dimanche 19 novembre 2017

Marie-Francine (2017)



Ca ressemble à une longue quête : depuis des années, je cherche désespérément la comédie française qui me fera rire aux éclats, telle celles du temps passé. Suis-je devenu un spectateur exigeant ou le niveau du cinéma français, dans ce domaine, a-t-il chuté à ce point ? Toujours est-il que ça ne me paraît pas simple de sourire, voire de franchement se marrer, dans les salles obscures hexagonales, ces dernières années. On en aurait pourtant besoin. Quand l'amusante Valérie Lemercier a débarqué, il y a peu, avec sa "Marie-Francine", qu'elle mettait en scène, en plus de l'avoir écrit et d'y jouer (en tenant deux rôles, en plus), à en croire nombre de critiques, on pouvait y croire. A tort ou à raison ?


Pas de bol, pour Marie-Francine, la cinquantaine fatiguée. Non seulement son mari la quitte, mais en plus, elle perd son travail de chercheuse en génétique. La voilà obligée de retourner chez ses parents, qui vont devoir l'accueillir et entamer une cohabitation pas toujours évidente.
Quand son père propose à Marie-Francine d'ouvrir une boutique de cigarettes électroniques, elle hésite, puis se lance. Quand elle rencontre Miguel, un cuisinier dans la même situation qu'elle, elle hésite moins...

En visionnant "Marie-Francine", le spectateur peut vite avoir un étrange sentiment : celui de voir un film dont le scénario a été écrit au fur et à mesure du tournage, tant les péripéties de sa principale protagoniste s'enchaînent sans souci de vraisemblance. Sur une idée de base loin d'être originale mais qui aurait pu donner lieu à un traitement comique efficace (le choc des générations, ça reste un ressort, fût-il détendu), Valérie Lemercier arrive rapidement au bout de ses ressources. Alors, pour ne pas tourner à vide et pédaler dans la semoule (ce que se permettent pas mal d'autres films, soit dit en passant), elle embraye sur une autre voie, finit en cul-de-sac, puis repart sur une autre, jusqu'à avoir fait le tour des possibilités et se résoudre à finalement clôturer son film.

Quand se pointe le générique de fin, on est loin, très loin des intentions de départ, parce que le scénario a baguenaudé de ci, de là, sans cependant avoir emmené son spectateur bien loin. De plus, et c'est sans doute le plus embêtant, on n'a pas ri, tout juste souri une fois ou deux. Pour ce qui se voulait une comédie, c'est plutôt embêtant. 

On pourra se consoler avec les prestations des acteurs, comme souvent. Ici, ce sont essentiellement ceux qui interprètent les parents de Marie-Francine qui sont à saluer : Hélène Vincent, se débarrassant enfin de sa panoplie de Madame Le Quesnoy (de "La vie est un long fleuve tranquille"), et surtout Philippe Laudenbach, l'un des grands seconds rôles français, qui se fait visiblement plaisir en incarnant un père maniéré. C'est une piètre consolation, vous en conviendrez. 

Malgré l'immense sympathie qu'on peut avoir pour Valérie Lemercier, il faut se rendre à l'évidence : "Marie-Francine" n'est pas très drôle et, le plus souvent, on s'y ennuie. Tout porte donc à croire que ma quête d'une vraie comédie française n'est pas terminée...


10 commentaires:

  1. Le champ de la paresse est plein d'orties :-)
    Bon dimanche..

    RépondreSupprimer
  2. Bonne chance ! La comédie française qui fait rire... c'est la quête du Saint-Graal ! ;)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai étonnamment bien aimé ce film même si je comprends ce que tu lui reproches. En fait il ne m'a pas tant fait rire que ça, mais il m'a beaucoup touchée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ce n'est pas un film dont j'aurais imaginé que l'apprécies, Tina...mais finalement, j'en suis content : c'est si bon, d'aimer un film, même s'il ne paraît pas terrible aux autres, de temps en temps. Je ne désespère pas de tomber prochainement sur une de ces pépites personnelles (mais, là, je cherche encore et les prochains articles seront peu positifs, hélas).

      Supprimer
    2. Peut-être que j'ai appris à relativiser par rapport aux innombrables daubes que j'ai vues cette année !!

      Supprimer
  4. J'ai du respect pour Valérie Lemercier, mais je n'ai jamais vu en elle le monstre comique que certains m'ont décrit.

    Ce film ne m'a jamais vraiment fait envie, mais merci de l'avoir chroniqué pour avoir une autre opinion à prendre en compte ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ton service, Martin ;-)
      Pour ce qui est de ce film, tu peux effectivement passer ton tour.

      Supprimer
  5. Bonsoir Martin, je suis assez d'accord avec toi. Ce n'est pas un film que je reverrai.

    RépondreSupprimer