jeudi 11 avril 2013

La plage (2000)


Après avoir fait irruption dans le paysage cinématographique européen, puis mondial, grâce à sa "Money bag trilogy" (dont le troisième volet, "Une vie moins ordinaire", fit l'objet d'une chronique en ces lieux), Danny Boyle était au sommet. Bien qu'ayant reçu un accueil mitigé pour son dernier film, il eut l'opportunité d'adapter au grand écran le roman d'Alex Garland, son complice scénariste, avec en tête d'affiche la star de cette époque : Leonardo di Caprio. Pour ceux qui auraient vécu les vingt dernières années dans une grotte, le jeune Leonardo surfait alors sur la vague "Titanic" et aurait pu rendre rentable n'importe quel nanar, ou presque. C'est du moins ce que pensèrent les producteurs de "La plage", alors que Boyle lui aurait préféré son acteur fétiche, Ewan McGregor. Pour la petite histoire, cette petite trahison fut l'origine de la brouille entre les deux hommes. 

Richard, jeune américain aventureux en séjour en Thaïlande, fait la rencontre de Daffy, un anglais visiblement en proie à un grand désordre mental. Ce dernier lui parle d'une plage idyllique, sur une île cachée : là, vivrait une communauté ayant trouvé le chemin du bonheur. Quand il retrouve Daffy suicidé dans sa chambre d'hôtel, Richard décide de chercher cette plage et, la carte de Daffy en main, entraîne avec lui la jolie Françoise et son compagnon Etienne. Ce qu'ils vont découvrir n'a pas fini de les surprendre et changera leurs existences.

Les thèmes que convoque le scénario de "La plage" sont nombreux et auraient pu donner le meilleur. Entre la quête du paradis perdu et l'ode à la nature, pour n'en citer que deux parmi les principaux, il y avait déjà matière à un film ambitieux. Filmé dans les décors sans pareil de la Thaïlande, ce long métrage ne réussit pourtant pas à pousser son spectateur à une vraie réflexion, mais se contente de le balader dans le sillage de son acteur principal, quitte à partir totalement en vrille.. 

Même si les images sont souvent magnifiques, que Danny Boyle se sert avec brio de son talent indéniable de cinéaste, c'est la platitude extrême du scénario qui l'emporte. Malgré un pitch prometteur et une première moitié loin d'être inintéressante, le film s'ensable sur cette plage, aussi paradisiaque soit-elle. C'est comme si, une fois les protagonistes arrivés dans l'étrange communauté dirigée par Tilda Swinton, le scénariste ne savait qu'en faire. Du coup, il leur assène quelques clichés, beaucoup de banalités, avant de trouver le salut dans la fuite et le n'importe quoi.

Alors, bien sûr, les acteurs sont excellents, les images sont très belles, la réalisation est à la hauteur et je n'évoque même pas la bande originale (un vrai délice pour les oreilles, comme souvent avec Danny Boyle), mais on a plus l'impression d'assister à un long clip vidéo plus qu'à un film. Porteur au départ de thèmes forts et prometteurs, "La plage" semble avoir perdu en chemin son âme. Danny Boyle quittera Hollywood après cet échec. Au vu du reste de sa carrière, ce fut peut-être un mal pour un bien.


28 commentaires:

  1. Je ne l'ai pas vu mais la bande-annonce que tu as mise en annexe confirme les tares que tu révèles dans ta chronique. J'aime bien Danny Boyle et même si ce n'est pas son meilleur, j'essaierai tout de même de le voir un jour quand il passera à la TV.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca n'est franchement pas le meilleur de Boyle...peut-être son pire film, d'ailleurs.
      Merci de ta lecture

      Supprimer
  2. Ce film ne m'a pas laissé un souvenir impérissable mais il y a une scène qui m'a bien fait rire: quand DiCaprio se croit dans un jeu vidéo. Pour le reste flou total, et j'ai du mal à croire que c'est un Danny Boyle (d'ailleurs, son nouveau film sort bientôt avec James McAvoy et Vincent Cassel!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette séquence de jeu vidéo est assez incongrue, c'est vrai..il est difficile de retrouver la patte de Boyle dans cette bouillie. Depuis, il s'est bien rattrappé, heureusement !
      Merci de ton passage !

