mercredi 26 février 2014

Trop loin pour toi (2010)


La comédie romantique, genre maintes fois abordé dans ces colonnes, est un genre inépuisable, même si les films de ce domaine sont souvent prévisibles. Bien sûr, en utilisant l'inévitable canevas qui prévaut dans cette catégorie, il est possible de sortir un peu du cadre hyper-défini, mais le but de la romcom reste le même : malgré toutes leurs différences et après avoir vaincu les aléas, les deux tourtereaux doivent in fine finir dans les bras l'un de l'autre. Vendu lors de sa sorti en partie sur l'argument que Drew Barrymore et Justin Long étaient (à l'époque) en couple à la ville comme à l'écran, "Trop loin pour toi" utilisait bon nombre des ficelles de la comédie romantique, mais adoptait aussi un ton plus trash, comme le font moult comédies venues d'Amérique. Malgré cela, les recettes du film ne furent pas à la hauteur de ce qu'espéraient les producteurs.

Après leur rencontre dans un bar new-yorkais, Erin et Garrett se sont rendus compte qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Hélas, Erin a décroché un poste dans une rédaction à Los Angeles, tandis que Garrett travaille pour une maison de disques située à New-York. Ils vont cependant tenter de s'aimer à distance, séparés par plusieurs fuseaux horaires et pas mal d'heures d'avion, sous le regard de leurs amis et familles.
Très vite, Erin et Garrett vont se rendre compte que la distance joue contre eux. 

Premier film de Nanette Burstein, qui avait jusqu'alors essentiellement réalisé des documentaires, "Trop loin pour toi" ("Going the distance", en version originale) donne l'impression de n'être ni réussi ni raté. Ce n'est déjà pas mal, vue la quantité de navets qui envahissent les salles obscures, mais cela reste un brin frustrant. Exploitant sans vergogne les clichés du genre et picorant les recettes qui marchent dans la comédie américaine actuel, "Trop loin pour toi", réalisé sobrement, donne souvent l'impression de sortir de la route avant de reprendre son chemin bon an mal an, quitte à laisser le spectateur perplexe.

Inévitablement, "Trop loin pour toi" glisse à de nombreuses reprises dans l'humour au-dessous de la ceinture (décidément très en vogue outre-Atlantique). A mon goût, ces scènes-là, trop nombreuses, sont l'équivalent d'un "hors-sujet" dans une rédaction. C'est dommage car, en dehors de ces moments là, le film est plutôt réussi et dissimule quelques jolis moments. je songe notamment aux scènes où apparaît le groupe indépendant The boxer rebellion, qui existe réellement et dont les prestations scéniques dans le film sont formidables. 

Du côté de l'interprétation, c'est surtout Drew Barrymore qui tire son épingle du jeu (ce qu'elle a grandi, la petite soeur d'Elliott dans "E.T." !). Justin Long, son partenaire, fait une nouvelle fois (après le quatrième "Die Hard" de sinistre mémoire), fait une nouvelle fois preuve d'un charisme proche du néant (avis sans doute subjectif de ma part). Dans des rôles plus secondaires, on notera l'interprétation déjantée de Charlie Day et de Jason Sudeikis, les deux trublions du film, dont les interventions le font souvent sortir du registre sage de la comédie romantique traditionnelle.

Bancal mais parfois drôle, "Trop loin pour toi" n'est ni une franche réussite, ni un total désastre. C'est un film qui peut, à la grande rigueur, remplir une soirée, si l'on n'est pas trop regardant. Une fois vu, il s'oublie vite et ne laissera pas une trace marquante dans la carrière de son équipe, ni dans la mémoire de son spectateur.





4 commentaires:

  1. Tout à fait d'accord. Du bon et du mauvais.
    Mais Justin Long a du charme. Si, si.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le charme de Justin Long, c'est comme celui de Channing Tatum : j'y suis totalement insensible. Etonnant, non ?
      Une comédie pas si mauvaise que cela, mais pas terrible non plus.
      Merci de ta fidélité à ces colonnes.

      Supprimer
  2. Vu à l'occasion d'une soirée entre copines, le contexte tout à fait idéal pour apprécier cette comédie qui ne casse effectivement pas 3 pattes à un canard. En fait, je ne me souviens que de la scène de la cabine autobronzante.
    les blagues un peu potaches, limite trash de la majorité des comédies américaines passent de moins en moins. Malheureusement, elles sont envahissantes, on les retrouve partout même dans un film romantique. C'est pénible!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, cette mode du "trash" qui envahit toutes les comédies US devient pesante. Je n'y accroche définitivement pas.
      Merci de ton passage.

      Supprimer