mardi 31 mai 2016

Hôtel Woodstock (2009)


En 1969, le Festival de Woodstock, qui aurait pu tourner à la catastrophe, est entré dans la légende et reste sans doute LE festival ayant le plus marqué les esprits. Durant trois jours, un petit village américain vit se réunir des centaines de milliers de jeunes, venus là célébrer la musique, la paix et l'amour. Ang Lee, réalisateur hétéroclite, à qui l'on doit des films aussi divers que "Raisons et sentiments" que "Hulk" ou "Le secret de Brokeback Mountain", nous offrit en 2009 un film passé sous pas mal de radars, narrant les dessous de ce festival. 

1969 : alors qu'il aide ses parents, criblés de dettes, à maintenir à flot le motel familial, au lieu de se consacrer à sa carrière de décorateur, Elliot apprend qu'une bourgade voisine a finalement refusé d'accueillir un festival de musique hippie. Comme il assume également le rôle de président de la chambre de commerce, il saute sur l'occasion et contacte les producteurs, avant de convaincre le voisin de louer son champ pour ce festival. Quand plus de 500 000 personnes arrivent sur les lieux de ce qui va devenir un événement historique, Elliot réalise que plus rien ne sera comme avant. 

Si les premières séquences sont quelque peu laborieuses et que l'histoire peine à démarrer, une fois l'introduction passée, il est difficile de nier la réussite de "Hôtel Woodstock". Racontant avec talent ces jours de fête et de paix, tandis que l'Amérique s'embourbait au Viet-Nâm, Ang Lee adapte le roman biographique d'Elliot Tiber, nous offrant une plongée dans une époque qui semble bien éloignée de la nôtre. Et ce voyage en utopie est un beau périple, en grande partie grâce à sa réalisation, à échelle humaine, avec juste ce qu'il faut de naïveté et énormément d'amour pour les personnages de cette belle histoire.

La distribution est à l'avenant : Demetri Martin, dans le rôle principal, est remarquable et ceux qui l'entourent donnent vie de belle manière aux protagonistes, pour le moins typés, de cette rencontre inattendue entre deux mondes. Qu'il s'agisse de Liev Schreiber, inattendu en agent de l'ordre travesti, d'Emile Hirsch, en soldat traumatisé par le Viet-Nâm, ou des excellents Henry Goodman ou Imelda Staunton, (et j'en oublie), tous les interprètes sont dans le ton du film, à la fois cool et humain.

C'est avec une belle maestria qu'Ang Lee (dont le "Hulk" avait pu décevoir) orchestre ce choc des
civilisations, utilisant même le découpage d'écrans qu'on peut retrouver dans le documentaire "officiel" consacré au Festival de Woodstock. On y verra là un hommage, dont l'efficacité s'avère redoutable en termes d'immersion dans ces jours de fête mémorables. 

Même si l'on ne voit aucune image de concert (alors qu'Ang Lee aurait pu allègrement piocher dans les archives), l'ambiance de ces jours uniques est omniprésente dans le film. Empli de bienveillance, "Hôtel Woodstock" réussit à insuffler une véritable nostalgie pour la parenthèse enchantée que fut ce festival. 


10 commentaires:

  1. Il faudrait que je le revoie car je ne m'en rappelle pas bien. J'avais trouvé les intentions louables, le propos pas mal non plus, le casting bon mais je m'étais vraiment ennuyée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sûr qu'il me laisse un souvenir impérissable, mais le fait est qu'il a su m'emmener, ce film et me donner envie de revoir le film consacré à ce festival mythique.

      Supprimer
  2. Je me rends compte, en revisionnant la BA, que j'ai oublié pas mal de choses mais je me souviens d'avoir bien aimé ce film, au point où j'ai d'ailleurs hésité à le revoir. Puis c'est toujours un plaisir de revoir Imelda Staunton :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le disais à Tina, plus haut, je pense qu'il ne restera pas imprimé dans ma mémoire, mais il m'a fait passer un bon moment, en grande partie grâce à ses acteurs.

      Supprimer
  3. Tiens je l'ai vu celui-ci, mais il y a bien longtemps maintenant. De mémoire, il ne m'avait pas déplu (tout comme à toi), impression confirmée en relisant ma petite bafouille dans mes poussiéreuses archives.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, en lisant ta chronique d'alors, j'y trouve une appréciation des plus sympathiques...à laquelle je souscris, comme tu as pu le lire.

      Supprimer
  4. Je ne connais pas ce film.
    Mais j'ai quand même envie de le voir ...
    Cependant je me doute que ca sera pas un film marquant !!
    Merci de ton avis en tout cas !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Laura,
      sans être mémorable, c'est un chouette moment que ce passage à l'Hôtel Woodstock. Si l'envie t'en prend, n'hésite pas à venir en dire ce que tu as pensé
      Bonne fin de journée...

      Supprimer
  5. Comme les autres, j'ai globalement apprécié (à part le trip sous acide psychédélique). L'idée de ne pas montrer le festival mais sa "périphérie" m'avait beaucoup plu, tout comme le casting (Emile Hirsh en tête). De mémoire, j'y ai trouvé quelques longueurs mais ça reste un film assez plaisant qui m'a paru fidèle à l'époque qu'il met en scène.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, il semble faire l'unanimité, ce film, grâce à ses interprètes...j'en suis ravi.
      Merci de ta fidélité, Mel

      Supprimer