      Supprimer
  3. La première demi-heure est vraiment bonne, mais une fois sur la plage, c'est foutu, l'ennui total. ça baise beaucoup, ça chasse un requin improbable, la séquence jeu vidéo est à se pisser dessus et Dicaprio qui nous fait le chat en mode Apocalypse now (Boyle nous refourgue d'ailleurs un passage du film sur grand écran pour bien montrer la filliation)... Enfin bref, quelle sacrée purge! D'ailleurs cela permet aussi de voir Virginie Ledoyen en petite tenue. En sachant que je me suis fait chier devant Une vie moins ordinaire aussi, même si c'est mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est cela : dès l'arrivée sur la plage, l'intérêt du film s'évanouit et l'ennui arrive.
      Merci de ta fidélité à ce blog !

      Supprimer
    2. C'est le cas de le dire. Perso la séquence du chat m'a fait mourir de rire. Du grand guignol à l'état pur. De plus, les frenchy sont très vite évincés de l'intrigue: Virginie tire un petit coup de temps en temps et Canet se fait chier sur la plage en rageant. En plus ça rime! Borat le nouveau Patrick Sébastien!

      Supprimer
    3. Il faudrait que je lise le roman dont il est tiré (mais le film ne m'en donne pas envie du tout) pour voir si c'est aussi foutraque...
      Camarade Borat, félicitations pour cette nouvelle corde à ton arc ;-)

      Supprimer
    4. Que veux-tu? Je crois plutôt que je ferrais mieux scénariste que parolier!lol Il n'y a qu'à voir les conneries que je raconte chez Jamesluctor!lol

      Supprimer
    5. Sur l'article de The Bay, on s'est un peu marré avec le found footage avec une parodie de Projet X (devenant Projet Bis) et une autre de Very Bad Trip (transformé en Very Bad Trique, oui je sais c'est très sobre!).

      Supprimer
  4. Ola !!!

    La Plage ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, j'en garde le souvenir d'un long caaaalllvaiiiirreeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pour cause une demi-heure de qualité, 1h30 d'emmerdes! Et parfois c'est très long 1h30!

      Supprimer
    2. Quand je repense au battage médiatique auquel il avait eu droit, les bras m'en tombent.

      Supprimer
    3. Ils en ont fait surtout à cause du glamour! Imagine: le beau-gosse de Titanic et les jeunes premiers Ledoyen et Canet sous la direction du réalisateur branché de Trainspotting. Mais quel coup marketing!

      Supprimer
    4. Eh oui, tout ça...pour ça !

      Supprimer
    5. Oui c'est le cas de le dire et pourtant ce genre de coups marketing arrivent très fréquemment à Hollywood. Dès que tu as un couple star c'est l'effervescence. Il n'y a qu'à voir l'engouement surdimensionné de Twilight.

      Supprimer
    6. Surdimensionné, c'est le mot...je n'arrive pas à comprendre le triomphe de ces licences.

      Supprimer
    7. Des jeunes qui font branchés et qui excitent des adolescentes. TOut est dit!

      Supprimer
    8. Et qui plaisent également à des mères de famille. No comment !

      Supprimer
    9. Il faut dire que voir des pedowolf bander devant un bébé c'est très éducatif! Même Neil Jordan a fait cela plus élégamment avec la relation entre Brad Pitt et Kirsten Dunst dans Entretien avec un vampire.

      Supprimer
    10. Je suis content d'avoir échappé à ça !

      Supprimer
    11. Il m'a suffi de lire la critique de l'odieux connard (son pseudo, pas d'insulte dans mes propos ;) ) pour savoir le contenu, qui plus est de manière beaucoup plus drôle que le film lui-même!

      Supprimer
  5. Le plus mauvais film de Danny Boyle et pourtant le sujet était intéressant et les acteurs assez bon mais plus le film avance plus il s'enlise; bref, vu une seule fois et cela m'a suffit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est bien d'accord sur ce point, et je crois que les avis sont assez unanimes sur ce film.

      Supprimer
    2. oui, en tout cas personne de mon entourage n'a aimé ce film et jusqu'a présent je n'ai pas lu un seul comentaire positif. On est bien d'accord.

      Supprimer
  6. C'est dingue, ça... Pourquoi tant de haine ? Moi c'est un film que j'adore. J'aime l'histoire, j'aime les personnages et l'île me fait fantasmer, avec cette sorte de secte qui essaie de retrouver un paradis perdu. Encore une fois, je remarque que dans les commentateurs, il n'y a que des garçons. La plage serait-il un film de filles ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, non, pas de la haine, mais une intense déception, face aux promesses que ce film ne tient pas...j'aime beaucoup sa première partie, mais dès les héros arrivés sur l'île, ça part en cacahuète, à mon goût...
      Dommage.

      Supprimer