mercredi 22 octobre 2014

They came together (2014)


A maintes reprises, et il n'y a pas si longtemps, j'ai traité en ces colonnes du sort de comédies romantiques. On pourrait d'ailleurs croire que c'est un genre habitué aux échecs ou que ce style m'est particulièrement cher, allez savoir. Souvent mal abordé, voire maltraité, le genre doit trouver le point d'équilibre entre romance et drôlerie sans rater sa cible. Soyons francs, l'alchimie ne fonctionne pas toujours : le cinéma hexagonal, par exemple, semble s'être fait un spécialiste de l'échec en la matière. Outre-Atlantique, les romcoms sont produites à la chaîne, semble-t-il, et sont extrêmement formatées, quitte à être vite oubliées. Certaines se détachent cependant du lot, par leurs qualités, leurs défauts, ou leur originalité. N'ayant pas bénéficié d'une sortie en salles dans notre contrée, "They came together" avait pris le parti de tourner en dérision les comédies romantiques américaines "classiques".

Au restaurant, deux couples d'amis racontent les circonstances de leurs rencontres respectives. Joel et Molly, quand vient leur tour, vont décrire depuis le début toute leur histoire d'amour. Celle-ci était pourtant mal engagée : employé par une grosse entreprise de confiserie industrielle, Joel était alors en charge du projet qui devait conduire à la fermeture de la petite boutique de bonbons tenues par Molly. Quand tous deux se rencontrent dans une soirée organisée par des amis communs, nul n'aurait pu douter qu'ils étaient faits l'un pour l'autre.
Ou pas...

Passées les premières scènes, on comprend vite le stratagème : "They came together" nous fait le coup de la parodie, voire de la mise en abyme. Pourquoi pas ? La romcom, genre à part entière (et maintes fois chroniqué en ces colonnes) mérite amplement qu'on la moque ou qu'on la décortique, comme je le disais en ouverture. Et, dans la première partie du film, on est en droit de se dire que l'exercice est salutaire et qu'il pourrait être réussi. Les clichés inhérents au genre sont pointés du doigt et le film utilise habilement les références aux classiques du genre. Malheureusement, très vite, on se rend compte que le film ne tient pas la distance. A force de répétitions et d'égarement dans les travers actuels de la comédie américaine (en clair, les gags et les vannes sous la ceinture), la pertinence de la parodie prend l'eau. Là où il aurait fallu jouer de finesse, "They came together" gâche son postulat de base en usant des moyens les plus grossiers.

Paul Rudd et Amy Poehler, en couple improbable mais pourtant évident (la contradiction fondatrice du genre) sont en territoire connu : l'un et l'autre sont des fidèles du genre (et du réalisateur, en ce qui concerne Paul Rudd). Cependant, à force de pousser le curseur de leur jeu trop loin dans le registre comique, ils deviennent vite agaçants, comme la majeure partie du casting.

Était-il pertinent de vouloir parodier un genre qui comporte déjà sa part d'autodérision ? Au vu du résultat, on est en droit de se poser la question, tant le visionnage de "They came together" laisse dubitatif. Sans doute la méthode employée manque-t-elle de subtilité et d'efficacité, mais un traitement tout en finesse aurait-il assuré la réussite de l'entreprise ? Toujours est-il que David Wain, le réalisateur et co-scénariste, n'est pas un adepte de la subtilité et n'était sans doute pas le metteur en scène idéal pour une attaque plus subtile de la chose...

Le jeu appuyé et parfois outrancier de ses interprètes et ses quelques égarements en des territoires plutôt gras jouent en la défaveur de cet exercice qu'on aurait aimé plus subtil. C'est dommage : l'exercice aurait pu être plus savoureux. Pour le coup, sans qu'on puisse ranger "They came together" dans la catégorie des navets honteux, il n'est cependant pas un bon film.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire