lundi 4 décembre 2017

Bienvenue au Gondwana (2017)


L'Afrique, continent mystérieux et méconnu parce que multiple, est le parent pauvre du cinéma, aux yeux du grand public. Alors, lorsque se présente l'occasion de voir une comédie traitant de cette partie du monde et s'en moquant, on peut se réjouir. Évoquant le super-continent qui précéda la formation de la Terre, "Bienvenue au Gondwana", réalisé par l'humoriste Mamane, n'a pas reçu le succès attendu lors de sa sortie, il y a quelques mois. Et si nous étions passés à côté d'un film qui méritait mieux ?

Fonctionnaire spécialisé en droit électoral, Julien se retrouve missionné au Gondwana, un pays africain où les élections doivent faire l'objet d'une observation sous l'égide des Nations Unies. Dans cette contrée africaine dirigée depuis toujours par le Président-Fondateur, le jeune idéaliste va découvrir un univers qu'il ne soupçonnait pas : la population survit tant bien que mal, tandis que les élections sont évidemment l'objet d'un phénoménal bourrage d'urnes.

Mamane, scénariste et réalisateur de "Bienvenue au Gondwana", a choisi, pour ce film, d'adapter son spectacle. En voyant le résultat, on peut se demander si la démarche de ce membre du Jamel Comedy Club a bien fait. En décalquant dans un décor africain (et en s'inspirant sans doute de quelques vérités) le principe classique de l'idéaliste confronté à la réalité, il nous livre ici une comédie un peu pataude, bien que sans doute sincère.

C'est de satire qu'il s'agit ici, on l'aura compris. L'index est pointé en direction des républiques elles aussi "très très démocratiques", mais finalement pas tant que ça, sur lesquelles la Communauté Internationale n'a finalement que peu d'emprise et aucun contrôle. Évoquer un sujet si sérieux et parfois dramatique avec légèreté n'était sans doute pas la meilleure idée du monde. En l'exploitant sous cet angle, l'équipe de "Bienvenue au Gondwana" peine à convaincre. Manquant d'ambitions et sans doute aussi de moyens, les joyeux drilles qui pilotent ce qui aurait pu être une saillie amusante s'égarent en chemin. Souvent livrés à eux-mêmes, les interprètes font ce qu'ils peuvent, chacun jouant dans son coin, sans oeuvrer à la cohésion de l'ensemble.

A force de répétitions et de longueurs, et faute de personnages plus épais, "Bienvenue au Gondwana" perd vite de son intérêt. Malgré une évidente sincérité, ce film qu'on a envie d'aimer ne se révèle pas suffisamment réussi pour qu'on s'y attache.


2 commentaires:

  1. J'ai cherché sur la carte & j'ai pas trouvé le Gondwana.
    Rien d'étonnant que je sois passé à côté :-)
    ++

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le détour par ce pays n'est pas indispensable du tout, Ronnie. Merci de ta fidélité à mon blog, camarade !

      Supprimer