mardi 26 mars 2013

Coeur de Dragon (1996)


Certains films vieillissent mieux que d'autres. Si, par exemple, la trilogie "Retour vers le futur" se bonifie avec l'âge, d'autres oeuvres souffrent davantage du passage des années. A titre d'exemple, on pourrait citer "S.O.S. Fantômes" qui est devenu franchement kistch (attention, ceci est mon avis et n'engage que moi), sans cependant sombrer dans la ringardise. "Coeur de dragon", réalisé en 1996 par Rob Cohen (à qui l'on doit aussi "Daylight", "XxX" ou plus récemment "Fast and Furious") s'aventure sur le terrain particulier de l'heroic-fantasy. A l'époque, "Le Seigneur des Anneaux" n'était qu'un rêve dans la tête de son réalisateur et n'avait pas encore révolutionné le genre, dans lequel on trouvait quelques perles mais aussi pas mal d'authentiques nanars (de "Lancelot" à "Prince Valiant", par exemple).

En l'an 934, le prince Einon est gravement blessé lors d'une révolte paysanne, au cours de laquelle son père est tué. Sous l'impulsion de sa mère et le regard de son précepteur, le chevalier Bowenn, il est sauvé par un dragon, au sort duquel il est désormais lié.
Devenu roi, Einon devient, quelques années plus tard, un despote sanguinaire. Bowenn, quant à lui, s'efforce d'exterminer tous les dragons, qu'il rend responsables du destin de celui qui fut son élève. Sa route va croiser celle du dernier de ceux-ci, Draco.

Essentiellement basé sur la présence du dragon (on est alors à l'aube des effets spéciaux numériques), ce film  ne dispose pas, reconnaissons-le d'emblée, d'un scénario particulièrement complexe ou surprenant. L'intrigue, toute linéaire, est des plus classiques, et c'est là le plus grand défaut du film. Voilà, c'est dit.

Si, en version originale, le dragon du titre avait la voix de Sean Connery, c'est le grand Philippe Noiret qui lui prêta ses cordes vocales pour la version française. Cela donne un résultat assez curieux et qui sonne souvent "faux", ou du moins ne confère pas au dragon le charisme qu'il a en version originale. 

La bande originale est un des points positifs de ce film : il faut dire qu'elle a, depuis, été utilisée à maintes reprises. On pourra, de même, reconnaître que la réalisation de Rob Cohen est efficace, à défaut d'être transcendante. S'il est un élément à blâmer dans ce film, c'est cependant le scénario qui, en plus d'être prévisible au possible, use de tous les clichés les plus caricaturaux, quand il n'accumule pas les longueurs et les rebondissements inutiles.

Le spectateur le plus indulgent se consolera avec le jeu de Dennis Quaid (un acteur sous-estimé qui n'eut pas la carrière qu'il méritait) et le rôle, secondaire mais mémorable, de Pete Postelthwaite en moine (!). David Thewlis, remarqué peu avant dans un tout autre registre avec "Naked" de Mike Leigh, est en roue libre et livre une prestation caricaturale, dans laquelle on peine à voir l'étendue de son talent. On remarquera le rôle féminin tenu par Dina Meyer, aujourd'hui essentiellement connue pour ses prestations télévisuelles.
La version française, une fois de plus, fait plus de mal que de bien aux personnages, soit dit en passant.

Déjà un brin pataud à l'époque de sa sortie, "Coeur de dragon" est (c'est un comble !) un divertissement souvent ennuyeux (surtout quand on le visionne avec le regard d'un spectateur d'aujourd'hui), que ne parviennent pas à sauver quelques jolis moments. S'il fut bien accueilli (il reçut le Saturn Award ), force est d'avouer que ce film a bien vieilli et ne supporte plus guère la comparaison avec les canons actuels du genre. Face à un public devenu exigeant, et sur un territoire qui n'est plus réservé aux films mineurs, "Coeur de dragon" fait aujourd'hui pâle figure.





15 commentaires:

  1. Je n'en ai pas un grand souvenir, je crois même ne pas l'avoir vu en entier. Mais perso pas vraiment intéressé de le revoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien d'inoubliable dans ce film, franchement.

      Supprimer
    2. Après si ça repasse, je le reverrais peut être mais je n'en fais pas une priorité.

      Supprimer
  2. Je l'ai vu une fois quand j'avais dans les 8 ans et ça m'avait bien plu. Je préfère garder mon regard d'enfant dessus, ça vaut sans doute mieux! (A coté du 2, le premier est un chef d'oeuvre!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reste sur ton souvenir d'enfance, c'est précieux !
      Merci de ton passage.

      Supprimer
  3. Je mec souviens très peu de ce film. C'est dire à quel point il ma marqué. ce que j'en garde c'est pas grand chose donc je pense pas que je me laisserais tenter à le revoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce film n'a rien d'inoubliable, à mon goût. Merci d'être passé !

      Supprimer
  4. Ah oui, une vraie bouse ce film ! Et je suis entièrement d'accord avec toi pour la voix de Philippe Noiret qui ne colle pas du tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Terrible, comme une voix peut "gâcher" un personnage...Merci de ton passage !

      Supprimer
  5. Un des films préféré de ma compagne, un divertissement sympathique, mais, pas non plus renversant. Pour info, celui ci est meilleur que le deuxième épisode sortit directement en vidéo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue m'y être ennuyé....quant à sa suite, je manque d'envie pour la visionner (et quel intérêt ?).
      Merci de ta lecture !

      Supprimer
  6. J'en garde un assez bon souvenir de mon enfance. Mais le revoir aujourd'hui casserait peut être un peu la chose désormais, même si je suis curieux de le revoir avec la distance :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec moi, la nostalgie n'a pas fonctionné. Tu m'en diras plus si tu le revois.
      Merci de ton passage.

      Supprimer
  7. Je suis assez étonnée pour ce que tu dis concernant la voix du Dragon en VF ^^ Mais...j'ai vu le film tellement de fois (et depuis petite) que sa voix me semble normale, et je l'aime bien (je m'y suis habituée^^ ça me ferait bizarre d'entendre une autre voix). Je n'ai pas encore écouté la VO.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, cette voix !
      J'ai vu Noiret dans tant de films que là, ça ne passait pas, malgré l'immense talent du bonhomme.

      Supprimer