mardi 11 février 2014

White House down (2013)



Il ne faisait pas bon traîner ses guêtres du côté de la Maison Blanche en 2013. En effet, à quelques mois d'intervalle sortirent deux films où l'édifice le plus célèbre des Etats-Unis était la cible d'une attaque terroriste et où un homme seul devait affronter une horde d'affreux pour tirer le Président de la première puissance mondiale du bourbier. Après "La chute de la maison blanche" ("Olympus has fallen" en version originale) réalisé par Antoine Fuqua, vint "White house down" (notez la concomitance des titres, en plus de celle des thèmes), réalisé par Roland Emmerich, le plus américanophile des cinéastes allemands. De ces deux déclinaisons du même thème (un Die Hard-like, pour faire bref), celui qui fut le plus gros bide ne fut pas celui qu'on pensait. Pour la première fois après les succès de "Independance Day" (où il s'en prenait déjà à la Maison Blanche), de "Godzilla" et de "2012", Roland Emmerich connut les affres de l'échec commercial.

Cette journée aurait pu commencer comme les autres, pour John Cale, flic aux gros bras qui donnerait tout pour faire partie des gardes du corps du Président des Etats-Unis. Alors qu'il fait à sa fille la surprise de l'emmener visiter la Maison Blanche, voilà qu'il se retrouve au coeur d'une prise d'otages, dont les responsables sont prêts à tout pour parvenir à leurs fins. 
Seul contre tous, ou presque, John Cale va donc devoir secourir le Président et mettre leur misère aux méchants qui ont gâché ce qui s'annonçait pourtant comme une belle journée. Il est comme ça, John : il a le fond gentil, mais il ne faut pas l'embêter, ni s'en prendre à sa fille et encore moins au Président.

Avec Roland Emmerich aux manettes, une chose est sûre : il ne faut pas s'attendre à une comédie romantique ou un drame psychologique. Après avoir tout cassé dans la plupart de ses films, le réalisateur se contente, dans celui-ci, de dévaster la Maison Blanche, édifice sacré Outre-Atlantique. Il s'en faut de peu d'ailleurs, qu'il fasse plus de dégâts et l'on en saura gré au héros du film.

On aurait pardonné à Roland Emmerich de livrer son Die Hard (surtout au regard de ce qu'est devenue la dite franchise) s'il avait sur se cantonner au genre et n'avait pas sombré dans les excès qui sont les siens. Débordant de l'admiration qu'il porte à l'Oncle Sam (on n'échappe pas aux plans du drapeau américain et de la bannière présidentielle) et de sa puissance de frappe, "White House down" ne recule devant rien et devient vite totalement too much, qu'il s'agisse des scènes d'action ou des rebondissements du scénario. Et je vous épargne les multiples placements de produits, faits avec la finesse d'un bulldozer. 
En comparaison, l'outsider "La chute de la Maison Blanche" en devient plus intéressant. C'est dire.

Du côté des acteurs, là aussi, c'est gratiné : Channing Tatum, sans doute engagé pour son physique, fait preuve d'un charisme de parpaing, tandis que Jamie Foxx peine à rendre crédible son personnage. En méchant sans vergogne, James Woods cabotine comme rarement, tandis que Maggie Gyllenhall est tout simplement mauvaise. Mais il y a belle lurette que l'on savait que la direction d'acteurs n'est pas le fort d'Emmerich.

Tellement énorme qu'il en devient presque amusant, "White House Down" est un festival de surenchères. Jamais crédible et rarement distrayant, il donne l'impression de prendre le spectateur pour un simplet qui goberait encore des recettes d'il y a une vingtaine d'années.



22 commentaires:

  1. Pas un mal que ce film n'a pas marché cela prouve qu'un certain public commence à se lasser des conneries de Roland Emmerich. Sans compter qu'il y avait la concurrence avec Olympus was fallen avec Gerard Butler qui a coûté bien moins cher et a mieux marché. Sans compter que de ce que j'ai lu chez l'ami Jamesluctor, le complot de ce film est complètement délirant. Tu dis que James Woods cabotinne comme rarement, je renvoie perso au final de Contact où il est excité comme pas possible. Une vraie torture à voir. Quand je pense qu'Emmerich ressortait de l'excellent Anonymous... :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très franchement, après le virage "Anonymous", on pouvait franchement espérer que Roland Emmerich soit calmé. Il n'en est rien, hélas.

      Supprimer
    2. Et le fait qu'il enchaîne avec deux Independence day n'arrange pas les choses. Bon, on évite au moins un élément: Will Smith ne sera pas dedans.

