanski à le renier. 
Carrément.

S'il est quelque chose à reprocher à "Pirates", c'est sans doute son scénario, un peu maigrelet, et qui hésite entre parodie et film d'aventures, comédie et romance. Du coup, le spectateur a du mal à s'attacher à l'histoire. Cela dit, ce genre de reproche pourrait s'appliquer à de nombreux films de ce genre, y compris ceux qui font désormais figure de classique. La vraie cause du peu de succès que rencontra ce renouveau d'un genre avant l'heure est sans doute le thème même qu'il aborde et met à l'honneur. L'heure n'était pas encore venue de donner une seconde chance aux pirates de cinéma. Quand Renny Harlin tenta de s'y frotter, avec "L'île aux pirates" en 1995, il connut à son tour un échec cuisant. Il faudra attendre les aventures de Jack Sparrow ("Pirates des Caraïbes") pour qu'ils connaissent une deuxième jeunesse.

A l'occasion d'une diffusion télévisée, ou plus probablement si le DVD vous passe à portée de mains, laissez-vous tenter par "Pirates" : il le mérite amplement. 



5 commentaires:

  1. Un très bon film de pirates, anti-spectaculaire mais bien porté sur un humour noir digne de Polanski. Et puis Walter Matthau est parfait. Un vrai loup de mer à la Haddock mais avec la méchanceté en plus! Le final où il préfère prendre Grenouille que le laisser secourir sa dulcinée est redoutable!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente comparaison que celle que tu fais avec le Capitaine Haddock !
      Merci de ce commentaire avisé.

      Supprimer
    2. En même temps, Polanski avait essayé d'adapter Tintin donc un peu logique quand on y repense.

      Supprimer
  2. Revu récemment et avec plaisir. Cela dit, je suis d'accord, c'est un film qui a le cul entre deux chaises, pour parler vulgairement, et c'est bien dommage parce que le pirate a toujours été un personnage fascinant. Malheureusement, il est devenu un peu désuet avant de revenir à la mode avec Jack Sparrow et sa clique et Polanski n'a pas réussi à capter l'esprit d'aventure que son film aurait pu avoir.
    Pour moi, c'est L'île aux pirates avec Matthew Modine et Geena Davis (qui a fait un beau bide aussi je crois, c'est bien dommage) qui fait vraiment appel, à l'aide de quelques clichés, à cet esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage qu'il lui manque cet esprit...ce film aurait pu devenir un grand film.

      Supprimer