lundi 7 janvier 2013

Les meilleurs amis du monde (2009)


Imaginez que vous êtes sur la route, vers un week-end entre amis s'annonçant délicieux. Imaginez que les amis qui vous attendent vous appellent au téléphone, pour prendre de vos nouvelles. Imaginez qu'ils actionnent la touche "rappel", involontairement, et que vous les entendiez parler entre eux. Imaginez qu'ils disent ce qu'ils pensent réellement de vous, à savoir des horreurs. Le week-end, vous en conviendrez, s'annonce finalement moins agréable. 
C'est ce qui arrive à Jean-Claude et Mathilde, invités chez Max et Lucie, leurs (supposés) meilleurs amis, au coeur de l'intrigue du film "Les meilleurs amis du monde", réalisé par Julien Rambaldi, et mettant en scène Pierre-François Martin-Laval, Marc Lavoine, Léa Drucker et Pascale Arbillot.

Avec ce pitch, on était en droit d'espérer une comédie mordante et acerbe et, du reste, c'est ce que la bande-annonce laissait penser. L'idée de base du film était audacieuse, quoiqu'un peu légère : par accident, les invités entendent ce qu'on pense réellement d'eux, et décident de se venger à leur façon. Hélas, cela ne suffit pas à assurer une histoire capable de tenir en haleine le spectateur tout un film durant. Le scénario part dans tous les sens, faute d'une ossature solide, avant de tenter de retomber sur ses pieds, tant bien que mal, avec une fin moralisante torpillant le pitch de base, après avoir accumulé les scènes destinées à remplir les vides du scénario.

L'interprétation est plutôt contrastée : si Pierre-François Martin Laval (le Pef des Robins des bois qui semble tout de même se demander ce qu'il fait là) et Léa Drucker (décidément remarquable) tirent leur épingle du jeu, difficile d'en dire autant de Marc Lavoine et de Pascale Arbillot, caricaturaux en beaufs parvenus.

Julien Rambaldi, dont c'est le deuxième film après "Scotch", oriente rapidement son film vers les territoires de la comédie classique, jouant sur les gags faciles plutôt que d'opter pour un ton véritablement mordant. Sombrant souvent dans la facilité et la vulgarité, le film ne tient pas les promesses qu'il portait. On espère, dans sa deuxième partie qu'il s'échappe de l'ornière et exploite un peu plus la psychologie de ses personnages, mais il s'enfonce, irrémédiablement, dans le mièvre, concluant sur une morale dont on se serait bien passé.
Telle une baudruche, la farce sur l'amitié se dégonfle dès les premières minutes. Ne reste alors qu'un film très oubliable.   




10 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je serais un brin moins virulent : un film à oublier, en tout cas.

      Supprimer
  2. La bande annonce était assez drôle, dans mes souvenirs. Sûrement y ont-ils mis tout ce qui marchait dans le film.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, une fois de plus, tout ce qui est "bon" dans le film est dans la bande annonce.

      Supprimer
  3. Moi, j'ai bien aimé par contre, j'ai bien rit. Mais je confirme : cela manque d'une vraie ossature pour que l'ensemble soit plus harmonieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attendais un ton plus acide et ai été déçu, d'où ma "virulence"...en étant moins exigeant, cela serait mieux passé.

      Supprimer
  4. Je partage ton avis sur ce film assez creux. C'est pas si désagréable que ça mais on reste mitigé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait cela...un film pour rien.
      Merci d'être passé !

      Supprimer