      Supprimer
    3. Oui, c'est vrai, ça, deux Independance Day sont à venir. Un malheur n'arrive jamais seul, paraît-il.

      Supprimer
    4. Je sens qu'en 2016 on va bien se faire suer.

      Supprimer
    5. Ce sera sans moi, en tout cas.

      Supprimer
    6. Moi aussi. Déjà que je ne vois pas l'intérêt d'une suite, alors un dyptique. Avec du bol, Emmerich se fera plein de blé mais ce ne sera pas le mien.

      Supprimer
    7. Effectivement, faire une suite n'a pas beaucoup d'intérêt... j'en viens à souhaiter un vrai bide, histoire de faire comprendre à Emmerich que ça va bien, avec ses films de destruction massive.

      Supprimer
    8. A mon avis les deux seront tournés en même temps mais si ça ne marche pas sur le premier film, cela risque d'être une pantalonade pour la promo du second!

      Supprimer
    9. Quelque part, j'ai hâte de voir ça...sans néanmoins avoir hâte de voir le(s) film(s) ;-)

      Supprimer
  2. C'est clair que c'est pas un chef d'oeuvre, mais j'ai trouvé ça plutôt sympa et largement buvable. En plus, je trouve Channing Tatum très agréable dans ce rôle. Après, je reconnais que Jamie Foxx, bien que sympa, n'apporte pas grand chose à un personnage qui ne sert, lui-même, à pas grand chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu as pu le lire, ce film m'a barbé, même si j'ai tenu jusqu'au bout (par dévouement, diront les mauvaises langues ;-)). J'ai franchement trouvé "La chute de la Maison Blanche" plus réussi.

      Supprimer
    2. Là, par contre, je suis d'accord. Au moins, Fuqua allait à fond dans l'action.

      Supprimer
    3. En effet, j'ai trouvé son film plus "crédible" (les guillemets ne sont pas superflus, loin s'en faut).

      Supprimer
  3. Un film d'action bien bourrin mais pas dénué d'intérêt. Amusant car tellement surréaliste... Cela dit je pense que j'ai moi même une préférence pour la chute de la maison blanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-là est "trop", en bien des points. A mes yeux, c'est un film comme on ne devrait plus oser en faire.

      Supprimer
  4. Bon en même temps, quand c'est signé Roland Emmerich, on peut avoir des doutes... Je regarderai sûrement ça à l'occasion, juste pour voir.
    Euh par contre, Channing Tatum, le charisme d'un parpaing... je ne peux pas cautionner ! Ce mec est hyper sexy !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce qui me concerne, il ne m'a fait aucun effet ;-)
      Par cette formule, je mettais surtout en avant le peu de talent dont il m'avait semblé faire preuve là. Etre sexy ne fait pas tout, loin s'en faut.

      Supprimer
    2. Moi je suis sûr qu'Emmerich l'a aussi trouvé très sexy le Tatum, surtout moulé dans son petit marcel deux tailles en-dessous. et c'est même peut-être pour ça qu'il l'a engagé ! Une fois de plus épinglé au tabeau de la série Z hors de prix, Emmerich a le don de faire des films dont la nullité appelle finalement la curiosité (j'étais à deux doigts d'aller le voir en salle !). Je crois que je vais finalement me calmer et boire frais à Saint Tropez avant de me faire exploser la Maison Blanche.

      Supprimer
    3. Ce qui m'a surtout horripilé dans le présent film (en dehors de l'interprétation assez médiocre), c'est le fait qu'Emmerich tente de nous vendre un pseudo "Die Hard", à peine crédible, en poussant toutes les manettes dans la zone rouge. C'est scénarisé en dépit du bon sens et filmé comme un film d'action des années 80. Le problème, c'est que trente années se sont écoulées.
      Merci de ce passage.

      Supprimer
  5. Ah je suis de tout coeur avec ChonchonAelezig pour Channing Tatum XD Honnêtement je ne serais pas allée voir ce film au cinéma et j'ai largement préféré son pendant avec Gerard Butler mais de temps en temps, j'aime bien regarder des films sans aucune psychologie et très bourrin parce que ça me détend. Donc mission accomplie pour La Chute de la maison Blanche. et puis là, j'ai vu bien plus nul avec le remake de l'Aube Rouge (je pense que je vais en faire un article, just for fun) donc je relativise. Même si White House Down n'était pas crédible, il en met plein les yeux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, Channing Tatum rend le film plus attrayant (pour vous, mesdames ;-) ), on dirait !
      Plus sérieusement, ce film n'est, à mes yeux, pas assez crédible (même pour son réalisateur) et en fait trop, beaucoup trop.
      Merci d'être passée, Mel !

      Supprimer