mardi 3 juillet 2012

Prisonniers du temps (2004)



Le cinéma n’est pas une science exacte (ce n’est pas une science, déjà, rétorqueront les plus vifs d’entre vous, et ils auront raison, mais cela ruinerait mon introduction). On a beau disposer d’une histoire solide (puisque tirée d’un roman de Michael Crichton, dont on ne compte plus les best-sellers et les adaptations réussies…ou pas), d’un réalisateur ayant déjà maintes fois fait ses preuves (Richard Donner, à qui l’on doit, entre autres, « Superman » ou la série des « Arme Fatale ») et d’un casting motivé (Paul « Fast and Furious » Walker et Gerard « 300 » Butler en tête), on peut échouer. 


Quand ça veut pas, ça veut pas, comme on dit… 


Je vous fais le pitch, rapido :  


 Edward Johnston, archéologue enthousiaste, mène avec ses étudiants des fouilles en Dordogne, sur l’ancien site médiéval de Castelgard. Alors que le professeur Johnston doit se rendre aux Etats-Unis pour rencontrer son mécène (le grand manitou de l’International Technology Corporation), son équipe fait une trouvaille étonnante : une lettre, datée du XIVème siècle, signée de la main de Johnston lui-même. Bien vite, ils comprennent que leur vénéré mentor a testé la dernière invention de l’ITC et s’est retrouvé, en pleine Guerre de Cent Ans, sur le territoire français. N’écoutant que leur courage et leur dévotion pour cet enseignant si exemplaire, les étudiants de Johnston décident alors d’aller, eux aussi, retrouver leur professeur dans le passé. 

Le thème du voyage dans le temps a déjà été maintes fois exploité au cinéma (les incontournables « Retour vers le futur », « Terminator », « L’armée des douze singes », « La machine à explorer le temps », mais aussi les moins connus et très recommandables « Fréquence interdite » ou « C’était demain », par exemple) et en littérature (je vous recommande au passage la lecture de « La patrouille du temps » de Poul Anderson). Pour peu qu’on sacrifie toute crédibilité scientifique au « suspension of disbelief », ce peut être un bon sujet de fiction, bien qu’un peu casse-gueule. 

L’un des intérêts du roman de Crichton était d’apporter une explication quasi-scientifique à ce grand fantasme de la science-fiction. Hélas, dans l’adaptation cinématographique, tout le mécanisme du voyage dans le temps est passé à la trappe (ou presque), évacué en quelques minutes au profit de la fluidité du récit. Il ne faudrait surtout pas que ce soit trop difficile à comprendre pour le spectateur moyen. 

 Du coup, l’histoire perd la plus grande partie de son intérêt. « Prisonniers du temps » devient vite une série B banale au script souvent confus et bâclé, où émergent (de façon fugitive, hélas) quelques bonnes idées, chaque fois torpillées par un scénario brouillon. Alors, peu à peu, le spectateur est condamné à assister au naufrage de ce qui aurait pu être, si ce n'est un grand film, au moins un honnête divertissement. 


Malgré tout leur talent, réalisateur et acteurs (au rang desquels on notera tout de même la présence, dans les seconds rôles, de Daniel Thewlis, et de Lambert Wilson, habitués à de meilleurs choix...ou pas) n'arrivent pas à sauver le film du naufrage. Oubliez également les scènes de batailles médiévales qui louchent du côté de « Braveheart » (ce que revendique l’affiche, soit dit en passant), sans cependant en atteindre l’efficacité brutale. 


Au final, donc, « Prisonniers du temps » ne mérite guère de séance de rattrapage. Inutile de remonter dans le temps, laissons ce film se faire oublier... 



3 commentaires:

  1. J'ai même pas tilté qu'il y avait Daniel Thewlis... Effectivement ce film est une catastrophe et certains téléfilms M6 sont de meilleure qualité. Je ne comprends pas ce qu'il s'est passé. Ils ont eu un problème de budget? parce que ça m'a rappelé Coeur de Dragon 2, pourtant pas réputé pour sa grande qualité. Le seul intérêt du film: voir Gerard Butler avec beaucoup de cheveux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vrai gâchis que ce film, on est bien d'accord...et y retrouver Gerard Butler est un réel plaisir : il va falloir que cet acteur apprenne à faire de meilleurs choix, sous peine de faire une carrière à la Lambert (voir à ce sujet l'article sur "Beowulf & Grendel")
      Merci de ta fidélité à ce blog !

      Supprimer
  2. Paul Walker qui se fait voler par un inconnu nommé Gerard Butler. Un film qui est un cas d'école dans le development hell avec des dépassements de budget des contraintes de décors, un scénario retouché sans cesse. Pourtant le délire initial était intéressant (d'autant que les pitchs des histoires de Michael Crichton sont toujours alléchantes, cf Jurassic Park) et au final ce n'est qu'un film ringard et ennuyeux.

    RépondreSupprimer