dimanche 23 avril 2017

Sing Street (2016)


Je ne suis pas persuadé qu'une affiche énumérant les critiques dithyrambiques suffise à assurer le succès d'un film. Dans le cas de "Sing Street", film musical irlandais sorti l'an dernier, l'affiche en question  débordait presque des louanges faites à ce film. Hélas, ce sont moins de 100 000 spectateurs qui se déplacèrent pour aller voir et écouter l'histoire de ce petit groupe de rock, dans les années 1980, à Dublin. Pour le coup, la promotion pourrait être qualifiée de mauvais calcul. Était-ce pour autant mérité ?

Elle n'est pas facile pour Conor, la vie, en ce moment. Ses parents sont sur le point de se séparer et il doit incorporer un nouveau lycée, où il doit affronter l'autorité des pères religieux et la violence de ses camarades de classe.
Pour séduire Raphina, une étrange fille, de l'autre côté de la rue, il s'invente membre d'un groupe de rock. Il ne lui reste plus qu'à monter ce groupe... Et si la musique était la solution à tous ses problèmes ?

Comédie sociale et musicale, "Sing Street" est avant tout un film irlandais et, sans afficher cette étiquette ostensiblement, porte une identité marquée. Loin des clichés qui auraient pu lui être fatals et se démarquant de son parent proche, la comédie sociale britannique, ce film attachant a beaucoup du feelgood movie (on en sort regonflé à bloc) sans pour autant sombrer dans la mièvrerie. John Carney, dont c'est ici le huitième film (il va falloir que je m'intéresse à ses autres réalisations) impose sa touche, humaine et humaniste.

Les acteurs qui portent "Sing Street", pour la plupart inconnus et/ou débutants (hormis Aidan Gillen, le Littlefinger de "Games of Thrones") sont tous épatants. Avec ses faux-airs de Harry Potter perdu dans le monde réel, et découvrant la magie de la musique, Ferdia Walsh-Peelo, dont c'est le premier rôle, réussit à embarquer le spectateur dans son aventure, avec un talent remarquable. Autour de lui, les jeunes interprètes font montre d'une sincérité et d'un enthousiasme touchant et dont certains acteurs reconnus feraient bien de s'inspirer. 

La bande originale, cela s'imposait, est tout à fait remarquable : les hits des années 80 (vous savez, la décennie tant décriée, qui finalement revient dans les bonnes grâces de ceux qui la vécurent) sont judicieusement choisis et habilement utilisés. Mais, cerise sur le gâteau, les morceaux composés pour le film sont d'une grande qualité et portent une énergie salvatrice.

Feel-good movie puissant parce qu'il pose ses racines dans les fêlures de ses protagonistes et de leur environnement, "Sing Street" aurait mérité une audience plus large. Avec sa bande originale remarquable et ses personnages profondément touchants, ce film vaut largement qu'on s'y attarde.

Ce film a été vu dans le cadre du Movie Challenge 2017, dans la catégorie "Un feelgood movie"


10 commentaires:

  1. Je l'ai loupé au cinéma, celui-là. Et merci d'en parler, car je n'avais pas réalisé que John Carney avait réalisé tant de choses. Celle-là a l'air de valoir le coup et je vais la (re)mettre dans mon agenda, au cas où elle passerait sous mes yeux. Pas question de laisser passer une autre occasion !

    Du même réalisateur, "New York melody" était sympa, sans plus. J'ai découvert John Carney avec "Once", qui me laisse un meilleur souvenir. J'espère que nous aurons l'occasion d'en reparler.

    À bientôt, Laurent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut absolument que je voie les autres films de John Carney. "New York melody" était bien sympathique aussi, mais ce "Sing Street" m'a paru tout simplement délicieux.

      Supprimer
  2. Je l'ai vu au cinéma et je l'avais beaucoup aimé. Mais ce genre d'affiche, oui quelle horreur, ça a juste l'effet inverse en ce qui me concerne, juste envie de repartir à reculons. Mais je n'en ai rien fait et c'est tant mieux :)

    Quant à la musique des années 80, ce sont mes années d'adolescence et je la trouve toujours aussi géniale. Je crois que je suis incurable à ce niveau-là.

    Quoi qu'il en soit, il y a vraiment une sincérité dans ce film, qui fait du bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est cela : la sincérité du film emporte tout sur son passage et cela fait un bien fou.
      Merci du passage, Sentinelle !

      Supprimer
  3. Un de mes coups de coeur de l'an dernier en salles. C'est frais, pétillant, drôle, émouvant, traitant merveilleusement bien des sujets finalement plus profonds, en n'oubliant jamais ses différents contextes. Et évidemment, quelle chouette BO !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord : une pépite que ce film, qui devrait être remboursé par la Sécurité Sociale ;-)

      Supprimer
  4. Pas mieux, tout pareil pour tout dire ... Un bon moment de cinoche. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur Ronnie, vous êtes un homme de goût ;-)

      Supprimer
  5. Tu as raison c'est insupportable ces affiches avec des extraits de critiques... Et là ça n'a servi à RIEN.
    Alors que ce film est un des meilleurs de 2016. Plein de surprises, de douceur, de profondeur et de musique. Je me souviens du frère irrésistible aussi. Et les passages musicaux plus que réussis. Mais l'acteur est musicien.

    Once du même réalisateur était un bijou.

    New York mélody... gâché par 2 "stars" en surchauffe de cabotinage et sans la moindre osmose entre eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Once" est sur ma pile "à voir", parce que j'aspire à retrouver un film du même tonneau que ce "Sing street".
      Merci du passage !

      Supprimer