jeudi 29 décembre 2016

Le limier (2007)


Les remakes sont devenus monnaie courante, depuis quelques années. Il n'est pas de mois où n'en est annoncé un nouveau, aussi improbable soit-il. Si certains se révèlent intéressants, c'est bien souvent l'inquiétude que génère pareil projet chez les cinéphiles. Quand Kenneth Brannagh décida de réaliser "Le limier" et donc de refaire le grand classique de Joseph L. Mankiewicz, il y eut des sueurs froides chez les adorateurs du film original (dont je fais partie). Étaient-elles justifiées ?

Le jeune Milo Tindle, comédien sans le sou, se rend chez le célèbre Andrew Wyke, richissime auteur de romans policiers. Amant de l'épouse du romancier, Tindle se voit proposer un drôle de marché par Wyke : cambrioler la maison de celui-ci, afin qu'il touche la prime d'assurance. En échange, Milo pourra vivre avec l'épouse de Wyke, une fois leur divorce prononcé. 
Entre le riche vieil homme et le jeune amant, commence un trouble jeu, fait de duperie et de fascination, de manipulation et de séduction .
Mais qui manipule qui ?


Adapté d'une pièce de théâtre, le film de 1972 réussissait, en mettant face-à-face deux acteurs prodigieux (Laurence Olivier et Michael Caine) à être aussi fascinant qu'inattendu, subversif et délicieux. Cette nouvelle mouture, dont on peut douter de la nécessité, prend le parti de se différencier du matériau d'origine, tout en espérant en garder la puissance et l'intensité. C'était ambitieux, et pas forcément utile. C'est surtout raté. 

Là où le film de Mankiewicz utilisait comme décor une bâtisse remplie d'un capharnaüm improbable, Brannagh choisit une architecture épurée et fait appel à la technologie plus souvent qu'à son tour. Soit, après tout. Mais l'autre différence avec le film de 1972, et elle est plus regrettable, c'est qu'il remplace la subtilité du "Limier" original par une lourdeur qui se fait de plus en plus présente que le film avance. Si, dans le premier acte, on pouvait espérer en la réussite de l'entreprise, on en doute rapidement avant de devoir se rendre à l'évidence, sans grande surprise : ce remake est un ratage.

On a beau apprécier Michael Caine et comprendre son désir de revivre le duel phénoménal au cours duquel il affronta l'immense Laurence Olivier, on est bien embêté pour lui de le voir se fourvoyer dans pareille entreprise. Quant à Jude Law, son jeu est bien trop excessif pour l'exercice, surtout dans le dernier acte, où il devient carrément outrancier et souvent ridicule.

Avant de voir "Le limier", version 2007, on peut douter de l'utilité de pareil remake. Une fois qu'on l'a vu, on est fixé : il était inutile et, pire encore, irrespectueux, de revisiter l'immense classique originel. A force de balourdise et de maladresse, Kenneth Brannagh n'obtient pour seul résultat que de donner envie de revoir le film original.




8 commentaires:

  1. Bonjour Laurent, pas eu envie de voir ce remake, le film original est tellement génial... Très bonne année 2017.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de tes bons voeux, Dasola. Merci de ta fidélité.
      Quant à ce Limier, il vaut mieux l'oublier.

      Supprimer
  2. Meilleurs voeux Laurent & plein d'innombrables & improbables films français ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une très belle année à toi aussi, ami Ronnie...j'espère aussi voir de (bons) films (pas forcément) français :-p

      Supprimer
  3. Je n'ai vu que l'original de 1972 avec Laurence Olivier et Michael Caine et quel huis clos !!!
    J'en profite pour te souhaiter une belle année cinématographique et la réussite de tous tes projets ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces deux versions n'ont rien de comparable, hormis la présence de Michael Caine. Reste sur l'original !
      Merci pour tes voeux, je te souhaite également une très bonne année 2017 !

      Supprimer
  4. Je n'ai toujours pas vu la version originale... que je vais privilégier !!

    RépondreSupprimer