vendredi 3 août 2012

Fanboys (2008)


Que les choses soient bien claires : j'aime beaucoup l'hexalogie "Star Wars" (bon, d'accord, je suis surtout fan la trilogie originelle). Et ça ne me dérange absolument pas qu'on vienne se moquer de l'oeuvre de George Lucas, bien au contraire : certaines scènes de "Space Balls" ("La folle histoire de l'espace", en français) de Mel Brooks, ou de "Y a-t-il enfin un pilote dans l'avion" l'ont fait, avec le talent qu'on sait. 

Alors, qu'une petite bande de rigolos décident de s'attaquer à ce monument de la science-fiction, a priori, je n'y voyais rien de mal, surtout au vu de la bande-annonce (en bas de cet article, vous pourrez juger par vous-mêmes). Pour ne rien gâcher, le film promettait d'allier parodie et hommage, un cocktail franchement tentant, pourvu qu'il soit réussi.  Même le pitch avait l'air intéressant : en 1998, une bande de fans de Star Wars (les fanboys du titre, donc) décident de réaliser le rêve de l'un de leur copains, à qui il reste peu de temps à vivre. Et, pour ce faire, ils vont tenter de pénétrer dans le Skywalker Ranch, le grand QG de George Lucas, pour y dérober une copie de l'épisode I ("La menace fantôme", pour ceux qui auraient vécu ces trente dernières années dans une grotte) et lui permettre de voir ce film, attendu depuis des lustres par les fans. 

Réalisé par Kyle Newman, qui joue également dans le film, "Fanboys" est interprété par de joyeux drilles visiblement bien contents de leur blague. Parmi eux, on citera Dan Fogler, Kristen Bell, Sam Huntington, . Notons l'apparition remarquée de quelques acteurs de la trilogie lucasienne, dont Carrie Fisher et Billy Dee Williams, mais aussi d'autres icones de la culture populaire, tels William Shatner,  Danny Trejo ou Seth Rogen. Les plus attentifs remarqueront aussi la présence de Ray Park, qui incarna Darth Maul dans "La menace fantôme" : la boucle est bouclée, comme disait l'autre.
Au vu de ce casting et du pitch précédemment résumé, nous devrions nous trouver face à un honnête hommage et nous attendre à passer un bon moment, non ? Eh bien, nous, chers lecteurs, il n'en est rien. "Fanboys", visiblement peu habité par la Force, rate son coup et n'est que peu drôle, voire souvent ennuyeux. 
 
 Pour un morceau de bravoure ou un moment vraiment amusant, il y a dix lourdeurs ou gags sous la ceinture, dignes d'un "American Pie". A en croire ce film, les fanboys de Star Wars seraient donc des geeks immatures, uniquement hantés par les querelles qui les opposent aux Trekkies et leur hypothétique vie sexuelle à venir. Face à "Fanboys", on a souvent l'impression d'assister aux improvisations délirantes d'une bande de copains ayant décidé de faire un film sans avoir la moindre idée de l'histoire qu'ils veulent raconter. Ils sont visiblement contents de leur blague (et des private-jokes qui les amusent énormément), mais tout cela ne fait pas un film.
 
Ce film, même s'il ne dispose pas des mêmes moyens de production, souffre de la comparaison avec "Galaxy Quest", qui tentait la même expérience du côté de "Star Trek". La faute en incombe, sans l'ombre d'un doute, à un scénario qui part en roue libre, comme un délire de fans laissés à eux-mêmes et aux moins bons de leurs penchants. C'est vraiment dommage car il y avait matière à une vraie comédie sur ce thème. A titre d'exemple, le  très réussi "Paul" est beaucoup plus drôle que ne l'est "Fanboys". 
 
Il faudra qu'un jour, d'autres fanboys de Star Wars s'attaquent à leur oeuvre de chevet pour effacer cette erreur de jeunesse qu'est ce film (mineur, certes). Il y a, dans les trilogies sorties de l'imagination de George Lucas et dans la trace qu'elles ont laissé dans la culture populaire, matière à écrire une oeuvre à la croisée des chemins entre hommage et humour. 

1 commentaire:

  1. Bien heureux de constater que je ne fus pas le seul à être consterné devant cette pochade ratée. Heureux également de voir ici ravivée la mémoire de "Galaxy Quest" qui, en effet, démontrait un sens du détournement autrement plus intelligent et drôle que cette farce pour attardés.

    RépondreSupprimer